•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet de loi 2 : « un recul historique » pour la communauté LGBTQ+

Simon Jolin-Barrette, ministre responsable de la Langue française

Simon Jolin-Barrette.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

L'organisme Diversité 02 qui représente la communauté LGBTQ+ au Saguenay-Lac-Saint-Jean s’oppose à l’exigence d’une chirurgie pour le changement de la mention du sexe sur les documents civils. Selon l’organisme, ce projet de loi du ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette, contient « certains articles dangereux et discriminants ».

Diversité 02 et ses membres se positionnent fermement contre la réforme du droit familial.

« Ce que nous avons entre les deux jambes ne regarde en rien l’État. L’identité de genre ne doit pas être guidée par des attributs physiques. »

— Une citation de  Membre de Diversité 02

Le texte du projet de loi prévoit qu’une personne ne pourra changer son marqueur de sexe sur son acte de naissance que si elle a des traitements médicaux et des interventions chirurgicales impliquant une modification structurale de ses organes sexuels.

Cette exigence avait pourtant été abolie du Code civil du Québec en 2013 et n'existe plus dans aucune province canadienne.

Une jeune femme trans de Dolbeau-Mistassini, Amy Fournier, joint sa voix à celle des personnes trans qui craignent également un recul majeur de leurs droits si le gouvernement Legault va de l'avant avec cette réforme du droit familial.

Amy Fournier

Amy Fournier utilise les réseaux sociaux pour sensibiliser les jeunes à la transidentité.

Photo : Radio-Canada / Romy Boutin St-Pierre

Selon Amy Fournier et l’organisme Diversité 02, ce changement catégorise les personnes trans et encourage les actes de violence.

C’est un projet transphobe, ça me fait un peu peur, c’est une chose qui n’est pas vraiment correcte, dans le sens que certaines personnes trans ne voudront pas de chirurgie car c’est une très grosse chirurgie et certains sont très à l’aise avec leur sexe d’origine.

« Ça revient encore à nous mettre dans une catégorie : tu es trans et faut que le monde le sache. »

— Une citation de  Amy Fournier

Dans un communiqué de presse envoyé dimanche, le directeur général de Diversité 02, Daniel Gosselin, a déclaré que ce projet de loi vient stériliser toutes les personnes trans, non binaires et intersexes qui voudraient faire un changement de la mention sexe, puisque l’hormonothérapie et les chirurgies ont des effets irréversibles sur les gamètes et les organes reproducteurs qui réduisent ou empêchent de concevoir un enfant par voie naturelle.

Daniel Gosselin

Daniel Gosselin dirige l'organisme Diversité 02.

Photo : Radio-Canada / Romy Boutin St-Pierre

Il ajoute que d’après une étude réalisée par National Transgender Discrimination Survey en 2011, seulement un tiers des personnes trans vont décider de faire des opérations de réassignation de genre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !