•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un mineur accusé du meurtre au 2e degré d’un adolescent dans Côte-des-Neiges

Des policiers dépêchés dans un établissement de la Commission scolaire English Montreal

La victime s'était réfugiée à l'intérieur de son école pour échapper à ses agresseurs.

Photo : Radio-Canada / KOLYA HUBACEK-GUILBAULT

Radio-Canada

Un mineur a été accusé vendredi du meurtre au deuxième degré de Jannai Dopwell, un adolescent de 16 ans qui a été poignardé lundi dernier alors qu’il quittait son école dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) avait arrêté le suspect jeudi soir. Il a comparu vendredi après-midi devant la Chambre de la jeunesse de la Cour du Québec.

La Couronne a informé la Cour qu'elle compte réclamer une peine pour adulte dans cette affaire même si l'accusé est mineur.

L'adolescent doit demeurer en détention au moins jusqu'au 26 octobre, où la date de son enquête pour remise en liberté sera déterminée.

Selon le SPVM, l’enquête sur ce 25e meurtre commis sur son territoire cette année se poursuit. La police invite le public à communiquer avec les enquêteurs pour transmettre toute information relative à cette affaire.

Selon les faits établis jusqu'à maintenant, Jannai Dopwell, qui sortait de l’école située à l’intersection de la rue Victoria et de l’avenue Van Horne, a été poignardée au haut du corps en plein après-midi à la suite d’une altercation avec d’autres individus.

Le jeune homme, qui avait trouvé refuge dans l’école en attendant les secours, avait été transporté à l’hôpital où son décès a été constaté un peu plus tard.

La police s’était lancée à la recherche de trois suspects, âgés de 16 à 18 ans, qui avaient fui les lieux du crime à pied.

Fait troublant, des individus portant des cagoules et exhibant des couteaux ont publié une vidéo sur les réseaux sociaux après la mort du jeune homme pour narguer et ridiculiser ses proches.

Veillée à la mémoire du défunt

Vendredi soir, des proches et des camarades de classe de Jannai Dopwell se sont réunis devant l'école primaire Coronation, qu'avait fréquentée l'adolescent dans sa jeunesse, pour tenir une veillée en sa mémoire.

Gerbes de fleurs et chandelles ont été déposées au pied des marches menant à l'entrée de la bâtisse.

Deux femmes se tiennent près du monument temporaire érigé en mémoire de Jannai Dopwell.

Des gens ont déposé des fleurs et allumé des chandelles pour rendre hommage au jeune Jannai Dopwell.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hugues

Je suis contente qu'ils [les policiers] aient arrêté quelqu'un, mais ça ne change rien à mes sentiments, a déclaré Chala Dopwell, la mère du jeune Jannai, peu de temps avant la veillée.

Je me sens juste malade, j'ai mal à mon cœur, a-t-elle dit, accompagnant ses paroles d'un coup à sa poitrine. Je ne me sens plus la même.

Il a été arrêté, oui, a-t-elle ajouté. Mais est-ce qu'il peut me ramener mon fils? Non.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.