•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba remboursera des médicaments pour le VIH et la fibrose kystique

Plusieurs membres d'organisation de santé sexuelle se réjouissent du remboursement de la PrEP, qui aide à lutter contre le VIH.

Une bouteille blanche affichant des informations sur les médicaments qu'elle contient.

La PrEP est un traitement efficace pour prévenir une infection au VIH, et la meilleure solution de prévention en l'absence d'un vaccin.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement du Manitoba ajoute deux nouveaux médicaments à la liste pour lesquels il offre une couverture à la population admissible. Des médicaments pour prévenir le sida et pour la fibrose kystique seront dorénavant remboursés par la province.

La ministre de la Santé, Audrey Gordon, et le premier ministre par intérim, Kelvin Goertzen, ont annoncé vendredi que la province couvrirait désormais le médicament PrEP, la prophylaxie préexposition, un traitement préventif hautement efficace pour prévenir l’infection par le VIH, le rétrovirus qui cause le sida.

De plus, la province couvrira le médicament Trikafta, un nouveau médicament à triple combinaison contre la fibrose kystique.

L’ajout de ces deux médicaments au formulaire provincial changera considérablement la vie des Manitobains atteints de fibrose kystique ou qui risquent d’être exposés au VIH, a déclaré la ministre Gordon.

Les personnes qui sont couvertes par le régime d’assurance-médicaments du Manitoba, fondé sur le revenu familial total ou sur le montant payé pour les médicaments admissibles, ou qui bénéficient d’une assurance-maladie de l’Aide à l’emploi et au revenu pourront bénéficier de la couverture de ces médicaments.

Ce changement est le fruit de la participation du Manitoba à l’Alliance pharmaceutique pancanadienne, a fait part Audrey Gordon.

Le médicament PrEP, a permis de réduire de 20 à 30 % le nombre de nouvelles infections au VIH dans les provinces dont le médicament était couvert par la province, a fait savoir Mike Payne, le directeur général du centre de santé communautaire Nine Circles Community Health Centre, qui aide les gens à vivre avec le virus.

Mike Payne parle aux journalistes. Derrière lui se trouve un rideau sur lequel il est inscrit Manitoba.

Mike Payne est le directeur général du centre de santé communautaire Nine Circles à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Kevin Nepitabo

Il soutient que l’annonce faite vendredi est un changement majeur pour réduire le nombre d’infections au VIH au Manitoba. Jusqu’à maintenant, le médicament n’était disponible que pour ceux qui pouvaient se le payer. C’était d’ailleurs la seule province à ne pas en couvrir les frais.

Notre épidémiologie montre clairement que la plupart des communautés les plus exposées au risque d’infection par le VIH sont celles qui ont le moins de chances de se payer le PrEP, a déclaré Mike Payne.

Il dit que les infections au VIH augmentent de façon disproportionnée chez les Autochtones, les Noirs, les hommes homosexuels et les jeunes.

Le facilitateur au Centre de ressources en matière d’éducation sexuelle à Winnipeg (Sexuality Education Resource Centre), Émile Namwira, se réjouit également de l’annonce. Il estime que ça aidera à déstigmatiser le VIH.

Tout le monde va être content de cette annonce parce que ça permettra de sauver de l’argent et de sauver des vies.

Un nouveau traitement pour la fibrose kystique

Le Trikafta a été approuvé par Santé Canada, en juin, pour les personnes âgées de 12 ans et plus présentant au moins une mutation génétique à l’origine de la fibrose kystique.

Bénévole à Fibrose kystique Canada, Patti Tweed affirme que le médicament a changé la vie de nombreuses personnes atteintes de la maladie, qui ont déjà pu avoir accès au traitement au moyen d'assurance privée notamment, y compris son fils de 38 ans.

Avec les informations de CBC et de Mohamed Amin Kehel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !