•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour en force des embouteillages à Québec

L'autoroute Félix-Leclerc (A-40) est le secteur le plus achalandé dans la région de Québec. Les bouchons de circulation le matin et le soir sont presque systématiques.

L'autoroute Félix-Leclerc est le secteur le plus achalandé dans la région de Québec. Les bouchons de circulation le matin et le soir sont presque systématiques.

Photo : Radio-Canada

Les effets de la pandémie sur les routes de la grande région de Québec sont bel et bien chose du passé. Les embouteillages sont de retour et semblent plus importants que jamais, selon bon nombre d'automobilistes. D’après le ministère des Transports, ils n’ont pas entièrement tort. Sur certaines portions du réseau routier, la circulation est pire qu'avant la pandémie.

À 16 h 10, les voitures avancent péniblement, pare-chocs contre pare-chocs, sur l’autoroute Félix-Leclerc entre les autoroutes Laurentienne et Robert-Bourassa. La circulation est pire qu’avant la pandémie.

Dans la grande région de Québec sur l'autoroute 40 à la hauteur de la 1re Avenue, on est à 103 % des débits de circulation qu'on avait avant la pandémie, avance Nicolas Vigneault, porte-parole du ministère des Transports du Québec (MTQ).

Lors du confinement l'année dernière, le nombre de véhicules avait diminué de moitié sur les routes. Depuis le printemps dernier, toutefois, le débit sur les autoroutes de la région n’a jamais cessé d’augmenter.

Les pires secteurs en ville :

  • L’autoroute Félix-Leclerc entre Laurentienne et Robert-Bourassa

  • L’autoroute Henri-IV

  • L’accès au pont de Québec et au pont Pierre-Laporte sur les deux rives

Selon le Réseau de transport de la Capitale (RTC), une personne sur trois ne prend plus l'autobus par rapport au même moment en 2019.

Selon le Réseau de transport de la Capitale (RTC), une personne sur trois ne prend plus l'autobus par rapport au même moment en 2019.

Photo : Radio-Canada

Quelles explications?

Selon les données de la Société de l’Assurance automobile du Québec, il y a 14 164 véhicules de promenade de plus dans les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches par rapport à 2019.

Le nombre d’usagers du transport en commun a aussi diminué. Le taux d’achalandage dans les autobus du RTC est de 62 % par rapport au même moment de l’année avant la pandémie.

« Certains me disent qu'ils craignent de retourner dans les transports en commun. On est collés sur les autres, on dirait que c'est un réflexe qu'on a un peu moins ces jours-ci, alors on prend l'auto. »

— Une citation de  Marc-André Boivin, chroniqueur à la circulation de Radio-Canada
Marc-André Boivin est chroniqueur à la circulation pour la radio de Radio-Canada à Québec. Il passe ses journées sur la route pour informer les auditeurs sur la circulation.

Marc-André Boivin est chroniqueur à la circulation pour la radio de Radio-Canada à Québec. Il passe ses journées sur la route pour informer les auditeurs sur la circulation.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Les travaux sont-ils en cause?

Les cônes orange sont bien visibles sur le réseau routier de la grande région de Québec, mais selon le ministère des Transports du Québec, ces travaux n’expliquent pas les bouchons de circulation.

Cette année, on ne peut pas dire que les travaux routiers ont un impact majeur sur la congestion du réseau. Pourquoi? Parce que, parmi les chantiers majeurs, il y en a un seul qui a été ajouté : c'est celui du pont d'étagement du [chemin des] Quatre-Bourgeois, explique le porte-parole du MTQ, Nicolas Vigneault.

Un panneau de signalisation sur le réseau routier de la Capitale-Nationale.

Les cônes et les panneaux de signalisation orange sont bien visibles sur le réseau routier de la Capitale-Nationale.

Photo : Radio-Canada

Plus d’accidents et d’agressivité au volant

Le chroniqueur à la circulation pour Radio-Canada Marc-André Boivin remarque aussi plus d'accidents sur les routes, qui souvent vont créer des bouchons de circulation.

Je constate également plus de rage au volant, lance Marc-André Boivin. Tous les jours, j'entends les policiers en parler sur les ondes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !