•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des médecins saskatchewanais soulagés par l’arrivée de renfort des Forces armées

L'enseigne des Forces armées sur la manche d'un uniforme militaire.

Jusqu’à six infirmiers des soins intensifs seront envoyés dans des centres de soins intensifs de la Saskatchewan.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

De nombreux médecins de la Saskatchewan sont soulagés que les Forces armées canadiennes seront déployées afin d'aider la province à faire face à la quatrième vague de la pandémie de COVID-19.

Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Bill Blair, indique que le personnel militaire viendra en renfort dans les établissements de santé une fois qu'il aura été formé.

L'armée assurera aussi du transport aérien pour des patients vers d'autres provinces.

Les Forces armées s'attendent à venir en aide jusqu'au 17 novembre mais peuvent prolonger leur aide si nécessaire.

Selon l'épidémiologiste et professeur à la faculté de médecine de l’Université de la Saskatchewan, le Dr Nazeem Muhajarine, il s'agit d'un premier pas dans la bonne direction.

Il soutient que l'aide de l'armée devrait seulement être une solution de dernier recours et doit faire partie d'un plan plus concret de la province.

Envoyer des patients à l'extérieur de la province pour des soins n'est pas une situation qui peut durer éternellement. Il faut y avoir un plan aussi.

Le Dr Muhajarine dit que l'aide fédérale avait été réclamée par des médecins de la province depuis de nombreuses semaines.

Le médecin aux soins intensifs à Saskatoon, Hassan Masri, rappelle que la situation est critique en Saskatchewan.

Il souligne que la province doit poursuivre le transfert de patients aux soins intensifs vers l'extérieur de la province au cours des prochaines semaines.

« Si la province ne transfère pas 2 à 3 patients par jour au cours des deux prochaines semaines, soit l'équivalent de 40 à 50 patients, [les autorités sanitaires] n'auront d'autres choix que de commencer le triage de patients en Saskatchewan.  »

— Une citation de  Hassan Masri, médecin aux soins intensifs à Saskatoon

La présidente de l’Association médicale canadienne, Katharine Smart, demande au gouvernement provincial de mettre en place plus de mesures sanitaires, notamment limiter la taille des rassemblements.

Mme Smart ajoute que le gouvernement provincial refuse toujours d'écouter les recommandations de ses médecins et est responsable de la situation actuelle.

Avec les informations d'Olivier Daoust

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !