•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines de manifestants pour et contre Sean Chu se rassemblent à Calgary

Le conseiller municipal de Calgary Sean Chu a été reconnu coupable d’une inconduite en vertu de la loi sur la police relativement à des contacts inappropriés avec une mineure de 16 ans en 1997, alors qu'il était policier.

Une manifestante tient une pancarte réclamant la démission de Sean Chu.

Des centaines de manifestants ont réclamé la démission du conseiller municipal Sean Chu dimanche, à Calgary.

Photo : Radio-Canada / Andrew Brown

Radio-Canada

Deux manifestations, l’une en soutien du conseiller municipal de Calgary Sean Chu et l’autre réclamant sa démission ont rassemblé des centaines de manifestants dans la métropole albertaine dimanche.

Il a reçu une lettre de réprimande en lien avec cette affaire qui est restée à son dossier pendant cinq ans. Elle a expiré en 2008. Il n'a pas fait l'objet d'accusations criminelles.

Rectificatif :

Une version précédente laissait entendre que Sean Chu faisait toujours l'objet d'allégations de contacts sexuels inappropriés avec une mineure, ce qui n'est pas le cas.

Ces manifestations ont été organisées en réaction à la réélection du conseiller municipal pour le quartier 4 de Calgary après que des informations concernant des allégations de contacts sexuels inappropriés avec une mineure dans les années 1990 ont refait surface.

Des centaines de manifestants se sont rassemblés à l’hôtel de ville de Calgary pour réclamer la démission du conseiller. Les membres du groupe Facebook Resign Chu (Chu démissionne), qui a organisé l’événement, se présentent comme des Calgariens, dont certains sont membres du quartier 4, et des victimes d’agression sexuelle.

Nous voulons que Sean Chu soit tenu responsable de ses actions et comprendre comment le système a permis que cela se produise, affirme Amanda Hu, une résidente du quartier 4 présente à la manifestation.

« Je ne peux pas penser à une personne pire que lui pour représenter ma communauté. »

— Une citation de  Amanda Hu, manifestante

Une autre manifestation en soutien au conseiller municipal a rassemblé plus d’une centaine de personnes à l’Olympic Plaza à Calgary.

Nous soutenons Sean parce qu’il a été élu officiellement par les citoyens du quartier 4, malgré une fuite aux médias contenant des informations trompeuses et déformées seulement trois jours avant l’élection, ont déclaré les organisateurs dans un courriel envoyé aux médias.

Il faut respecter le processus démocratique, affirme Ming Wei, un manifestant.

Des manifestants tiennent des pancartes en soutien à Sean Chu.

De nombreux Calgariens ont apporté leur soutient à Sean Chu lors d'une manifestation à Calgary dimanche.

Photo : Radio-Canada / Andrew Brown

Contacts sexuels inappropriés

De nombreuses voix se sont élevées dans les derniers jours pour réclamer la démission du conseiller municipal.

Les allégations de contacts sexuels inappropriés découlent d'un incident survenu en 1997, lorsque Sean Chu était policier. Il avait 34 ans et la jeune fille avait 16 ans.

À l’époque, Sean Chu avait été réprimandé, mais aucune accusation criminelle n'a été portée contre lui.

Lors d’un point de presse jeudi, Sean Chu a présenté de rapides excuses à la plaignante. Il a également annoncé qu’il ne démissionnerait pas, soutenant qu’il a été dûment réélu et qu’il n’a jamais fait l’objet d’accusations criminelles.

Je vais continuer à servir le quartier 4 en tant que conseiller municipal, a-t-il déclaré.

Le même jour, tous les conseillers municipaux avaient appelé à la démission de Sean Chu ou soulevé la question de son maintien en poste.

Sur les réseaux sociaux, un mot clé appelant à sa démission a également été partagé par des centaines de personnes.

Mercredi, CBC a également révélé que Sean Chu a été impliqué dans une dispute conjugale avec sa femme en 2008. Au terme de la dispute, son épouse, qui craignait pour la sécurité de son mari, a appelé la police. La police est intervenue et a saisi une arme à feu.

Rectificatif : Une version précédente de ce texte disait que la police avait dû intervenir pendant la dispute conjugale. L'intervention a eu lieu après la dispute.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !