•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rapport sur les aéroports lourdement caviardé remis à un député

L'aéroport de Fredericton au Nouveau-Brunswick.

À l'automne dernier, Blaine Higgs a demandé au gouvernement fédéral une révision du nombre d’infrastructures aériennes dans la province.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le député de Bathurst-Ouest-Beresford, René Legacy, se questionne sur l’utilité de la révision du secteur aérien dans la province, commandée par le gouvernement de Blaine Higgs à l’automne dernier. Le député libéral a eu accès à des documents de cette évaluation, mais la majorité des pages étaient noircies, cachant ainsi plusieurs informations.

En novembre 2020, le discours du Trône soulignait que l’aéroport international Stanfield d’Halifax enregistrait un achalandage trois fois plus élevé que celui des trois principaux aéroports du Nouveau-Brunswick réunis (Moncton, Fredericton et St-Jean). Pourtant, la population de la Nouvelle-Écosse n’est que 25 % plus élevée.

Blaine Higgs a alors demandé au gouvernement fédéral une révision du nombre d’infrastructures aériennes dans la province. L’objectif de l’enquête visait à établir un portrait clair du secteur aérien au Nouveau-Brunswick, pour assurer son développement à long terme.

Le député René Legacy a voulu savoir si cette étude était complétée et quelles étaient les recommandations ressorties. J’ai demandé pour l’étude, toutes correspondances, toutes informations qui étaient reliée, précise-t-il.

René Legacy dit avoir reçu 1150 pages de documents, dont la majorité étaient noircies. Il y en avait 1050 [pages] si vous voulez qui ressemblait à ceci, donc quasiment 91 % cachées [...] je me demande qu’est-ce qu’on cache, affirme le député.

« Dans un gouvernement qui dit qu'il veut être transparent, qui a fait une étude payée par les contribuables et qu’on n'est pas capable d'avoir les résultats, donc la première question c’est : est-ce qu’elle va être rendue public, quand et pourquoi on ne peut pas avoir accès? »

— Une citation de  René Legacy, député de Bathurst-Ouest-Beresford
René Legacy dans un stationnement.

René Legacy, député libéral de Bathurst-Ouest-Beresford (archives).

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Le député est aussi l’ancien président de l’Autorité aéroportuaire du nord du Nouveau-Brunswick (AANNB). Il reconnaît l’importance d’un aéroport dans le développement régional. Après avoir reçu les documents, il remet en question le sérieux de l’exercice.

J’ai eu l’impression que c’était une tactique pour ralentir le processus, le gouvernement ne voulait pas donner des sous, donc on va faire une étude, on va retarder le processus , affirme René Legacy.

De la poudre aux yeux?

René Legacy se demande si la révision serait simplement une stratégie pour ne pas aider financièrement les aéroports pendant la pandémie. Et on était la province qui supportait le moins financièrement ces mêmes aéroport, affirme le député libéral.

Les aéroports relèvent du gouvernement fédéral. Cependant, M. Legacy souligne que d’autres provinces donnent une aide financière à ce secteur pour rebâtir leurs vols , c’est-à-dire pour négocier avec les compagnies aériennes pour obtenir des vols supplémentaires.

En novembre 2020, Blaine Higgs affirmait que des dizaines de millions de dollars sont injectés tous les ans dans les aéroports, incluant des fonds provinciaux.

Impact de la révision

Pour l’instant, le député René Legacy doute que cette révision devienne un outil central dans le développement des aéroports dans la province. Je l'espère, mais avec le montant d’information que j’ai, j’en ai pas bon espoir en ce moment , précise-t-il.

Il demande donc au gouvernement de divulguer les recommandations de cette révision du secteur aérien.

Selon nos informations, une première version du rapport aurait été remise à la direction des différents aéroports de la province. Cependant, le document serait accompagné d’une interdiction d’en divulguer le contenu.

D’après le reportage de François Lejeune

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !