•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin de la PCRE : une réforme de l’assurance-emploi urgente selon un militant

Des gens font la file dans un bureau de Service Canada.

Un bureau de Service Canada le 19 mars 2020.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

En Atlantique, près de 37 000 personnes ont demandé la Prestation canadienne de la relance économique. La fin du programme soulève des craintes au Nouveau-Brunswick et démontre l'urgence de réformer le programme actuel d'assurance-emploi, selon le militant Fernand Thibodeau.

Avec la fin de la PCRE, le gouvernement fédéral misera maintenant sur des programmes plus ciblés pour protéger les travailleurs et les entreprises dans des secteurs tels que le tourisme et la restauration.

La fin de cette prestation suscite diverses réactions en Atlantique, où plusieurs personnes profitaient toujours du programme.

Le premier ministre Higgs heureux

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick Blaine Higgs s'est dit ravi de la fin de la prestation de relance économique : Il va sans dire que je suis heureux de voir la PCRE finir.

Blaine Higgs entre deux drapeaux du Nouveau-Brunswick.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick, le 1er mai 2020.

Photo : Radio-Canada

M. Higgs estime que la fin de la prestation signifie que plusieurs travailleurs seront de retour sur le marché du travail.

Ces paroles font réagir Fernand Thibodeau, porte-parole de l'organisme Aide et soutien aux travailleurs et travailleuses saisonniers de l'Acadie.

Le premier ministre, là, comme leadership, ce qu'il devrait avoir, c'est de ne pas juger au niveau des travailleurs qui étaient même sur la PCRE ou la PCU, parce que c'était un besoin dans le temps comme tel, affirme le militant acadien. Aujourd'hui,peut-être que le besoin est moins là, mais la pandémie est encore là.

Un homme au crâne chauve, portant des lunettes, dans une salle d'assemblée.

Fernand Thibodeau souhaite un programme de soutien financier mieux adapté aux besoins des travailleurs saisonniers.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Selon Fernand Thibodeau, la pénurie de main-d'oeuvre dans la province n'a pas été causée par ces prestations.

« Ce n'est pas juste la PCRE puis la PCU. Elles ont le dos large, mais ce n'est pas juste ça qui a créé le manque de main-d'oeuvre. »

— Une citation de  Fernand Thibodeau

Fernand Thibodeau souligne que la population au Nouveau-Brunswick est vieillissante.

Je pense que, pour un premier ministre, il doit regarder lui aussi avec tout le surplus d'argent qu'il a du fédéral, pour essayer d'aider son monde au Nouveau-Brunswick. Ça irait beaucoup mieux, estime M. Thibodeau.

La réforme de l'assurance-emploi revient au premier plan

Pour M. Thibodeau, la fin de cette aide doit accélérer une réforme complète de l'assurance-emploi.

En Atlantique, 168 000 personnes touchent des prestations d'assurance-emploi. Le système est désuet selon plusieurs et ne représente pas la réalité des travailleurs de l'industrie saisonnière.

On veut une réforme de l'assurance-emploi [...] surtout pour les travailleurs de l'industrie saisonnière, qu'il y ait un programme spécial pour eux autres dans la réforme puis qu'ils soient reconnus à leur juste valeur aussi , lance Fernand Thibodeau.

La réforme ne devrait pas tarder, assure le fédéral : Le plus rapidement possible, mais il faut aussi le faire correctement. C'est un grand programme, c'est une grande ambition , a déclaré Jean-Yves Duclos, président du Conseil du Trésor au sein du dernier gouvernement de Justin Trudeau.

D'après un reportage de Félix Arseneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !