•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 chez les enfants, des parents saskatchewanais racontent leurs expériences

Une fillette se fait dépister pour la COVID-19 avec sa mère à côté.

Plusieurs parents Saskatchewanais racontent leurs difficultés avec des enfants ayant eu la COVID-19.

Photo :  (Evan Mitsui/CBC)

Radio-Canada

Avec la pandémie de COVID-19, les enfants ont eu à faire face à quantité de facteurs d’anxiété tels que la distance sociale à maintenir avec leurs amis, la perte des grands-parents et l'adaptation à l’enseignement en ligne. Des parents reviennent sur leurs expériences de la COVID-19 avec leurs enfants.

Les enfants de moins de 12 ans sont aussi le seul groupe d’âge qui pour le moment n’a pas accès à la vaccination.

Vendredi, les enfants de 11 ans et moins représentaient un tiers des 300 nouveaux cas de la maladie en Saskatchewan, selon la province.

En dépit des mesures sanitaires comme la distanciation sociale, le port du masque ou le lavage des mains, des parents saskatchewanais ont dû faire face à la maladie lorsqu’elle a touché leurs enfants.

Hospitalisée à 6 ans

Le mari de Tara Oliver et ses deux enfants ont contracté la COVID-19.

Sa fille de 6 ans a commencé à avoir des vomissements en pleine nuit. Elle a par la suite eu une importante fièvre et une forte toux.

Photo de famille de Tara Oliver avec son mari et ses deux filles.

Tara Oliver a dû amener sa fille de 6 ans à l'hôpital après d'importants vomissements.

Photo : Tara Oliver

Pendant deux à trois jours, elles ne pouvaient pas s’arrêter de vomir. Sa mère l’a alors amené à l’hôpital de l’université royale de Saskatoon.

C’était stressant et apeurant, explique Tara Oliver.

Le jour suivant, sa fille de neuf ans a également présenté des symptômes comme des vomissements et des maux de tête, mais moins importants que sa cadette selon Tara Oliver.

Pour cette mère, la province devrait en faire davantage pour arrêter la propagation du virus.

C’est frustrant de voir qu’on est arrivé jusqu’ici et que maintenant ce sont les enfants qui tombent malades, dit-elle.

De la confusion dans les tests

À Saskatoon, Sam Lock et sa famille ont vécu une expérience pleine de confusion avec la COVID-19.

Lorsque son fils de 3 ans a développé de légers symptômes rappelant un rhume, la famille a décidé de garder ses deux enfants à la maison.

Ils ont appris plus tard qu’un cas de covid-19 avait été repéré au sein de la garderie, et leurs enfants étaient des contacts proches.

Photo de famille de Sam Lock avec sa compagne et ses deux enfants.

Sam Lock ne savait plus quoi penser entre ce que lui disait les résultats des tests rapides et les tests PCR.

Photo : Sam Lock

La famille entière a alors passé des tests rapides, aux résultats négatifs. Mais le plus jeune de la famille a aussi passé un test PCR, qui était positif.

Les autres membres de la famille ont eux continué d’avoir des symptômes malgré des tests négatifs.

C’était très confus. C’était très difficile de savoir ce qu’on devait faire, explique Sam Lock.

Sa famille est maintenant en isolement et il dit être reconnaissant qu’aucun des membres de sa famille n'a souffert de symptômes graves. Il ajoute que s’il y a tout doute avec au sujet des tests rapides, un test PCR peut donner un peu de clarté.

Il ajoute que bien que des précautions aient été prises, c’était inévitable que sa famille soit exposée au coronavirus.

On fait tout ce qu’on peut comme famille pour éviter, mais sans action à un plus haut niveau, ça va arriver, dit-il.

Prévenir la maladie

La famille de Megan Daschner a eu à faire avec la COVID-19 lorsque le locataire de leur sous-sol a été testé positif à la maladie.

La fille de Mega Daschner a également été testée positive après avoir passé du temps avec le locataire. Elle a par la suite transmis la maladie à son frère puis à Megan Daschner elle-même.

Phot de famille de Megan Daschner avec son compagnon et ses deux enfants.

Megan Daschner aimerait plus de mesures préventives pour éviter que sa famille ne revive l'expérience de la COVID-19.

Photo : Megan Daschner

La mère de famille précise qu’il n’a pas été facile de maintenir une distanciation entre ses deux enfants.

Ils ont l’habitude d’être dans la bulle de l’un et de l’autre, ça n’était pas facile de les garder séparés, raconte-t-elle.

Elle explique qu’elle a continuellement dû leur rappeler de se laver les mains, de mettre leur masque et de ne pas éternuer face à face.

Elle estime que cette situation aurait pu être évitée si des mesures plus importantes avaient été mises en place dans la province et que plus de personnes étaient vaccinées.

Avec les informations de The Morning Edition et Saskatoon Morning

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !