•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : l’armée sera déployée en Saskatchewan

Six infirmiers de soins intensifs et du transport aérien seront déployés par l'armée jusqu'au 17 novembre.

Deux soldats parlent sur le site des opérations.

Les Forces armées canadiennes arriveront bientôt en Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Radio-Canada

Les Forces armées canadiennes seront déployées en Saskatchewan pour aider la province à faire face à sa quatrième vague de COVID-19, a annoncé vendredi soir le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Bill Blair.

Sur Twitter, le ministre a écrit que le gouvernement fédéral a approuvé une demande d'assistance fédérale pour soutenir la population de la province. Nous en aurons plus à dire sur la situation en Saskatchewan dans les jours à venir, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, des pourparlers sont en cours avec la Croix-Rouge canadienne pour fournir des ressources sanitaires, selon Bill Blair.

Le premier ministre Justin Trudeau a aussi confirmé vendredi soir que l’armée serait déployée dans la province.

Six infirmiers des soins intensifs et transport aérien

Samedi, l’armée a indiqué dans un communiqué que jusqu’à six infirmiers des soins intensifs seront envoyés dans des centres de soins intensifs de la Saskatchewan.

Nous sommes en train de travailler avec les autorités provinciales pour que ces professionnels soient employés dans le meilleur endroit possible en fonction des besoins de la population, ajoute le communiqué.

Par ailleurs, les forces armées se disent prêtes à assurer le transport aérien des patients des soins intensifs vers d’autres provinces.

Dans la mesure du possible, les forces armées assureront également le transport aéromédical pour les transferts de patients aux soins intensifs à l'intérieur et à l'extérieur de la province. Elles fourniront également jusqu'à deux équipes d'assistance médicale polyvalentes, précise le communiqué.

Le personnel militaire sera employé uniquement dans des établissements de santé une fois qu’il aura été formé pour être intégré au reste du personnel médical.

L’armée affirme qu’elle s’attend à venir en aide à la Saskatchewan jusqu’au 17 novembre, mais qu’elle est prête à étendre la durée de l’aide si c'est nécessaire.

Aucune mention n’indique quand, exactement, les premiers militaires arriveront en Saskatchewan. L’armée stipule simplement qu'à mesure que le personnel de soutien se rendra en Saskatchewan et commencera la formation d'intégration avec ses homologues provinciaux, d'autres mises à jour seront disponibles.

Vendredi, au troisième rang des jours les plus meurtriers de la pandémie

La Saskatchewan a recensé 12 nouveaux décès liés à la COVID-19 vendredi, faisant de ce jour le troisième parmi les plus meurtriers depuis le début de la pandémie. Par ailleurs, 308 personnes sont hospitalisées à cause de la maladie.

Par ailleurs, dès la semaine prochaine, jusqu’à trois patients des soins intensifs par jour seront transférés vers des hôpitaux en Ontario.

L’Autorité de la santé de la Saskatchewan a déclaré vendredi qu'elle pourrait lancer la prochaine étape de son plan de triage, alors que les hospitalisations liées à la COVID-19 continuent de submerger le système de santé.

Derek Miller, le chef des opérations d'urgence de l’organisation, a déclaré qu'un comité composé de médecins et de spécialistes en éthique est sur le point de préparer une recommandation formelle pour passer à la deuxième étape du triage.

La province fonctionne selon les termes de la première étape du plan de triage depuis plusieurs mois, ce qui implique l'annulation des opérations chirurgicales pour libérer des lits et des travailleurs de la santé.

La deuxième étape impliquerait que le médecin consulte des éthiciens pour savoir qui reçoit ou non des soins.

C’est extrêmement choquant. Il n’y a aucune manière de décrire la direction vers laquelle se dirige la Saskatchewan, a déclaré la présidente de l’Association médicale canadienne, la Dre Katharine Smart.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !