•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sortir les adolescentes de la sédentarité avec « La Lancée »

Une femme faisant des étirements sur une piste d'athlétisme.

L'initiative «La Lancée» est portée par le gouvernement du Québec, en partenariat avec Fillactive, M361 et Égale Action.

Photo : Capture d'écran - Youtube / La Lancée

Radio-Canada

Faire bouger les adolescentes, c’est l’objectif que se sont donné le gouvernement du Québec et des organismes. L’abandon du sport à l’adolescence est un problème plus important chez les filles que chez les garçons et la pandémie n’a pas aidé la situation.

Au Canada, 90 % des filles ont diminué leur pratique du sport en raison de la pandémie. Une donnée frappante qui a poussé des acteurs du milieu sportif féminin à se regrouper pour faire changer les choses.

Baptisée La Lancée, cette nouvelle initiative est portée par le gouvernement du Québec, en partenariat avec Fillactive, M361 et Égale Action.

Le but est de sensibiliser et d’accompagner les acteurs du milieu sportif québécois pour améliorer la participation des filles et des femmes. Les organismes interpellent donc les directions d’écoles, le personnel scolaire et les fédérations sportives pour que davantage de filles développent une pratique durable de l’activité physique.

À travers "La Lancée", plus on entendra parler de Fillactive, plus des écoles secondaires lèveront la main et s’inscriront à Fillactive, et ça veut dire que par le fait même, elles vont poser des actions concrètes pour contrer la problématique de l’abandon de l’activité physique chez les filles, a expliqué Kim Marois, directrice programmes et opérations chez Fillactive.

Pas seulement pour les ados

L’initiative ne vise pas seulement les adolescentes. En entrevue à l’émission En direct, la directrice générale de M361, Marilie Laferté, a indiqué que seulement 22 % des entraîneurs au Québec et 28 % des membres de conseils d’administration en sports et loisirs sont des femmes.

Il y a une problématique qui part de la fille qui participent à l’activité physique, mais aussi de la femme qui s’impliquent, c’est un système. Et cette mobilisation-là avec "La Lancée", il y a beaucoup de travail qui s’est fait, mais là on sent qu’il faut redonner un coup de barre et poursuivre les efforts encore plus, mobiliser les organisations pour que cela change, a-t-elle souligné.

Elle a aussi expliqué qu’il y a une sensibilisation à faire, mais il y a aussi le fait de permettre aux organisations sportives, de loisirs, de partager leurs bons coups, leurs manières de faire, parce qu’il faut des fois adapter les choses pour accueillir bien des femmes et ça, avec la mobilisation, […] on est certains d’avoir de bonnes progressions grâce à ces stratégies-là.

Les instigateurs ont l’intention que ce mouvement puisse avoir un effet à long terme sur la pratique du sport par les femmes.

Avec les informations de Flavie Sauvageau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !