•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des députés demandent une enquête sur les propos anti-vaccination d’un élu

Deux portraits juxtaposés

La députée de Waterloo, Catherine Fife (à gauche), et la députée de London-Ouest, Peggy Sattler. (Archives)

Photo : site web de l'Assemblée législative

Radio-Canada

Deux députés néo-démocrates de l'Ontario demandent au commissaire à l'intégrité d'enquêter sur les messages anti-vaccination diffusés la semaine dernière par un autre politicien sur ses médias sociaux.

La députée de Waterloo, Catherine Fife, et la députée de London-Ouest, Peggy Sattler, qui est aussi la leader parlementaire de l'opposition, ont présenté vendredi une lettre coécrite au bureau du commissaire à l'intégrité.

La plainte vise les comptes de médias sociaux de Randy Hillier, député indépendant de Lanark-Frontenac-Kingston.

Les messages publiés mardi suggéraient que des personnes étaient mortes ou avaient souffert d'une réaction indésirable permanente peu après avoir reçu leur première ou deuxième dose du vaccin contre la COVID-19.

Le témoignage d’au moins une personne utilisé dans les publications de M. Hillier aurait été usurpé.

C’est ce qu’a dévoilé CBC News la semaine dernière. Ammarah Navab, qui est membre de la famille d'une personne figurant dans les messages, affirme que sa sœur Farisa Navab est décédée le 11 eptembre après avoir reçu un diagnostic de maladie auto-immune rare.

Mme Navab a déclaré que les informations médicales privées de sa sœur avaient été utilisées sans son autorisation, et a exigé que M. Hillier retire les messages et présente des excuses.

Il s'agit d'une personne au pouvoir qui envoie des messages [et qui ment] sur la mort de ma sœur et en l'utilisant comme preuve, a déclaré Mme Navab la semaine dernière. C'est dégoûtant.

M. Hillier n'a pas retiré les messages ni répondu publiquement aux préoccupations de ceux qui l’ont interpellé sur les médias sociaux.

Il n'a pas répondu aux demandes de commentaires de CBC News concernant le contenu des messages ou la demande d'enquête.

Demande d'enquête

La lettre de Mmes Fife et Sattler, obtenue par CBC News, demande une enquête en vertu de la Loi sur l'intégrité des députés ou de la disposition de la Convention parlementaire de l'Ontario, et demande que le commissaire détermine si une contravention a été commise.

Nous croyons que la conduite du député Hillier constitue une violation flagrante et répréhensible de la convention parlementaire de l'Ontario , disent Mmes Sattler et Fife dans la lettre.

M. Hillier n'a pas demandé le consentement pour utiliser ces photos et a également bloqué la famille et les amis de son compte lorsqu'ils lui ont demandé de ne pas utiliser le chagrin de leur famille à ses fins politiques, indique la lettre.

Mme Navab a confirmé à CBC News que la photo et les renseignements personnels de sa sœur ont été utilisés sans sa permission. Elle a également déclaré qu'elle et sa mère ont été bloquées par certains des comptes de médias sociaux de M. Hillier.

En tant que membres de l'Assemblée législative de l'Ontario, il nous incombe de respecter, de protéger et de défendre nos communautés, et non d'utiliser les renseignements personnels des Ontariens sans leur consentement pour avancer des idées dangereuses et antiscientifiques. M. Hillier a fait preuve de mépris à l'égard de son rôle d’élu et a manqué de respect à l'égard de ces familles en deuil et de leurs proches, peut-on lire dans la lettre.

La plainte doit être déposée par écrit

Un porte-parole du Bureau du commissaire à l'intégrité a confirmé par courriel à CBC News que Mmes Fife et Sattler ont été informées de la procédure à suivre pour présenter une demande d'enquête.

La demande doit être faite par écrit et énoncer [...] la contravention présumée. La loi exige également qu'une copie de la demande soit remise au président de l'Assemblée législative , peut-on lire dans la déclaration.

Une fois qu'une demande est présentée, le commissaire l'examine et détermine si elle doit faire l'objet d'une enquête. Si le commissaire mène une enquête, il déposera un rapport auprès du président de l'Assemblée, qui elle l’examinera.

Réaction du premier ministre

Les messages de M. Hillier ont fait l'objet d'une grande attention et ont suscité des centaines de commentaires en ligne.

Le premier ministre Doug Ford a également réagi à ces messages lors d'une conférence de presse vendredi.

Le premier ministre ontarien Doug Ford et le Dr Kieran Moore, médecin hygiéniste en chef.

Le premier ministre Doug Ford a fait ces commentaires lors d'un point de presse, vendredi.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Je pense que c'est épouvantable qu'un élu fasse ça, mettre quelqu'un qui est décédé pour une autre raison et le publier, et dire que c'est parce qu'il a été vacciné. C'est dégoûtant à mon avis. C'est la raison pour laquelle Randy Hillier ne fait pas partie de notre parti. C'est la raison pour laquelle Randy Hillier ne gagnera pas aux prochaines élections s'il décide de se présenter.

M. Hillier a été expulsé du caucus du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario en  2019 après avoir émis des commentaires irrespectueux envers des parents d'enfants vivant avec l'autisme.

Vendredi, M. Ford a également déclaré que la circonscription de M. Hillier a des taux de vaccination élevés et que ses propres électeurs ne croient pas non plus en [ses dires].

Ce type a perdu la tête, à mon avis. Je l'ignore, tout simplement.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !