•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une simulation d’accident ferroviaire en Estrie pour se préparer au pire

Des pompiers en action près d'un train.

Des pompiers de Richmond ont participé à une simulation d'accident ferroviaire.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'Organisation intermunicipale de sécurité civile de la région de Richmond a organisé samedi une simulation impliquant une voiture et un train transportant des matières dangereuses.

L'exercice s'est déroulé au passage à niveau longeant la route 143, à Cleveland. Dans le scénario présenté aux intervenants, deux passagers à bord du véhicule sont blessés et doivent être pris en charge par les ambulanciers.

Pendant de temps, les policiers et Transport Canada doivent collaborer pour rapidement déterminer la nature du chargement du train afin d'évaluer comment intervenir selon les matières avec lesquelles ils ont affaire.

Une nécessaire préparation

Le spécialiste du transport des matières dangereuses pour l'Association des chemins de fer du Canada, Jean-Pierre Couture, souligne l'importance de ce genre d'exercice qui est répété tous les deux ans.

Il explique que la stratégie d'intervention lors de ce type d'incident est bien différente.

Les services de sécurité incendie, lorsqu'ils interviennent sur des événements, ils sont toujours en mode offensif parce qu'il y a peut-être des vies qui sont en question. Dans le domaine ferroviaire quand on intervient on est toujours en mode défensif tant qu'on n'a pas obtenu les informations pour la phase initiale de l'intervention, explique-t-il.

Des intervenants sont réunis près d'un camion de pompier.

Des pompiers, des policiers et des ambulanciers ont notamment participé à l'exercice afin de mieux intervenir en cas d'accident réel.

Photo : Radio-Canada

Au terme de l'événement, tous les intervenants font un retour sur les événements afin de déterminer quels apprentissages doivent être tirés de l'expérience. On va tous voir les points positifs, les points négatifs qui sont arrivés lors de la simulation. Ce n'est pas quelque chose qu'on voit à tous les jours, à toutes les semaines, donc c'est important de le pratiquer, souligne Steve St-Laurent, le directeur adjoint du service d'incendie de la région de Richmond.

L'exercice qui s'est déroulé samedi sera renouvelé dans deux ans, avec un nouveau scénario, pour mettre encore une fois à l'épreuve le savoir-faire des premiers répondants et assurer une réponse optimale en cas de catastrophe réelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !