•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caraquet voit d’un bon œil un éventuel regroupement des communautés voisines

L'édifice municipal de Caraquet

L'édifice municipal de Caraquet

Photo : Radio-Canada / René Landry

Les villages de Grande-Anse, Maisonnette et Saint-Léolin, de même que les districts de services locaux (DSL) de Anse-Bleue, Dugas et Poirier proposent au gouvernement provincial de former une communauté rurale.

Cette nouvelle entité compterait un peu plus de 2500 résidents.

Grande-Anse

Grande-Anse, N.-B.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Dans un message important adressé aux citoyens, le 13 octobre dans la page Facebook du village de Maisonnette, le maire Anthony Poirier souligne que le statu quo n'est pas une option. Si on ne s'organise pas, on va nous organiser!

Les trois municipalités et les trois DSL ne cachent pas qu'ils préfèrent cette option à celle de faire partie d'une mégastructure du Grand Caraquet comptant 11 432 résidents, ce qui ressemblerait à la Municipalité régionale de Tracadie et les nombreux défis qu'elle a rencontrés.

Anthony Poirier cite en exemple plusieurs points qu'ont en commun ces communautés voisines, notamment le fait que les enfants de la maternelle à la 8e année fréquentent l'école de Grande-Anse.

Le maire de Maisonnette n'a pas voulu accorder d'entrevue à ce sujet, tout comme la mairesse de Grande-Anse, Thérèse Haché, et le maire de Saint-Léolin, Joseph Lanteigne.

Il est clair qu'ils sont dans l'expectative en attendant qu'ils en sachent davantage sur les intentions du ministre Daniel Allain, responsable de la réforme de la gouvernance locale.

Daniel Allain, ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale du Nouveau-Brunswick, en entrevue au Téléjournal Acadie le 22 février 2021.

Daniel Allain, ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale du Nouveau-Brunswick, en entrevue au Téléjournal Acadie le 22 février 2021.

Photo : Radio-Canada

Une très bonne nouvelle

Le maire de Caraquet ne s'est par contre pas fait prier pour discuter ouvertement de l'avenue préconisée par ces communautés voisines.

D'apprendre qu'il y aurait des communautés voisines qui se seraient concertées pour trouver une position commune, c'est une bonne nouvelle pour moi, exprime Bernard Thériault. Cela s'inscrit exactement dans la visée de la ville de Caraquet, à savoir que les communautés devront elles-mêmes décider, dans la mesure du possible, où elles veulent aller.

Bernard Thériault

Bernard Thériault, maire de Caraquet

Photo : Radio-Canada / René Landry

Il assure qu'il n'a pas senti auprès de ses collègues du conseil municipal une volonté d'agrandir la communauté de Caraquet de façon démesurée.

Ce qui compte, à ses yeux, c'est que les gens soient heureux dans leur communauté et qu'ils soient de bons voisins.

Et le Grand Caraquet?

Dans le cas d'un éventuel regroupement des trois municipalités voisines et des trois DSL, qu'arriverait-il du Grand Caraquet?

La contribution financière de la communauté pour le projet de Centre régional des générations dépasse les deux millions de dollars.  Le projet total est estimé à 15 millions de dollars.

La contribution financière de la communauté pour le Centre régional des générations, à Caraquet, dépasse les deux millions de dollars. Le projet total est estimé à 15 millions de dollars.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Il y peut y avoir de la collaboration, indique Bernard Thériault. La ville de Caraquet a été partenaire avec Grande-Anse dans les années passées pour l'entretien de son aréna. Je peux déjà vous dire que nous tendons la main à Grande-Anse ou à toute communauté qui voudrait garder cet aréna ouvert.

« Une communauté rurale faciliterait la collaboration avec la ville de Caraquet. »

— Une citation de  Bernard Thériault, maire de Caraquet

Selon lui, l'aréna de Grande-Anse ne serait pas du tout incompatible avec la construction à venir du Centre régional des générations, dont la pièce maîtresse sera la patinoire.

Pas des wagons, des partenaires

Quant à l'avenir de Caraquet dans la foulée de la réforme de la gouvernance locale, le maire tient à ne pas faire part d'un modèle en particulier.

Si le gouvernement provincial choisit des avenues qui amènent des regroupements, je voudrais toujours m'assurer que ceux qui seront avec nous ne seront pas que des wagons attachés à une grosse locomotive, mais des partenaires à part entière, prévient-il.

Il cite en exemple le village de Bas-Caraquet et le DSL de Saint-Simon, qui collaborent avec Caraquet pour ce qui est du service des pompiers ou encore de l'eau potable.

Il pose deux conditions pour qu'une réforme se passe bien : préserver l'identité des communautés et des cadres fiscaux qui sont équitables pour tous.

Il va falloir qu'on soit créatifs, conclut-il. On a peut-être la possibilité d'un autre chez-soi. Mais, il faudrait que tous les membres de la famille soient traités également.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !