•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les organismes communautaires descendent dans la rue à Sherbrooke

Des manifestants sous la pluie.

Des représentants d'organismes communautaires ont manifesté aujourd'hui à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

René-Charles Quirion

Plus d’une centaine d’organismes communautaires de l’Estrie ralentissent ou ferment carrément leurs services lundi pour dénoncer ce qu'ils qualifient de « promesses brisées » de la CAQ. Ils estiment qu'en reportant le Plan d'action gouvernemental en matière d'action communautaire (PAGAC), le gouvernement n'a pas respecté son engagement électoral.

À Sherbrooke, des représentants d'organismes pour les familles, les jeunes ou les femmes sont descendus dans la rue en après-midi au centre-ville pour faire connaître leurs revendications. Les gens [sont venus] de Val-des-Sources, Granby, Lac-Mégantic entre autres, explique Claudelle Cyr, porte-parole du Regroupement des organismes communautaires de l’Estrie (ROC).

Cette action s'inscrit dans un mouvement provincial; 500 organismes communautaires sont fermés dans le but d'alerter les élus sur leurs besoins. Par communiqué, le Réseau québécois de l'action communautaire autonome s'est dit choqué d'être les grands oubliés du premier ministre Legault lors de son discours inaugural, mardi dernier, et a mentionné vouloir des actions concrètes.

À Coaticook, entre autres, de trois à quatre organismes ont décidé de fermer leurs portes pour la journée, affirme la directrice générale de la Corporation de développement communautaire de la MRC de Coaticook, Émilie Drouin.

Depuis 2016, les revendications sont toujours les mêmes : d'augmenter le financement à la mission à un niveau suffisant avec une indexation annuelle des subventions, de respecter l'autonomie des organismes et de réorganiser tout cela dans une vision de justice sociale, explique-t-elle.

Cheap labor pour le gouvernement

On a eu de beaux gains avec l'arrivée du gouvernement caquiste. Mais le gros problème, c'est le report du PAGAC, ajoute Émilie Drouin. Les montants ne conviennent pas. Et il y a toute la reconnaissance, l'autonomie, qui est difficilement respectée. On ne veut pas devenir du cheap labor pour le gouvernement.

Avec la pandémie, les organismes communautaires ont redoublé d'efforts pour offrir des services à davantage de gens dans le besoin, prenant la relève sur des services normalement fournis par le réseau public, par exemple la présence d'infirmières dans les écoles, interrompue en raison de la COVID.

Le communautaire est aussi confronté au manque de main-d'oeuvre et ce n'est pas avec des jobs de 14,50 dollars de l'heure et un café chez Tim à Noël qu'on va attirer des gens dans notre milieu, déplore Claudelle Cyr.

« Nous voulons rendre visible l’invisible. Les organismes se sentent instrumentalisés par le gouvernement de la CAQ. »

— Une citation de  Claudelle Cyr, directrice générale du Regroupement des organismes communautaires de l'Estrie
Claudelle Cyr, porte-parole du Regroupement des organismes communautaires de l'Estrie, lors de la manifestation.

Claudelle Cyr est la porte-parole du Regroupement des organismes communautaires de l'Estrie.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Pour Line Gendron, coordonnatrice de la Maison des jeunes de Coaticook, aujourd'hui nos portes sont fermées pour vous dire comment nous aider pour pas que nos portes soient fermées à long terme. À court terme, c'est le temps d'ouverture qui va diminuer, mais les jeunes en ont besoin plus que jamais.

Au seuil de la fermeture

Présente à la manifestation, la députée de Sherbrooke, Christine Labrie, confirme que plusieurs organismes sont au seuil de la fermeture et qu'il est très important que le gouvernement entende ce message.

C'est inquiétant en Estrie, affirme Christine Labrie, parce que beaucoup d'organismes ont une mission régionale et comme ils sont sous-financés, ils ont de la difficulté à offrir des services sur l'ensemble du territoire. Donc on met en péril les services des gens qui habitent à Lac-Mégantic, Cowansville, East Angus, de l'extérieur de Sherbrooke.

Les organismes prévoient une vague de grèves, de fermetures et d'interruptions d'activités lors de la semaine du 20 février 2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !