•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agressions sexuelles : deux ans de prison pour un superviseur d’un restaurant Wendy’s

Un homme se couvre de son manteau à la sortie d'une salle d'audience. Il est entouré de deux hommes.

David Lennard MacDonald (à gauche) s’est couvert de son manteau lorsqu’il a quitté la salle d’audience de Sydney, en Nouvelle-Écosse, cette semaine.

Photo :  (Erin Pottie / CBC)

Radio-Canada

Un superviseur d’un restaurant Wendy’s à Sydney en Nouvelle-Écosse passera deux ans en prison pour avoir agressé sexuellement cinq collègues mineures.

David Lennard MacDonald, âgé de 25 ans, a été arrêté en août 2020, à la suite d’une enquête policière.

Les agressions sexuelles ont eu lieu de janvier 2018 jusqu’au mois de mai 2019.

Le juge Dan MacRury précise qu’elles ont été faites délibérément dans des endroits du restaurant de la chaîne de restauration rapide où il n’y avait ni caméra de surveillance, ni réseau cellulaire.

L’une des victimes a indiqué avoir signalé au propriétaire du restaurant le comportement de David MacDonald et deux victimes ont aussi porté plainte aux autorités.

Les allégations n’ont toutefois pas empêché l’agresseur de continuer à travailler en même temps qu’elles sur une base régulière.

Deux victimes ont par la suite quitté leur emploi en raison du comportement de David MacDonald.

Un précédent important

Alors que l’avocat de la défense de David MacDonald avance que son client présente un faible risque de récidive, le juge Dan MacRury ne partage pas le même point de vue.

Il a abusé sans arrêt de cinq victimes pendant plus d’un an. Selon moi, c’est un présage de risque élevé de récidive, affirme le juge Dan MacRury.

Le mois dernier, le juge a demandé aux deux camps de lui soumettre des recommandations pour la sentence.

Cela faisait écho à une décision de la Cour Suprême du Canada en 2020 intitulée R. v Friesen, qui indiquait que les cours devraient donner des sentences plus sévères aux personnes qui agressent sexuellement des enfants.

Selon l’avocat de la Couronne Peter Harrison, la sentence de deux ans de David Lennard MacDonald crée un précédent pour les procès relativement à ce type d’affaires.

Aucun parent qui dépose son enfant au travail ne devrait avoir à se faire du souci qu’il se fera abuser sexuellement par son superviseur, clame le juge Dan MacRury.

David MacDonald devra se plier à une période de probation de 36 mois.

Son nom sera également ajouté au registre national des délinquants sexuels.

Avec les informations d’Erin Pottie de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.