•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Partir de Moncton pour aller « dans le Sud » sera bientôt possible

Quelques personnes marchent devant les comptoirs des compagnies aériennes.

L'activité reprend à l'aéroport international Roméo LeBlanc du Grand Moncton. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Radio-Canada

L’Aéroport international Roméo LeBlanc du Grand Moncton retrouve tranquillement son niveau d’activité prépandémique. Maintenant que le Canada a retiré son avertissement contre les voyages non essentiels, l’administration aéroportuaire se prépare à offrir des vols vers les destinations soleil cet hiver.

La majorité des employés de l’aéroport international situé à Dieppe sont de retour au travail et l’achalandage reprend selon le président-directeur général de l’aéroport, Bernard LeBlanc.

Quand on regarde au mois de juin, on a été le seul aéroport au Nouveau-Brunswick qui avait de l’activité de passagers et même dans ce temps-là, on avait seulement 10 % de notre trafic normal. Au mois d’août, on était rendu à 40 % et au mois de septembre c’était environ à 51 % de ce qu’on verrait en 2019. Donc, définitivement il y a plus d’activité, a précisé M. LeBlanc.

Le gouvernement fédéral a levé sa mise en garde sur les voyages non essentiels pour les personnes adéquatement vaccinées. L’avis était en vigueur depuis mars 2020. Toutefois, les croisières à l’extérieur du pays sont toujours à éviter selon les avertissements du gouvernement.

Bernard LeBlanc, président-directeur général de l'Aéroport international Roméo LeBlanc du Grand Moncton

Bernard LeBlanc, président-directeur général de l'Aéroport international Roméo LeBlanc du Grand Moncton.

Photo : Radio-Canada

C’est positif. Ça encourage les gens à voyager. Peut-être qu’il n’y a pas tant de monde qui est au courant. On voit beaucoup d'activités internationales, d’une manière ou d’une autre. Je crois que les commentaires de seulement faire attention aux endroits où vous allez plutôt que de décourager ça, c’est positif, a dit M. LeBlanc en entrevue à La matinale.

Des vols vers des destinations soleil sont prévus en février, à partir de Moncton. Cependant, la disponibilité des aéronefs et le processus de requalification des pilotes pourraient prendre plus de temps et avoir un impact sur l'offre.

« Je ne fais que regarder notre exemple. On avait planifié 11 vols par semaine avec Sunwing et Transat à partir du mois de février, mais on vient d’apprendre que ce ne sera peut-être pas tous les avions qui seront disponibles. Peut-être que la saison sera un peu plus courte qu’on pensait. »

— Une citation de  Bernard LeBlanc, PDG de l'aéroport international Roméo LeBlanc du Grand Moncton

Les pilotes qui n’ont pas volé depuis le début de la pandémie doivent retourner sur les bancs d’école pour suivre une formation de deux mois dont la facture s'élève à 50 000 $. Ils doivent également passer du temps en simulateur de vol.

De plus, pour l’instant, il n’y a que 10 aéroports au pays qui peuvent offrir des vols internationaux. L’aéroport international Roméo LeBlanc est en négociation avec le gouvernement fédéral à ce sujet.

Le télétravail pourrait aussi être un autre frein à un plus grand décollage du trafic aérien dans les aéroports puisqu'il y a moins de rencontres d’affaires en présentiel.

Par ailleurs, l'aéroport a annoncé que le pdg Bernard LeBlanc prendra sa retraite à la fin mai. Il quitte également son poste de directeur chez Vantage Airport Group.

Avec des informations de l'émission La matinale d'ici Acadie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !