•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ceux qui ont eu des réactions allergiques au vaccin peuvent avoir la deuxième dose

Une femme reçoit une dose de vaccin dans son bras gauche.

Des études ont montré que la réaction allergique grave ne se reproduit pas souvent lors de la deuxième injection d'un vaccin contre la COVID-19.

Photo : getty images/istockphoto / Moha El-Jaw

Radio-Canada

Ceux qui ont fait une réaction allergique grave à la suite de leur première injection d'un vaccin contre la COVID-19 pourront obtenir en toute sécurité leur deuxième dose, a tranché le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI).

Des cas de réactions anaphylactiques graves aux vaccins à ARNm ont en effet été documentées au Canada après la première dose, indique le CCNI, qui précise que ces cas sont tout de même rares.

Le Comité se base sur les données d'études récentes qui ont montré que la réaction ne se reproduit pas souvent lors de l'injection de la deuxième dose.

C'est une bonne nouvelle pour bien des raisons, s'est réjouie la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada.

Cette recommandation du CCNI permettra aux Canadiens qui ont eu une mauvaise expérience avec la première dose « d'obtenir une protection complète », a-t-elle déclaré à CBC News.

Le Comité avait auparavant recommandé de ne pas offrir « systématiquement » une deuxième dose de vaccin aux personnes ayant fait une réaction allergique grave lors de la première injection.

Il avait plaidé pour qu'une évaluation des risques soit menée afin de déterminer si les bénéfices de la vaccination l'emportaient sur le risque d'allergie.

Des précautions

L'annonce du CCNI s'accompagne néanmoins de précautions. Le Comité recommande à ceux qui ont fait une réaction sévère lors de la première dose d'un vaccin à ARNm – comme Pfizer-BioNTech et Moderna – de consulter un médecin ou un allergologue avant de chercher à obtenir leur deuxième dose.

Ils devraient également être surveillés dans les 30 minutes suivant l'injection de la seconde dose, au lieu des 15 minutes habituellement recommandées.

Des médecins ont signalé une augmentation du nombre de Canadiens qui demandent à être exemptés de la vaccination contre la COVID-19 en raison de craintes liées aux réactions allergiques.

La Dre Tam confirme qu'une telle exemption peut être accordée, mais qu'elle requiert une évaluation individuelle par un médecin ou un spécialiste.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.

Selon la Société canadienne d'allergie et d'immunologie clinique, les réactions allergiques, y compris les cas les plus sévères, sont extrêmement rares. Des études suggèrent que le taux annuel de réactions graves au Canada est d'environ 0,4 à 1,8 cas pour un million de doses de vaccin administrées.

D'après Santé Canada, 307 cas d'anaphylaxie ont été signalés au pays, sur plus de 56 millions de doses de vaccin contre la COVID-19 administrées.

Le CCNI a par ailleurs mis à jour ses avis concernant l'attente à respecter entre la première et la deuxième dose de vaccin contre la COVID-19. Il indique qu'un intervalle plus long entre les injections est plus efficace.

Il suggère maintenant d'attendre huit semaines entre les vaccins à ARNm et au moins huit semaines entre les injections d'AstraZeneca.

Avec des informations de CBC News et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !