•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dualité entre développement et environnement à Lac-Beauport

Les constructions de nouvelles résidences se poursuivent dans le quartier Exalt à Lac-Beauport.

Les constructions de nouvelles résidences se poursuivent dans le quartier Exalt à Lac-Beauport.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Lac-Beauport peut-elle demeurer une petite ville dans une grande forêt tout en ayant des finances équilibrées? La dualité entre le développement résidentiel et la préservation de la forêt est au cœur de la campagne électorale municipale.

Située à quelques kilomètres au nord de Québec, la municipalité est attractive, peut-être trop pour certains. Au cours des dernières années, de nouveaux quartiers résidentiels ont été construits dans les montagnes, entraînant la coupe de plusieurs arbres.

C'est pour ça que je me présente à la mairie. C'est justement pour empêcher le genre de développement qui est en train de se faire actuellement à Lac-Beauport, affirme le candidat Charles Brochu.

Vue aérienne d'un quartier construit en forêt.

La construction du quartier Exalt à Lac-Beauport est au coeur de la campagne électorale municipale.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

L’avocat Charles Brochu dit représenter le changement. Avec son équipe Option citoyenne, il critique notamment l’urbanisme du quartier Exalt.

Je pense qu'il faut changer la façon de construire. Il faut faire de plus petites unités tout en gardant le plus de forêts autour de nous, ajoute-t-il.

Un de ses adversaires, Guy Gilbert, a été conseiller municipal au cours des huit dernières années. Il assure que ce quartier est le dernier du genre qui sera construit dans la municipalité.

Je n’ai pas participé aux décisions pour ce quartier-là. Maintenant qu’il existe, on va travailler pour l'améliorer et lui rendre l'ADN de Lac-Beauport, assure-t-il.

Le candidat à la mairie de Lac-Beauport, Guy Gilbert, photographié dans la nature. Il porte une chemise et un veston.

Le candidat à la mairie de Lac-Beauport, Guy Gilbert

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Les deux candidats admettent qu’il sera difficile d’empêcher la réalisation de la seconde phase du projet, puisque des permis de construction sont déjà octroyés.

Je peux vous confirmer que ça va être le dernier quartier du genre à Lac-Beauport pour les 15 prochaines années, assure Guy Gilbert

Le changement ou la continuité

Charles Brochu se présente comme le candidat du changement. Il accuse Guy Gilbert d’avoir autorisé de nombreux développements résidentiels qui menacent la qualité de vie et les forêts du territoire.

M. Gilbert affirme qu’il ne s’agit que d’une attaque politique et que la réalité est toute autre. Il souligne que le quartier Exalt a été autorisé en 2011-2012, soit au moment où M. Brochu était conseiller municipale. Ce dernier a d'ailleurs appuyés plusieurs résolutions qui ont mené à la concrétisation du projet.

Dans les huit dernières années. On a acheté deux immenses terrains qu'on transforme en parc pour justement éviter le développement résidentiel. On a travaillé très fort aussi pour créer les Sentiers du moulin, répond l’ancien fonctionnaire de la Santé publique.

« Il n’y a rien à craindre avec la continuité. On est un des conseils municipaux qui a le moins développé. En 2016, nous étions 7800 habitants. En 2021, on est encore sous les 8000 habitants. »

— Une citation de  Guy Gilbert, candidat à la maire de Lac-Beauport

Développement incontournable

Guy Gilbert veut d’ailleurs poursuivre le développement des infrastructures de sports et de plein air sur le territoire. Il doit toutefois défendre la décision du précédent conseil municipal, d’autoriser la construction de condos au Mont Tourbillon.

Vous ne pouvez pas mettre 70 condos en haut de l'une des plus hautes montagnes de Lac-Beauport avec le chemin qu'on a pour se rendre à ces endroits-là, soulève Charles Brochu.

Le candidat à la mairie de Lac-Beauport, Charles Brochu, porte une chemise et un veston. Il est photographié sur un fond gris.

Le candidat à la mairie de Lac-Beauport, Charles Brochu

Photo : Radio-Canada

Guy Gilbert rétorque que ce projet permettra d’assurer la pérennité du terrain de golf et d’attirer des touristes. Il permet également l’entrée incontournable de revenus pour la Municipalité, et ce, sans investir dans de nouvelles infrastructures.

Ça va permettre d’appuyer sur le frein pour d’autres nouvelles constructions sur le territoire, explique M. Gilbert. Le candidat assure toutefois que le projet ne se réalisera pas à tout prix.

On a des exigences. Les exigences sont très contraignantes. Comme maire de Lac-Beauport, je ne bougerai pas tant et aussi longtemps que le promoteur ne sera pas en mesure de me fournir ses certificats d'autorisation du ministère de l’Environnement, prévient-il.

Une rangée de maisons neuves.

Les coupes d'arbres engendrées par la construction du quartier Exalt à Lac-Beauport sont critiquées par de nombreux résidents.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Charles Brochu admet aussi qu’il est illusoire de penser qu’il n’y aura plus de développement à Lac-Beauport. Il croit cependant que celui-ci doit être davantage diversifié.

Je ne m’avancerai pas à dire qu'il n'y aura plus de développement. Je vais juste vous dire que s'il y en a, il sera fait intelligemment et il ne se fera pas de la manière à favoriser uniquement une classe de gens, explique-t-il.

Notre couverture des élections municipales au Québec en 2021.

Les deux autres candidats, Hélène Bergeron, également conseillère sortante et Bernard La Roche n’ont pas accepté notre demande d’entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !