•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines d’amateurs de danse réclament l’ouverture des discothèques

 Des manifestants brandissant des pancartes.

Les propriétaires de discothèques et leurs clients réclament la réouverture des planchers de danse.

Photo : The Canadian Press / Graham Hughes

Radio-Canada

Des centaines d'amateurs de danse, de tenanciers de bars et de DJs se sont donné rendez-vous au parc Jeanne-Mance, samedi après-midi, pour réclamer la levée de l'interdiction de danser dans les discothèques.

On a été les premiers fermés à cause de la pandémie, on va sûrement être les derniers ouverts. Ça nous prend de l’aide s’ils ne veulent pas qu’on rouvre, ou qu'ils nous laissent ouvrir avec des mesures sanitaires en place, réclame Mathieu Drapeau, propriétaire de Club Unity et coorganisateur de la manifestation.

On est en train de mourir doucement parce que, techniquement, on est tous en faillite, clame pour sa part François Boitard, propriétaire du Rouge Bar.

Plusieurs manifestants ont fait valoir qu'il est injuste que le gouvernement autorise les grandes salles comme le Centre Bell à rouvrir au maximum de leur capacité pour les concerts et les matchs de hockey tandis que les boîtes de nuit et les bars ne peuvent pas ouvrir leurs pistes de danse à des foules plus petites.

Nous en sommes à un point où on peut avoir de grandes foules dans une grande salle. Je ne vois pas pour quelle raison on ne peut pas permettre les activités noctambules si les gens respectent les mesures de la santé publique, dit Mélanie Leeson, une autre manifestante.

Le Québec et la Colombie-Britannique sont les deux seules provinces qui continuent d'interdire la danse dans les bars et les boîtes de nuit dans le cadre de leur réglementation liée à la COVID-19.

Les organisateurs de la manifestation disent soutenir les efforts que la province a déployés pour lutter contre la pandémie, mais ils croient que la danse peut reprendre en toute sécurité dans des lieux où le passeport vaccinal de la province est requis.

Des manifestantes au parc Jeanne-Mance.

Des manifestantes réclamant l'ouverture des pistes de danse.

Photo : The Canadian Press / Graham Hughes

Questionné à ce sujet sur les ondes de RDI samedi, le Dr André Veillette, immunologiste à l'Institut de recherches cliniques de Montréal, a estimé qu’il est trop tôt pour aller danser en toute sécurité. Il y a longtemps que je suis allé dans une discothèque. Du temps que j’y allais, je me souviens que c’était des endroits qui étaient très fermés, les gens étaient très proches. [...] La musique était forte, les gens criaient pour s’entendre parler...

Il souligne qu'avec 400 à 500 nouveaux cas par jour, au milieu d'une vague, rouvrir les discothèques revient à jouer avec le feu.

Selon le Dr Veillette, ce scénario risque davantage de se réaliser au printemps, voire à l'été prochain.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) n'a pas tardé à réagir, faisant valoir qu'il est au fait des revendications des intervenants du milieu des bars et de la danse.

Des assouplissements importants ont été annoncés pour les bars et les restaurants. En effet, dès le 1er novembre, il n’y aura plus de restrictions quant à la capacité de ces établissements. Par ailleurs, ils pourront à nouveau fermer à 3 h du matin, a fait valoir le MSSS.

Avec les informations de Jérôme Bergeron et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !