•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Denis Coderre embaucherait rapidement 250 policiers supplémentaires

Un policier du SPVM.

Il y a un manque de policiers dans les rues de la métropole, estime Ensemble Montréal.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Ensemble Montréal veut augmenter les effectifs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Son chef Denis Coderre, qui brigue la mairie en vue des élections du 7 novembre, promet, s'il est élu, d'engager 250 agents supplémentaires, comme le demande la Fraternié des policiers et policières de Montréal (FPPM).

Il demandera à Québec, s'il le faut, de rehausser le plafond d'embauche fixé par Québec en vertu de la Loi sur la police, qui limite actuellement les effectifs du SPVM à environ 4800 employés.

M. Coderre présentait lundi matin ses engagements en matière de sécurité dans un hôtel du centre-ville aux côtés de ses candidats Karine Boivin-Roy, Suzanne De Larochelière, Jim Beis et Abdelaq Sari.

Selon le chef d'Ensemble Montréal, la ville de Montréal n'est plus aussi sécuritaire qu'avant. Et ce n'est pas négatif de le dire, a-t-il déclaré lundi. Car pour régler un problème, il faut d'abord le reconnaître.

« On va s'assurer que Montréal redevienne sécuritaire. »

— Une citation de  Denis Coderre, chef d'Ensemble Montréal

Autre promesse importante : M. Coderre s'engage à lancer l'appel d'offres pour les futures caméras portatives du SPVM dans les 100 premiers jours d'un éventuel mandat.

On n'attendra pas la fin du projet pilote à Rimouski, on en a déjà fait un, a-t-il lancé, faisant référence à l'expérience lancée le printemps dernier par la Sûreté du Québec.

Denis Coderre voudrait également lancer une discussion sur la présence des caméras de surveillance dans les endroits les plus chauds de la métropole.

Cet outil peut être intéressant, mais les aspects éthiques étant fondamentaux, nous ne le ferons pas sans tenir une large consultation, a-t-il fait savoir dans un document technique partagé avec les médias lundi.

Pourtant, le SPVM dispose déjà d'un réseau de caméras de sécurité urbaine, disposées principalement dans les arrondissements de Ville-Marie et du Plateau-Mont-Royal. Ce réseau de 24 caméras sera d'ailleurs bonifié, aux dires de la police, qui a annoncé lundi après-midi l'ajout à court terme de 9 nouvelles caméras.

Denis Coderre en conférence de presse tenant dans les mains un document titré : « Montréal sécuritaire ».

Denis Coderre répète depuis des semaines que Montréal n'est plus sécuritaire.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Par ailleurs, Denis Coderre promet, s'il est élu, de doter le SPVM d'un fonds de prévoyance équivalant à 5 % de son budget, de réclamer pour Montréal une place au conseil d'administration de l'École nationale de police du Québec et d'accompagner un patrouilleur sur le terrain une fois par année.

Sous son règne, le chef de police deviendrait aussi directeur général adjoint de la Ville de Montréal.

Notre couverture des élections municipales au Québec en 2021.

Les promesses faites par Denis Coderre lundi ont reçu un accueil favorable de la part du syndicat des policiers de Montréal.

Le plan d’Ensemble Montréal en sécurité publique démontre de la volonté politique, une connaissance fine des multiples facettes du dossier et une reconnaissance accrue des policiers, de leurs partenaires et des ressources nécessaires, a tweeté en après-midi la FPPM.

Joint par Radio-Canada, le syndicat a toutefois précisé qu'il ne fallait pas voir dans sa sortie de lundi un appui formel en faveur du parti de Denis Coderre.

Projet Montréal, pour sa part, a reproché à M. Coderre d'avoir attendu à la toute fin de la campagne pour présenter un plan incomplet et non chiffré sur ce qu’il considère sa priorité, ajoutant que la formation de Valérie Plante demeurait le seul choix responsable sur les questions de sécurité publique.

Nous avons un plan clair, concret, mesurable et chiffré qui intervient sur tous les fronts, de la prévention avec nos groupes communautaires et nos équipes mixtes, à la bonification des équipes d’enquêteurs, jusqu’à la lutte contre le trafic d’armes et les groupes criminalisés, a plaidé le parti dans une déclaration transmise à la presse.

Un enjeu incontournable de la campagne électorale

Le plan complet de vigilance et de sécurité d'Ensemble Montréal est rendu public quelques jours après la tenue du débat des candidats à la mairie du réseau LCN, au cours duquel la mairesse sortante avait reproché à Denis Coderre de ne pas avoir encore présenté ses engagements pour lutter contre la criminalité.

L'ex-maire, qui tente un retour en politique après quatre ans d'absence, est d'avis que la sécurité devrait être la question de l'urne le 7 novembre.

Depuis un an ou deux, la fréquence des fusillades a fortement augmenté dans la métropole. Tôt lundi matin, soit quelques heures avant la conférence de presse d'Ensemble Montréal, un jeune homme de 25 ans a été blessé par balle dans le secteur de Saint-Michel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !