•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La prochaine décennie sera « celle de la Saskatchewan », affirme Scott Moe

Pandémie et économie ont été les deux sujets incontournables du discours du premier ministre lundi.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, debout devant un podium à la chambre de commerce de Saskatoon.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, s'est adressé à la province à partir de Saskatoon, lundi.

Photo : fournie par CBC

Radio-Canada
| Mis à jour

Au moment où six infirmières en soins intensifs viendront prêter main-forte à la province, le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a commenté un bilan pandémique toujours élevé, bien qu'en baisse, en soulignant les efforts accomplis par une majorité de la population qui a reçu ses deux doses de vaccin.

Invité de la Chambre de commerce de Saskatoon lundi, Scott Moe s'est adressé à la population de la province quelques jours après l'annonce du déploiement des forces armées canadiennes sur le territoire.

En parlant du comportement des personnes vaccinées, il a dit : C'est la raison pour laquelle nous avons résisté aux appels de beaucoup de personnes qui demandaient des mesures à grande échelle, des confinements et la fermeture des commerces.

Selon le premier ministre, la pandémie se poursuit à cause de ceux qui résistent encore à la vaccination : Nous pensons qu'il est injuste d'imposer des mesures sanitaires alors que la majorité des gens sont vaccinés dans la province.

La Saskatchewan a signalé 170 nouveaux cas et aucun décès supplémentaire dans son bilan de lundi. Elle compte actuellement 2822 cas actifs et 293 patients à l'hôpital, dont 71 sont aux soins intensifs. Trois autres patients seront transférés vers des hôpitaux ontariens, ce qui portera à 12 le nombre de patients envoyés dans cette province depuis le 18 octobre.

Une embellie économique

La prochaine décennie sera la décennie de la Saskatchewan, a par ailleurs affirmé Scott Moe en parlant de l'économie de la province.

Le premier ministre a vanté les projets d'investissements en cours en Saskatchewan, qui dépassent les 10 milliards de dollars et généreront des milliers d'emplois dans les prochaines années.

L'industrie technologique et celle de la potasse participent notamment à la prospérité de la province. Or l'une des industries parfois sous-estimées, celle du bois d'oeuvre, est aussi en plein essor et favoriserait l'inclusion des travailleurs issus des communautés autochtones, qui composent près de 30 % de la force de travail dans ce milieu. À ce titre, Scott Moe utilise le terme de « réconciliation économique ».

Si la province souhaite aller de l'avant, il faut s'assurer que les Premières Nations fassent partie intégrante de l'économie, a dit le premier ministre.

Scott Moe a également souligné l'importance de lutter contre l'augmentation de certains délits, notamment les crimes contre la propriété. Nous comprenons que les problèmes d'accoutumance sont en partie à l'origine de ces comportements, a-t-il affirmé avant d'ajouter qu'un investissement historique sera annoncé pour venir en aide aux personnes qui ont une dépendance aux drogues. Cet investissement comprendra une aide à la réhabilitation.

Les détails au sujet de plusieurs investissements seront dévoilés durant le discours du Trône mercredi.

L’opposition critique le message de Scott Moe

Selon le chef de l'opposition officielle, Ryan Meili, le premier ministre Scott Moe a prononcé un discours sur l'état de la province qui a complètement ignoré la crise sanitaire que son gouvernement a créée.

Ryan Meili pense que la situation actuelle de la COVID-19 dans la province est due au fait que Scott Moe fait passer la politique avant la vie des gens de la Saskatchewan.

Il estime que le discours du premier ministre était une gifle au visage du Dr Shahab et à tous les agents de santé qui ont tant donné au cours de la dernière année et demie.

C'est une gifle pour les familles qui ont perdu quelqu'un à cause de la COVID-19 et pour les Saskatchewanais qui n'ont pas accès aux soins contre le cancer, aux chirurgies et aux thérapies et traitements pédiatriques.

Ryan Meili pense que dans son discours d’aujourd’hui, Scott Moe aurait dû annoncer des limites aux rassemblements, davantage de soutien au système de santé et un nouveau ministre de la Santé pour remplacer Paul Merriman.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !