•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La politique municipale, une histoire de famille à Sherbrooke

La mère et le fils marchent sur le trottoir côte-à-côte.

Maxence Dauphinais-Pelletier et sa mère Hélène Dauphinais tentent tous les deux de se faire élire à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La politique est-elle une histoire de famille à Sherbrooke ? Lors des prochaines élections, deux mères de famille et leurs deux enfants font campagne en même temps, mais dans des quartiers différents de Sherbrooke.

Sylvie Théberge a été conseillère municipale à Stoke de 1999 à 2013. Maintenant installée dans le secteur Brompton, elle renoue avec la politique et se lance comme candidate dans ce secteur de Sherbrooke.

J'ai encore le feu sacré des défis, être à l'écoute des gens, lance-t-elle sans hésitation.

Sylvie Théberge est aussi la mère de Karine Godbout, la conseillère municipale du district Ascot depuis quatre ans. Cet automne, mère et fille font campagne en même temps à Sherbrooke.

« Ma mère a fait son propre cheminement dans sa prise de décision. C'est une femme qui est très active, qui est très engagée quand on dit que la pomme ne tombe pas bien loin de l'arbre. »

— Une citation de  Karine Godbout, candidate municipale du district Ascot

Karine Godbout et Sylvie Théberge ne s'attendent pas à être toujours d'accord au conseil municipal. Chacune voulant privilégier son secteur.

On peut parfois ne pas être d'accord, mais l'important, c'est de pouvoir bien s'expliquer les choses et de voir être claire et transparente, je pense, souligne Karine Godbout.

Elles assurent que malgré les possibles désaccords, le dialogue demeurera ouvert entre elles.

La politique de mère en fils

La politique prend des airs de renouveau dans la famille d'Hélène Dauphinais. La Sherbrookoise a vaincu le cancer il y a quatre ans. Elle est de retour sur la scène politique municipale, mais elle n'est pas seule. Son fils Maxence veut succéder à Rémi Demers dans le district Hôtel-Dieu et elle en est fière.

« C'est une fierté de le voir travailler pour atteindre son but. »

— Une citation de  Hélène Dauphinais, candidate du district du Pin-Solitaire

Mère et fils s'attendent toutefois à devoir gérer des différends.

Moi je prends mes décisions. Elle prend ses décisions. Moi, c'est sur que c'est le gros bon sens et le désir des résidents du quartier dont je fais partie. C'est pas un problème. On va quand même être capable de souper ensemble et de se parler, souligne Maxence Dauphinais-Pelletier.

Sa mère estime que cette démarche demeure en concordance avec l'éducation qu'elle lui a transmise.

J'ai élevé mes enfants en leur apprenant à penser par eux-mêmes, mais s'il le faut je suis certaine qu'on va avoir une aussi bonne relation en bout de ligne, affirme Hélène Dauphinais.

Mais d'ici là, les quatre candidats poursuivent leur campagne dans l'espoir d'intégrer le conseil municipal le 7 novembre prochain.

D'après le reportage de Jean Arel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !