•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anthony Edmonds élu chef du Parti vert de la Nouvelle-Écosse

L’ingénieur en aérospatiale dirigera le parti qui n’a obtenu que 2 % des voix à la dernière élection.

Un jeune homme barbu portant veston et cravate.

Anthony Edmonds a été élu chef du Parti vert de la Nouvelle-Écosse.

Photo : CBC / Robert Short

Radio-Canada

Le Parti vert de la Nouvelle-Écosse a un nouveau chef, Anthony Edmonds, et une nouvelle cheffe adjointe, Jo-Ann Roberts.

Ils ont été élus lors du vote tenu par les membres de la formation politique, de manière virtuelle et à un rassemblement modeste à Middle Sackville, samedi.

Les règles du parti exigent que l’équipe de direction soit un duo.

L’élection de la paire Edmonds-Roberts n’était qu’une formalité, puisqu’ils étaient les seuls candidats. Richard Zurawski et Nick Hendren avaient posé leur candidature, mais s’étaient retirés de la course en septembre.

Le duo Edmonds-Roberts a reçu 86 votes, ou près de 93 % des voix exprimées. Les membres pouvaient aussi cocher la case aucun choix, ce qu’ont fait 7 des 93 personnes qui ont voté.

Anthony Edmonds et Jo-Ann Roberts posent devant une affiche.

Anthony Edmonds et Jo-Ann Roberts le 23 octobre 2021 à Middle Sackville, en Nouvelle-Écosse.

Photo : La Presse canadienne / Photo fournie par Krista Grear

Anthony Edmonds est un ingénieur en aérospatiale qui a été candidat à plusieurs reprises aux élections fédérales et provinciales en Nouvelle-Écosse.

Il a récolté environ 6 % des suffrages comme candidat du Parti vert néo-écossais en 2017, puis en 2021 dans Waverley-Fall River-Beaver Bank.

Candidat du Parti vert du Canada dans la circonscription de SackvillePrestonChezzetcook, Anthony Edmonds a pris le 4e rang avec plus de 11 % des voix en 2019, avant de voir ses appuis chuter à 2 % deux ans plus tard, parallèlement à l’effondrement du vote vert fédéral.

Jo-Ann Roberts parle au micro et Elizabeth May est à ses côtés.

Jo-Ann Roberts en campagne électorale dans Halifax, où elle était candidate du Parti vert fédéral en 2019.

Photo : CBC / Robert Short

Jo-Ann Roberts a été cheffe par intérim du Parti vert fédéral pendant près de 11 mois, prenant la relève d’Elizabeth May jusqu’à l’élection d'Annamie Paul en octobre 2020.

Journaliste au réseau CBC jusqu'en 2014, elle s’est lancée en politique à Victoria en Colombie-Britannique en 2015, où elle a obtenu près de 33 % des voix pour les verts fédéraux et terminé 2e derrière le député néo-démocrate.

De retour dans sa province natale, elle a été candidate du Parti vert fédéral en 2019 et 2021 dans la circonscription d’Halifax, récoltant 14 % et 2 % des voix, respectivement.

Aucun député

Contrairement aux partis verts qui ont effectué ces dernières années des percées dans les provinces voisines du Nouveau-Brunswick et, en particulier, de l’Île-du-Prince-Édouard où il forme l’opposition officielle, le Parti vert de Nouvelle-Écosse a plafonné à environ 2 % des voix aux derniers scrutins et n’a jamais fait élire de député à l’Assemblée législative.

Les nouveaux dirigeants comptent corriger cette situation et repérer les circonscriptions qui leur seraient les plus favorables.

Le recrutement s’annonce aussi un défi. Les verts de Nouvelle-Écosse ne comptent que 300 membres. Le chef Anthony Edmonds ambitionne de doubler ce nombre d’ici deux ans.

Si les choses se passent comme prévu, le nombre de nos membres devrait rivaliser avec ceux des plus grands partis de la province, affirme-t-il.

Les verts néo-écossais étaient depuis avril 2021 dirigés par Jessica Alexander, qui avait été nommée de façon intérimaire et se trouvait à la tête du parti lors des élections provinciales du 17 août dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !