•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une course à la mairie teintée par le projet Authier à La Motte

La panneau d'accueil à l'entrée de la municipalité de La Motte.

La Municipalité de La Motte est située à 31 kilomètres au sud d'Amos.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Martin Guindon

Trois candidats se font la lutte pour la mairie de La Motte, près d’Amos.

Élu lors des partielles de novembre 2018, le maire sortant Réjean Richard reconnaît que le dossier d’Authier Lithium a monopolisé son conseil durant la première année. Mais il souligne qu'il est parvenu à faire avancer plusieurs dossiers depuis.

Réjean Richard, devant l'édifice municipal de La Motte.

Le maire sortant Réjean Richard.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Il cite la rénovation de la bibliothèque municipale, l’aménagement du planchodrome et le dégagement des bordures de 33 kilomètres de chemins. L’écocentre fait l’objet d’une mise à jour. Un projet de réfection des égouts qui desservent 26 résidences au village et de la rénovation du centre communautaire sont à l’étude.

Réjean Richard voit dans le projet Authier une opportunité de développement pour la Municipalité et les citoyens.

Personnellement, je n’ai pas de problème avec le projet minier. Le monde vont vous le dire depuis le commencement, j’ai été traité de tous les noms, j’ai tellement eu de menaces que je suis rendu que j’en suis habitué. Sauf que ce n’est pas pour moi, c’est pour la municipalité et pour le monde, pour tous les gens de La Motte au complet, affirme-t-il.

S’il est réélu, il s’engage à poursuivre dans le même sens. Quand je suis rentré il y a trois ans, j’ai dit que je donnerais mon maximum. J’ai donné mon 150 % tout le temps. Et je m’assure que chaque décision qu’on prend au conseil serve à l’ensemble de la municipalité, fait-il valoir.

Transparence et vigilance

Pour sa part, le candidat Paul Lafrenière promet une plus grande transparence s’il est élu maire. Il reproche justement une opacité et même un manque de respect du conseil sortant envers les citoyens qui posaient des questions dans le dossier d’Authier Lithium. Et bien qu’il soit l’un des fondateurs du comité NoVi, qui a réclamé et obtenu des audiences du BAPE, il ne s’oppose pas au projet, mais assure qu’il sera vigilant.

On le sait que la minière, les règlements sont là, les lois sont là. On ne s'étendra pas dans la rue pour se faire passer sur le corps. On sait que ça va se faire, mais l’idéal c’est que ça se fasse correctement et au mieux des connaissances techniques actuelles, estime-t-il.

Le candidat Paul Lafrenière pose devant le centre communautaire de La Motte.

Paul Lafrenière s’engage à faire preuve d’écoute auprès des citoyens et de leurs besoins.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Paul Lafrenière souhaite aussi développer des politiques qui permettront d’attirer et retenir des familles à La Motte. Il pense aux jeunes familles, mais aussi aux aînés. Au chapitre des infrastructures, il veut trouver des subventions pour rénover le centre communautaire et développer des terrains commerciaux et industriels. Il croit qu’on devrait développer le camping municipal, qui est avantageusement situé, près du quai du lac La Motte.

Rallier la population

Le conseiller sortant Michel Savard a été maire de 1989 à 1997 et il revendique une expérience de plus de 20 ans en politique municipale.

Il convoite la mairie avec l'objectif de réparer la fracture sociale qu’a causée selon lui le projet minier dans le village de 450 habitants.

La mine, ç’a coupé la paroisse en deux. Il faut rallier le monde, ramener la paroisse comme elle était. C’est une paroisse, pas deux paroisses. Il faut ramener le monde pour qu’ils s’entendent et après ça, élaborer des projets ensemble. Puis je pense que ça peut se faire facilement. Les gens sont capables de dire que ça prend des entreprises, si c’est bien fait. La mine, ça prend le BAPE, alors le BAPE va passer, il faut que ça soit fait comme il faut. Il y a des entreprises ici, des camions, etc. Il faut continuer à évoluer, affirme-t-il.

Michel Savard près d'une forêt à La Motte.

Le candidat Michel Savard a été maire pendant huit ans à La Motte. Il souhaite reprendre son siège, 24 ans plus tard.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

À l’instar de Paul Lafrenière, il prône une plus grande transparence. Selon lui, les citoyens qui posent des questions au conseil municipal ont droit à des réponses. Il croit aussi que la présence de la mine Authier, si le projet se réalise, sera bénéfique pour le développement de la municipalité, notamment pour le projet de construire une nouvelle école.

Il aimerait voir un dépanneur s’ouvrir et le camping municipal, qui est fermé depuis deux ans, retrouver ses lettres de noblesse.

Soulignons que 13 autres candidats se disputent les 6 sièges de conseillers aux élections du 7 novembre.

Notre couverture des élections municipales au Québec en 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !