•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Winnipeg répare un trottoir 28 ans après le signalement des dégâts

Un homme debout.

Calvin Hawley est un fonctionnaire provincial à la retraite.

Photo : Radio-Canada / Sean Kavanagh

Radio-Canada

Une équipe de la Ville de Winnipeg a réparé une bordures de trottoir dans la rue Tyrone Bay, à Saint-Vital, au grand bonheur d’un résident du quartier qui a signalé le problème aux services municipaux il y a 28 ans.

La réparation est même faite 16 ans avant la date prévue par les autorités municipales.

En 1993, pour la première fois, Calvin Hawley a signalé à la Ville que la bordure du trottoir était endommagée par une machine de déneigement.

Mais ce n'est qu’en 2019 que le résident de Saint-Vital a reçu un numéro de suivi par le biais du service téléphonique 311. La Ville lui a alors annoncé que le trottoir serait réparé d’ici le 26 juin 2037. Cela signifierait une attente de 44 ans pour terminer les réparations dudit trottoir.

C’est frustrant, raconte Calvin Hawley. Quand on obtient une réponse comme celle-là, on ne comprend pas. Il n’y a aucun recours ou aucune possibilité de se renseigner à ce sujet, car on ne peut pas parler à quelqu’un directement dans ce département.

Selon lui, la présence de l’équipe sur le terrain 16 ans plus tôt que prévu ne résout pas le problème du manque de transparence de la ligne 311.

Malgré ses critiques, le fonctionnaire provincial à la retraite reconnaît l’importance du travail des employés municipaux.

Honnêtement, je ne crois pas qu'ils allaient attendre jusqu'en 2037, mais s'ils l'avaient fait, nous aurions une tout autre discussion, ajoute-t-il.

Il applaudit l'équipe qui a finalement réparé la bordure du trottoir, qui selon lui, a fait le travail de façon adéquate et rapide.

M. Hawley félicite également le conseiller municipal de Saint-Vital, Brian Mayes, pour son intervention auprès du Service des travaux publics de la Ville.

Je pense que c'est en grande partie grâce à lui que les travaux sont effectués maintenant et non dans 16 ans , continue-t-il.

Brian Mayes dit ne pas comprendre les raisons d'un délai de plusieurs décennies avant l'exécution du travail.

On ne doit pas attendre 37 ans, ou 42 ans, ou peu importe ce que cela allait être. C'est dommage que cela ait pris autant de temps, mais je suis très heureux que nous l'ayons fait maintenant , dit-il.

M. Mayes affirme que la Ville a cessé de fixer des dates pour les travaux de réparation qui doivent être effectués plusieurs décennies plus tard.

La Ville a également entamé un processus d'examen de son service 311 et des longs délais d'attente pour l'exécution de certains travaux publics.

Avec les informations de Sean Kavanagh

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !