•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après des années d’opposition, le projet Alton Gas est annulé en Nouvelle-Écosse

Groupe de personnes qui marchent en brandissant des pancartes dont le message dénonce le projet Alton Gas.

Des manifestants contre le projet Alton Gas marchent lors du jour du Traité, le 3 octobre 2016 à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

Alton Gas, filiale de la société gazière albertaine AltaGas, renonce à un plan controversé d’entreposage de gaz naturel en Nouvelle-Écosse.

Le projet faisait depuis de nombreuses années l’objet d’une mobilisation par ses opposants. Des membres des communautés mi’kmaq campaient notamment de façon permanente près d’un des chantiers depuis cinq ans. Ils menaient la lutte contre le projet depuis sept ans.

L’entreprise prévoyait stocker du gaz naturel dans un réseau de grottes sur 15 kilomètres dans une ancienne mine de sel près d’Alton, une communauté rurale du comté de Colchester.

Pour dissoudre le sel, elle devait détourner l’eau de la rivière Shubenacadie. L’eau aurait ensuite été rejetée dans la rivière.

Un campement près d'une rivière.

Des Mi'kmaq campent sur les berges de la rivière Shubenacadie à Fort Ellis en Nouvelle-Écosse, le 26 septembre 2016.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Les adversaires du projet de stockage dénonçaient en particulier le rejet potentiel de milliers de tonnes de saumure dans la rivière Shubenacadie, qui se jette dans la baie de Fundy.

Les aînés mi’kmaq s’élevaient contre la pollution de 72 kilomètres de cours d’eau, d’une importance maîtresse pour les communautés autochtones de la région depuis 13 000 ans.

Le projet de quelque 130 millions de dollars, contesté devant des tribunaux, avançait à pas de tortue depuis 2014, l’année où la mobilisation autochtone s’est intensifiée.

Dans un communiqué annonçant vendredi l’abandon du projet, AltaGas a reconnu qu’il avait reçu un appui mitigé et fait face à des défis et des retards.

Une femme tient une affiche sur laquelle sont imprimés les mots « Sauvez notre rivière! Arrêtez Alton Gas ».

Une activiste tient une pancarte qui demande l'arrêt du projet Alton Gas, le 31 juillet 2018 à Fort Ellis en Nouvelle-Écosse.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Le projet Alton Gas était nécessaire, disait l’entreprise, pour stocker des réserves de gaz naturel qui allaient permettre d’éviter des pénuries et des hausses de tarifs quand la consommation augmente en Nouvelle-Écosse durant la saison froide.

La société dit maintenant avoir d’autres priorités, après avoir vendu en 2018 ses parts dans la compagnie de gaz naturel Heritage Gas, basée à Halifax.

Tony Rushton assis près de drapeaux de la Nouvelle-Écosse.

Tony Rushton, ministre des Ressources naturelles et renouvelables de la Nouvelle-Écosse.

Photo : CBC / Steve Lawrence

Tony Rushton, le ministre des Ressources naturelles et renouvelables en Nouvelle-Écosse, s’est avoué surpris d’apprendre la décision de la compagnie.

Le ministre affirme qu’il est probable que l’annulation du projet ait un impact sur les réserves de gaz naturel de la province, mais que d’autres entreprises allaient compenser.

Un combat de 7 ans

Dorene Bernard, souriante, photographiée au milieu d'un groupe de femmes à l'extérieur.

L'aînée mi'kmaw Dorene Bernard (au centre) à Goldboro en Nouvelle-Écosse en juin 2021.

Photo : CBC / Nic Meloney

L’aînée mi’kmaw Dorene Bernard, de la Première Nation de Sipekne'katik, a félicité les protecteurs de l'eau [et] défenseurs de la terre pour cette victoire après un combat de sept ans.

« Vous avez tous des voix puissantes et elles ont été entendues.  »

— Une citation de  Dorene Bernard

La rivière Shubenacadie est gagnante , a-t-elle écrit.

L’une des premières activistes à avoir mené la croisade contre Alton Gas, Cheryl Maloney, était évidemment heureuse. Ce n’était pas un bon projet pour la Nouvelle-Écosse, ce n’était pas un bon projet pour les Néo-Écossais, a-t-elle déclaré vendredi.

Elle comptait célébrer cette victoire dans le sous-sol où elle s’était réunie avec sa soeur et son frère pour organiser la première manifestation en opposition à Alton Gas.

Des manifestants marchent sur un chemin boueux.

Cheryl Maloney (à gauche) et des opposants au projet Alton Gas se dirigent vers une barricade au chantier près de la rivière Shubenacadie, le 26 septembre 2016 à Fort Ellis en Nouvelle-Écosse.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

La compagnie AltaGas déclare qu’elle va à présent déclasser les sites sur lesquels elle a établi ses chantiers en Nouvelle-Écosse, c’est-à-dire que trois puits seront bouchés et qu’une section de la rivière Shubenacadie qui avait été détournée sera remise en état.

Elle affirme qu’elle discutera de ces dernières étapes avec les gouvernements provincial et fédéral et les communautés mi’kmaq de Nouvelle-Écosse dans les prochaines semaines et les prochains mois.

Avec les informations de La Presse canadienne et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !