•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Claude Morin n’a pas l’intention de quitter la tête du CA du CISSS-AT

Claude Morin accorde une entrevue dans nos studios de Rouyn-Noranda.

Claude Morin, président du conseil d'administration du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue compte bien terminer son mandat.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Paquin

Le président du Conseil d'administration du CISSS-AT Claude Morin compte bien aller jusqu'au bout de son mandat qui se termine en septembre 2022.

L'appel à la démission ou la destitution, lancé cette semaine par le mouvement citoyen Urgence d’agir de Senneterre, ne changera rien à sa détermination à poursuivre son travail de bénévolat au CA du CISSS-AT.

Interrogé sur la sortie du comité citoyen de Senneterre, Claude Morin indique qu'il n'a pas l'intention de partir.

« Je suis là pour rester. C'est des mandats de trois ans et j'en suis dans ma troisième année de mandat et j'ai bien l'intention de me rendre à terme.  »

— Une citation de  Claude Morin

Il salue en même temps le travail de l'équipe de la PDG du CISSS-AT Caroline Roy qui est aussi concernée par l'appel à la démission.

Il affirme que le conseil est au courant des décisions de l'établissement et apporte un soutien sans équivoque à l'équipe de la direction dans son plan de réorganisation des services de santé en région.

Je peux comprendre les gens qui essayent tous les moyens, mais destituer un bénévole le président du conseil tout comme les 15 autres membres autour de la table, on est tous des bénévoles on travaille pour améliorer encore les services de santé de la région, dit-il. Les gens peuvent bien le demander, mais demander à un bénévole d'arrêter d'être bénévole, c'est un petit peu curieux, mais je peux comprendre parfois toutes les tactiques qui peuvent être employées en politique comme ça.

« On a une PDG qui prend des décisions courageuses, pas faciles, mais soyez certain que le conseil le soutient à 100 %. »

— Une citation de  Claude Morin

Claude Morin rappelle que la région fait face à une importante pénurie de main-d'œuvre en santé et que le gouvernement a été informé de la situation depuis plusieurs mois.

D'où les décisions du CISSS-AT qui ont pour objectif de protéger les services essentiels aussi bien à Senneterre qu'à Val-d'Or, Rouyn-Noranda, le Témiscamingue ou l'Abitibi-Ouest.

Ces décisions-là n'ont pas été prises sur le coin de la table, insiste le responsable. Elles ont été prises avec les médecins, les infirmières et infirmiers, les membres de la direction pour voir comment on peut garder nos services essentiels en fonction tant qu'on n'aura pas comblé les postes. C'est sûr que ce ne sont pas des décisions faciles et populaires. Mais ça prend un courage pour avancer dans cette action-là et puis s'assurer qu'on puisse revenir le plus rapidement possible à la normale qui va passer par l'ajout de main-d'œuvre.

Depuis l'annonce de la fermeture partielle de l'urgence du CLSC de Senneterre, les citoyens ont manifesté à plusieurs reprises pour dénoncer cette décision.

Une manifestation a également eu lieu à La Sarre pour s'opposer aux réductions de services à l'hôpital.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !