•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les candidats de Pointe-Gatineau se prononcent sur les principaux enjeux du district

Des voitures et un cycliste se déplacent sur la chaussée.

La rue Jacques-Cartier et son sentier multifonctionnel, à Gatineau (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Radio-Canada

Des citoyens du district de Pointe-Gatineau ont rassemblé des candidats municipaux, vendredi, sur la rue Jacques-Cartier pour partager leurs préoccupations face au manque de points d'embarcation pour les canots. Les candidats en ont également profité pour se prononcer sur d'autres enjeux clés du district.

John Savage, un résident de Pointe-Gatineau passionné de canot, souhaite depuis plusieurs années voir se concrétiser le projet de quai pour embarcations non motorisées aux abords de la rivière des Outaouais.

Ce dernier souligne qu'aucun des quais de la rue Jacques-Cartier n'est sécuritaire pour les canots, les kayaks et les planches à pagaie puisqu'ils sont trop hauts. Il est également impossible de mettre son embarcation à l'eau ailleurs en raison de l'enrochement des berges. John Savage souhaite qu'une infrastructure soit mise en place au Quai-Bellevue.

« Je ne suis pas contre les embarcations motorisées. C’est juste que je trouve qu’il y a un déséquilibre. »

— Une citation de  John Savage, résident de Pointe-Gatineau

À quelques semaines des élections municipales au Québec, M. Savage tenait à partager sa vision auprès des candidats de son district. Deux des trois candidats au poste de conseiller municipal pour le district étaient présents, vendredi matin.

On s'entend tous sur un point, il y a un besoin pour un quai non motorisé sur la rue Jacques-Cartier, a soutenu Myriam Gilbert, candidate pour Action Gatineau. Pour moi, il est hors de question qu'on ajoute des quais pour embarcations motorisées avant d’ajouter un quai sécuritaire pour les embarcations non motorisées.

Portrait de la femme devant une rivière.

Myriam Gilbert tente de se faire élire sous la bannière d’Action Gatineau dans le district de Pointe-Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Mme Gilbert a aussi mentionné qu'elle avait participé à des rencontres avec divers groupes qui aimeraient profiter de ce type d'installations. Les commentaires de ces groupes ont été transmis à la Ville et la candidate a assuré que le projet se réalisera rapidement si elle est élue le 7 novembre prochain.

Ça va plus loin que juste l’infrastructure, a ajouté Mme Gilbert. Elle propose aussi la création d'espaces pour l'entreposage et la location d'embarcations, en plus de repenser l'offre de stationnement du secteur.

Priorités divergentes pour les candidats

La candidate pour Action Gatineau n'a pas d'expérience en politique, mais elle a souligné, en entrevue, être impliquée dans le district depuis plus de quatre ans. Elle a soutenu qu'elle connaissait bien les défis et les préoccupations des citoyens.

« C’est vraiment la proximité avec les citoyens qui m'amène à me présenter en politique municipale. Je trouve que c’est l'ordre de gouvernement qui a un impact direct et concret sur le quotidien des résidents. »

— Une citation de  Myriam Gilbert, candidate au poste de conseillère municipale pour le district de Pointe-Gatineau

Sur la rue Jacques-Cartier, l‘accès à l’eau est un enjeu, mais [ceux] de cohabitation sur la piste multifonctionnelle sont aussi ressortis, a-t-elle ajouté. L'une de ses priorités sera d'animer la rue Jacques-Cartier pour y attirer le plus de citoyens possible. Elle compte également baser ses décisions sur le rapport concernant le corridor sanitaire mis en place à l'été 2020.

La candidate souhaite également trouver une vocation aux nombreux terrains inondables qui appartiennent désormais à la Ville. En entrevue, elle a mentionné que ces terrains pourraient être transformés en lot nourricier, en lot d'absorption ou en lot rassembleur selon les besoins de la communauté.

Candidat indépendant pour le même district, Mike Duggan a souligné qu'il partageait le point de vue de Mme Gilbert quant à la nécessité d'offrir un quai aux propriétaires d'embarcations non motorisées.

On a du rattrapage à faire, a dit celui qui est présentement conseiller sortant du district de Deschênes, à Aylmer. C’est encourageant que tous les candidats aient pris cet engagement.

Concrètement, M. Duggan a expliqué qu'une fois élu, il allait proposer une motion au conseil pour faire bouger les choses. On va faire un projet pilote pour l’embarcation sécuritaire à cet endroit, a-t-il ajouté. Ça ne devrait pas être très coûteux.

« Il faut arrêter de jaser et d'étudier [le projet]. Il faut passer à l'action. »

— Une citation de  Mike Duggan, candidat indépendant, district de Pointe-Gatineau

Comme Mme Gilbert, le conseiller municipal a un plan pour les terrains inondables qui appartiennent à la Ville. À son avis, ceux-ci devraient accueillir des projets de logements abordables sur pilotis afin d'attirer les familles et les coopératives. On a besoin de mixité sociale à Pointe-Gatineau, a-t-il déclaré.

Portrait du conseiller municipal devant une piste cyclable.

Mike Duggan est candidat dans le district de Pointe-Gatineau. Il est le conseiller sortant de Deschênes et a auparavant été élu municipal du district de Lucerne.

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Une des grandes priorités en ce moment, c’est la gestion de l’itinérance, a aussi lancé le candidat récemment déménagé dans le secteur. Il juge que le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais a fait preuve d'improvisation face à cet enjeu. Selon lui, il était imprudent de rassembler une soixantaine de personnes vulnérables au motel Montcalm.

M. Duggan propose des ressources adaptées aux personnes qui souhaitent retrouver leur autonomie, telle que des maisons de transition.

« Moi, je réponds aux citoyens du quartier. Je n’ai pas de ligne de parti à suivre. Je suis à l’écoute et en action. »

— Une citation de  Mike Duggan, candidat indépendant, district de Pointe-Gatineau

Leon Kambi Bushiri, également candidat indépendant dans Pointe-Gatineau, ne pouvait être présent à l'événement organisé par des résidents de Pointe-Gatineau, vendredi. Il est toutefois allé à la rencontre de M. Savage, plus tôt cette semaine.

Lors de cette rencontre, il a visité le Quai-Bellevue pour constater la problématique par lui-même. Il y avait des tiges métalliques et puis des objets dangereux à côté, l’endroit n’est pas vraiment sécuritaire, a-t-il résumé. Ce dernier est en faveur de la création d'un quai pour embarcations non motorisées.

« C’est un dossier que j’aimerais défendre, c’est très important pour les citoyens de la rue Jacques-Cartier.  »

— Une citation de  Leon Kambi Bushiri, candidat indépendant, district de Pointe-Gatineau

M. Bushiri a aussi un projet supplémentaire pour la rue Jacques-Cartier. Je propose le prolongement de la piste cyclable de la rue Jacques-Cartier jusqu’au boulevard Maloney, en passant par la rue St-Louis, a-t-il laissé savoir, en entrevue.

Portrait d'un homme noir. Il n'a pas de cheveux et a une barbe. Il porte des lunettes et une chemise à carreaux rouge et bleu.

Léon Kambi Bushiri est candidat indépendant dans le district de Pointe-Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

Parmi les autres enjeux qu'il considère comme prioritaires, on retrouve le dossier de l'itinérance. Ayant rencontré plusieurs résidents du secteur, ce dernier a souligné que certains d'entre eux se sont plaints de vols. D'autres ont aussi fait valoir qu'ils ne se sentaient plus en sécurité.

La solution, c’est de chercher un lieu de refuge pour les itinérants, pas un motel proche d’une école, ce n’est pas sécuritaire pour nos enfants, a tranché le candidat.

Avec les informations d'Emmanuelle Poisson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !