•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les animaux des sans-abri sont aussi bien soignés que les autres, selon une étude

Un jeune itinérant dort sur le trottoir avec son chien.

La co-auteure de l'étude affirme que la stigmatisation doit cesser. (Archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

La co-auteure d'une récente étude nord-américaine sur la santé des animaux de compagnie des sans-abri espère remettre en question la stigmatisation selon laquelle ces animaux ne sont pas bien soignés par leurs propriétaires.

Je pense qu'il y a longtemps que l'on dit : "Si vous ne pouvez pas prendre soin de vous-même, comment pouvez-vous prendre soin d'un animal de compagnie?", a déclaré Michelle Lem, fondatrice de Community Veterinary Outreach (CVO), qui a mené l'étude avec l'Université de Guelph.

L'organisme de bienfaisance met en relation des personnes sans abri avec des services de soins de santé vétérinaire à leurs animaux de compagnie.

Or, selon Mme Lem, beaucoup de ces animaux de compagnie sont bien soignés et connaissent les mêmes types de conditions que d'autres populations d'animaux de compagnie [ont] dans les cliniques privées.

Pour l'étude, a déclaré Mme Lem, les chercheurs ont utilisé les dossiers médicaux des animaux de plus de 1100 clients qui ont accédé aux cliniques de proximité du CVO, qui a des partenariats et des emplacements au Canada et aux États-Unis.

À partir de ces dossiers, l'équipe a analysé le score principal de l'état corporel de chaque animal, qui est un indicateur de l'état de santé général, et a constaté que la majorité des animaux étaient en bonne santé.

Ce que nous avons vu, c'est que le score principal était de 5,4 sur 9. Le score idéal pour les chats est de 5 et pour les chiens de 4 à 5, a-t-elle déclaré.

L'étude a également analysé le système corporel de chaque animal, qui comprend la santé bucco-dentaire, la peau et les muscles, ainsi que la santé cardiovasculaire, et a révélé que les anomalies signalées chez les animaux appartenant à des personnes vulnérables, généralement au niveau du système bucco-dentaire ou digestif, étaient les mêmes que celles signalées chez les animaux ayant consulté des cliniques privées.

La cavité buccale, la peau et les troubles gastrointestinaux sont les anomalies les plus fréquemment signalées et, une fois encore, ce sont les mêmes que celles que nous observons le plus souvent dans les cliniques privées, a-t-elle déclaré.

Là où il y a des différences, c'est l'accès aux soins et l'accès aux soins vétérinaires préventifs, l'accès aux soins urgents ou aux soins chroniques.

Avant leurs propres besoins

La Humane Society of Kitchener Waterloo and Stratford Perth [Société protectrice des animaux de la région de Kitchener, Waterloo et Stratford Perth, traduction libre] travaille avec le CVO et a coordonné par le passé des cliniques de proximité pour apporter des soins vétérinaires aux propriétaires d'animaux sans abri ou logés de manière vulnérable.

Stacy Murphy, technicienne vétérinaire agréée et coordinatrice de la clinique de Perth, a déclaré que les animaux qu'elle a traités sont bien soignés, car de nombreuses personnes sans abri font souvent passer les besoins de leur animal avant les leurs.

Si leur animal est malade, ils le feront passer avant leurs propres besoins et ils en prennent vraiment bien soin parce qu'ils sont avec eux 24 heures sur 24, sept jours sur sept, a déclaré Mme Murphy.

Et, en retour, selon elle, les sans-abri s’occupent d'eux-mêmes afin de s’assurer qu’ils seront là pour leur animal. Ce lien est si fort qu'ils sont prêts à tout pour se soigner afin de garder leur animal en sécurité.

Comme Mme Lem, Mme Murphy espère que l'étude permettra de sensibiliser davantage les personnes sans domicile fixe à l’adoption d'un animal de compagnie.

La stigmatisation existe, mais nous espérons que cela changera avec d'autres études comme celle-ci qui montrent que ces animaux sont en bonne santé, a-t-elle déclaré.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !