•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet de loi 96 : Greenfield Park restera vraisemblablement bilingue

L'hôtel de ville de Longueuil.

L'hôtel de ville de Longueuil

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Malgré le couronnement probable de l'indépendantiste Catherine Fournier à la mairie de Longueuil et l'adoption, tout aussi probable, du projet de loi 96 sur la réforme de la Charte de la langue française, Greenfield Park restera vraisemblablement bilingue.

Aucun politicien municipal ne fait campagne pour changer ce statut, même si moins de 50 % des résidents de cet arrondissement de Longueuil sont anglophones.

Greenfield Park dispose d’un statut bilingue depuis l’adoption de la loi 101, en 1977, qui accordait cette particularité aux municipalités dont plus de la moitié des résidents étaient de langue maternelle anglaise.

Mais depuis, le nombre d’anglophones a fortement diminué. Ils ne représentent plus aujourd’hui que 26 % de la population de l’arrondissement, alors qu'il s'agissait de 34 % en 2011.

En vertu du projet de loi 96, les municipalités dont moins de la moitié de la population est de langue maternelle anglaise perdraient leur statut bilingue, à moins que leur conseil municipal adopte une résolution à cet effet dans les 120 jours suivant l'entrée en vigueur de la loi.

La question ne soulève toutefois pas les passions, et les quatre candidats à la mairie de Longueuil ont opté pour le statu quo.

Jean-Marc Léveillé, de Longueuil citoyen, s’engage à laisser l’arrondissement décider de son sort. L’approche centralisatrice des dernières années était une grossière erreur, à mon avis, souligne M. Léveillé. Les trois conseillers sortants de l'arrondissement, Robert Myles, Peter Doonan et Wade Wilson (qui se représentent tous les trois), font partie de Longueuil citoyen.

Action Longueuil, de Jacques Létourneau, présente trois nouveaux candidats sous sa bannière. Ils n’envisagent aucun changement au statut bilingue de l’arrondissement.

Catherine Fournier, de Coalition Longueuil, a pris la décision de ne pas présenter de candidats dans l’arrondissement et d’appuyer plutôt l’équipe Option Greenfield Park.

Même si elle se dit favorable à ce que l’Office québécois de la langue française réévalue le statut bilingue de l’arrondissement, Mme Fournier estime qu’il reviendra aux élus de l’arrondissement de déterminer s’ils demanderont une exemption. La population anglophone diminue, reconnaît-elle, mais la langue anglaise fait partie du patrimoine de l’arrondissement.

Longueuil ensemble, de l’équipe Josée Latendresse, appuie le statu quo linguistique. Je crois que chaque citoyen doit pouvoir se faire offrir des services dans la langue de son choix, précise Mme Latendresse.

Les municipalités à statut bilingue offrent à leurs citoyens la possibilité d’avoir accès à leurs documents officiels en anglais et en français. Il est également possible dans ces municipalités d’assister au conseil municipal dans les deux langues.

Le sondage CROP-Radio-Canada publié plus tôt cette semaine montre bien que la place du français ne préoccupe pas spécialement les résidents de Longueuil. Il ne s’agit de la principale priorité que pour 7 % d’entre eux.

Notre couverture des élections municipales au Québec en 2021.

Greenfield Park est loin d’être la seule dans cette situation. Plusieurs municipalités québécoises ont vu leur population de langue maternelle anglaise baisser au cours des dernières années. Si certaines ont déjà exprimé très clairement leur volonté de maintenir leur statut bilingue, chez d’autres, c'est loin d’être acquis.

À Otterburn Park, la communauté anglophone ne représente plus que 5,7 % de la population. À Rosemère, c’est 12,1 %. La question de leur statut bilingue n’a toutefois guère été abordée dans le cadre de la campagne municipale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !