•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plan environnemental 2030 de la C.-B. compte sur l’électrification des transports

Gros plan sur une voiture avec le reste de la circulation floue en arrière-plan.

La feuille de route regroupe des politiques qui seront implantées au cours des prochaines années.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

À quelques jours de la COP26 sur le climat à Glasgow, la Colombie-Britannique présente un plan visant à atteindre ses cibles environnementales d'ici 2030. Un plan qui mise beaucoup sur l'électrification des transports.

La feuille de route regroupe des politiques à la fois nouvelles et d'autres, déjà annoncées, qui seront implantées au cours des prochaines années, notamment en matière de transports et de réduction des émissions carbone.

De ses quatre années au pouvoir, trois ont été marquées par les pires saisons de feu de forêt que la province ait connu, rappelle le premier ministre John Horgan. Ajoutons à cela le dôme de chaleur dévastateur et il est clair que les Britanno-Colombiens et les Canadiens veulent voir des progrès en matière de changements climatiques.

La menace n’est plus dans quelques décennies. Elle est ici, maintenant.


Voici certaines des politiques proposées :

Transports

L’électrification des transports est un élément clé de la stratégie environnementale de la province.

Le gouvernement souhaite augmenter ses cibles de véhicules légers à zéro émission, pour atteindre 100 % dès 2035, plutôt qu'en 2040, comme elle l'avait précédemment annoncé.

Il vise l’installation de 10 000 stations de chargement pour véhicules électriques.

« Les Britanno-Colombiens répondent favorablement aux incitatifs, croit le ministre de l'Environnement et de la Stratégie sur le changement climatique », George Heyman.

« C’est en Colombie-Britannique qu'est vendue la plus grande proportion de véhicules zéro émission sur le continent », rappelle-t-il.

La borne de recharge d'une voiture électrique

L’électrification des transports est un élément clé de la stratégie environnementale de la province.

Photo : iStock

Taxe sur le carbone

La province annonce vouloir égaler, sinon dépasser, l’objectif fédéral en matière de taxe sur le carbone, qui doit augmenter graduellement pour atteindre 170 $ la tonne dès 2030.

Selon la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre, les provinces qui n’ont pas de tarification sur le carbone ou un système jugé trop laxiste sont soumises à la version fédérale.

Industrie du pétrole et du gaz

Source majeure de pollution, l'industrie du pétrole et du gaz est une cible clé du plan provincial. Les nouvelles installations industrielles devront soumettre un plan pour atteindre la carboneutralité en 2050.

En outre, le gouvernement vise l’élimination industrielle des sources de méthane le plus rapidement possible d’ici 2035.

La province promet de nettoyer l’ensemble de ses puits orphelins d’ici 2030 grâce à un fonds alimenté par l’industrie.

Un puits abandonné.

La province veut détruire ou nettoyer ses puits de pétrole ou de gaz abandonnés.

Photo : Radio-Canada / Camille Vernet

Exploitation forestière et agricole

Sans doute l’un des enjeux écologiques les plus brûlants, la protection des forêts anciennes, n'apparaît que timidement dans la feuille de route du gouvernement.

La province se limite à indiquer qu'elle veut « harmoniser les activités de l'industrie avec les recommandations du rapport A New Future for Old Forests (Nouvelle fenêtre) (en anglais), remis en 2020.

Questionné sur l’absence de mesures concrètes liées à l’abattage des arbres anciens, le premier ministre Horgan promet de nouvelles mesures au cours des prochaines semaines.

Le gouvernement veut également éliminer presque complètement le brûlage de débris d’ici 2030.

Des manifestants font face à un policier à Fairy Creek.

La manifestation contre l'exploitation des forêts anciennes à Fairy Creek peut désormais être considérée comme étant le plus grand mouvement de désobéissance civile pacifique de l'histoire du Canada.

Photo : Radio-Canada / Ken Mizokoshi

Un plan positif, s’il se concrétise

Le plan a été élaboré avec l’appui du conseil Climate Solutions, un regroupement de conseillers stratégiques issus de secteurs industriels, du milieu académique et des Premières Nations.

L’un des membres du conseil, Mark Jaccard, professeur en gestion des ressources et en environnement de l’Université Simon Fraser, croit que le leadership démontré par la province est significatif à l’échelle mondiale.

Maintenant, par contre, vient la tâche ardue : le gouvernement doit rapidement implanter les politiques clés de cette feuille de route.

Un avis que partage la directrice de l’Institut Pembina en Colombie-Britannique, Karen Tam Wu. Pour atteindre les cibles de cette feuille de route, le plan doit être implanté dans les meilleurs délais et il doit recevoir le financement adéquat.

Le maire de Vancouver, Kennedy Stewart, applaudit le plan du gouvernement provincial, qu’il juge fondé sur la science, équitable et agressif.

L’urgence climatique est notre plus grand défi, mais aussi un fort catalyseur pour mieux transformer la manière dont nous nous déplaçons, nous vivons et nous travaillons.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !