•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deuxième procès pour un ex-policier accusé d’agression sexuelle

L'extérieur du palais de justice de Québec

L'ex-policier Maxime Lehoux subit un deuxième procès pour agression sexuelle, en moins d'un an. (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc Andre Turgeon

« Je savais qu'il était policier. J'avais confiance en lui ». Mélanie* ne conserve que des « flashs » d'une fin de soirée bien arrosée, au terme de laquelle Maxime Lehoux l'a reconduite chez elle.

Mélanie se trouvait dans un restaurant-bar avec une amie, lorsqu'elle a croisé Lehoux, une connaissance, qui était alors policier à la Ville de Québec.

Alors que son amie a quitté l'établissement en taxi après une soirée bien arrosée, Mélanie y est demeurée avant d'être raccompagnée chez elle par l'accusé.

La plaignante n'a pas de souvenirs de l'agression sexuelle qu'elle dénonce, seulement un flash concernant un condom.

Douleurs vaginales

La jeune femme a expliqué comment elle s'était réveillée le lendemain matin, en ressentant des douleurs vaginales et anales.

Quant à Lehoux, il était parti sans laisser de traces, a indiqué la présumée victime au juge Steve Magnan.

Inquiète que ses parents ou son petit ami de l'époque découvrent le condom, elle l'a cherché en vain.

Quelques jours plus tard, elle a pris contact avec Lehoux sur Messenger pour savoir ce qu'il en était advenu. Il lui aurait dit de ne pas s'en inquiéter, qu'il s'en était occupé.

J'en ai parlé à personne, parce que j'avais honte, a-t-elle expliqué concernant cette nuit du 3 février 2018.

Plainte

Mélanie a décidé de porter plainte contre Maxime Lehoux, après avoir entendu à la radio qu'il avait été arrêté pour une agression similaire sur une de ses collègues de travail.

En plus de l'alcool, Mélanie croit qu'elle aurait pu être droguée à son insu dans le bar pendant la soirée.

L'avocate de la poursuite, Me Anne-Marie Prince a terminé de présenter sa preuve.

Me Charles Levasseur qui représente Lehoux va amorcer sa défense mardi.

Le procès de l'homme de 30 ans doit prendre fin mercredi.

Maxime Lehoux est en attente de sa peine après avoir été déclaré coupable par un jury lors d'un autre procès. Il avait agressé une collègue de travail lors d'une fête bien arrosée en décembre 2017.

*Le prénom fictif pour protéger l'anonymat de la plaignante

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.