•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Effet marginal de l’abolition de la PCRE sur le marché de l’emploi

Jean-Yves Duclos en entrevue.

Jean-Yves Duclos rappelle que ce calibrage du soutien fédéral survient alors que l’économie canadienne a récupéré tous les emplois perdus depuis le début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada

Micheline Laflamme

La Prestation canadienne de la relance économique (PCRE) n’existe plus. Mais sa disparition ne réglera pas la pénurie de main-d'œuvre, prévient le président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos.

Dans une entrevue aux Coulisses du pouvoir, le ministre fédéral affirme que la rareté de personnel est essentiellement due à une population vieillissante.

C'est un problème structurel, essentiellement démographique. Et il est faux de dire que la PCRE a aggravé cette pénurie. Il y avait peut-être des effets à la marge, mais ces effets marginaux vont évidemment disparaître totalement depuis l'annonce jeudi dernier de l'arrêt de la PCRE.

Rien qu'au Québec, 120 000 personnes ont recouru à la PCRE au mois d’août dernier, de dire le ministre québécois du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, à l’animateur des Coulisses, Daniel Thibeault. Le ministre de la CAQ espère que l’élimination du programme fera gonfler les rangs des travailleurs.

« Il y a un potentiel extrêmement intéressant. Il y a des personnes aussi qui veulent saisir une opportunité de vie pour se réorienter. »

— Une citation de  Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec

La disparition de la PCRE fait partie d’un ensemble de mesures plus ciblées pour venir en aide aux Canadiens et aux entreprises toujours affectés par la pandémie de COVID-19. Ottawa réserve dorénavant ses programmes d’aide salariale et de soutien au loyer aux entreprises des secteurs du tourisme, de la restauration et de l’hôtellerie de même qu’aux compagnies qui enregistrent toujours des pertes financières importantes.

Jean-Yves Duclos en entrevue avec Daniel Thibeault aux Coulisses du pouvoir.

Dans une entrevue aux Coulisses du pouvoir, le ministre Duclos affirme que la rareté de personnel est essentiellement due à une population vieillissante.

Photo : Radio-Canada

Le gouvernement fédéral épaulera également les citoyens et les entrepreneurs qui se trouvent dans des zones de confinement. Enfin, il maintient son programme d’aide à l’embauche pour les sociétés dont les pertes de revenus sont supérieures à 10 %. Ces dispositions s’appliqueront jusqu’au 7 mai 2022 et devraient coûter milliards de dollars, selon Chrystia Freeland, la ministre fédérale des Finances.

Il y a eu beaucoup de changements au cours des derniers mois et à chaque fois, on était capable de s'adapter à ces changements, mais aussi de s'adapter aux conditions particulières dans lesquelles certains travailleurs et certaines entreprises se retrouvent, a souligné le président du Conseil du trésor.

Pressions inflationnistes

Jean-Yves Duclos rappelle que ce calibrage du soutien fédéral survient alors que l’économie canadienne a récupéré tous les emplois perdus depuis le début de la pandémie. Ce regain économique fait grimper les taux d’inflation depuis quelques mois. En septembre, l’indice des prix à la consommation a atteint 4,4 % au Canada, du jamais vu depuis 2003.

C’est dû à la conjoncture post-COVID. La COVID a créé beaucoup de ruptures dans les marchés du travail, dans les processus de chaîne d'approvisionnement, ce qui a mis au cours des derniers mois une pression à la hausse sur plusieurs prix à la consommation, précise le ministre.

Ces mouvements inflationnistes sont surveillés de près par la Banque du Canada, indique-t-il, mais parce qu’ils s’inscrivent dans une conjoncture mondiale, le gouvernement fédéral n’a que peu de marge de manœuvre pour les influencer directement.

Ottawa dispose de deux leviers, selon lui.

Il y a d’abord la création d'emplois qui viendra alléger le fardeau des familles qui auront un revenu disponible plus élevé. Il y a aussi la hausse en juillet dernier de la sécurité de la vieillesse et aussi la bonification de l’Allocation canadienne pour enfants. Ces mesures viendront aider ceux qui peuvent s’en prévaloir à payer pour l'augmentation des coûts.

L’émission Les coulisses du pouvoir est diffusée les dimanches à 11 h, heure de l’Est.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !