•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police d’Ottawa examine sa réponse aux incidents qui ont suivi le match Panda

Des jeunes s'amusent sur le toit d'un véhicule.

Les fêtards avaient semé le chaos dans la soirée suivant le match de football universitaire annuel (Archives).

Photo : S.B.

Radio-Canada

La police d'Ottawa examine sa gestion des débordements qui ont entouré le match Panda, qui dans la soirée du 2 au 3 octobre dernier, ont semé le chaos dans les rues de Sandy Hill et surpris la police qui avait rappelé ses agents.

Le chef du Service de police d’Ottawa, Peter Sloly, a déclaré aux journalistes, avant la réunion de la commission des services policiers d’Ottawa de lundi, que son équipe mène actuellement un examen opérationnel de sa réponse aux incidents.

Le chaos a marqué la suite de cette rencontre annuelle de football universitaire entre les équipes de l’Université d’Ottawa et l’Université Carleton lorsque des milliers de fêtards ont convergé dans le quartier Côte-de-Sable. Une voiture a même été renversée sur l’avenue Russell.

De toute évidence, il y a eu des choses qui ont mal tourné, a déclaré M. Sloly.

Le chef de la police d’Ottawa a indiqué qu’à l’avenir, la planification de l’événement commencera une semaine avant les festivités, la police sachant désormais clairement quels comportements elle autorisera et ce qui nécessitera une réponse des forces de l’ordre.

La police prévoit également de se rendre aux adresses jugées problématiques avant le match afin de déterminer un plan.

Peter Sloly pose devant un drapeau de la police d'Ottawa.

Le chef du Service de police d'Ottawa, Peter Sloly

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Le match de cette année a vu ce que M. Sloly a appelé une double cohorte d'étudiants - certains ayant assisté aux événements officiels, d'autres ayant planifié le leur en raison des restrictions sanitaires.

C'est une explication. Mais ce n'est pas une excuse non plus, a-t-il expliqué. Nous devons faire mieux à l'avenir. Nous ferons mieux.

Avec les informations de Shaamini Yogaretnam, CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.