•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les stations de ski peinent à embaucher du personnel saisonnier

Un planchiste évolue le long d'une piste à Whistler en Colombie-Britannique

Un planchiste évolue le long d'une piste à Whistler

Photo : Radio-Canada / Philippe Moulier

Radio-Canada

Jusqu’à 30 % des postes à pourvoir dans les stations de ski du pays pourraient ne pas trouver preneurs cette saison à cause d’un manque de travailleurs étrangers, estime le Conseil canadien du ski.

Le président de l’organisme, Paul Pinchbeck, a envoyé une lettre aux ministres de l’Immigration et du Développement économique pour leur demander un allongement de la durée des visas du programme Vacances-travail pour les travailleurs qui sont encore au Canada.

Il souhaite que la prolongation soit accordée jusqu’au 1er mai 2022.

Le programme Vacances-travail permet à des jeunes de certains pays de venir travailler au Canada pendant 12 ou 24 mois.

Michael J. Ballingal, le vice-président principal de la station Big White à Kelowna, en Colombie-Britannique, dit avoir 250 employés confirmés pour le début de la saison. Or, dit-il, la station de sports d'hiver a besoin de 600 à 700 personnes pour la faire fonctionner dans son ensemble.

La même difficulté touche la station Sun Peaks, près de Kamloops, qui doit ouvrir le 21 novembre et qui recherche une centaine d’employés.

D’après la directrice des communications de Sun Peaks, Christina Antoniak, environ la moitié des employés saisonniers viennent de l’étranger, mais ils ne sont que 20 % cette année.

Le président du Conseil canadien du ski, M. Pinchbeck, souligne que cette pénurie de personnel va obliger les stations et les commerces à réduire leurs heures d’ouverture ou même fermer leurs portes.

D'après les informations de Michelle Gomez

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !