•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prix de l’essence atteint de nouveaux sommets en Atlantique

Une pompe à essence.

Le prix du litre d'essence était de 148,1 ¢ dans cette station-service du sud-est du Nouveau-Brunswick, jeudi, mais il est encore plus élevé ailleurs en Atlantique.

Photo : Autre banques d'images / Guy Leblanc

Radio-Canada

Les automobilistes en Atlantique encaissent cette semaine une nouvelle hausse du prix de l’essence. Plusieurs facteurs contribuent à la hausse du prix, principalement les conditions du marché mondial.

Voici le prix maximal courant du litre d’essence libre-service dans chaque province, selon leur organisme réglementaire respectif :

  • Nouveau-Brunswick : 151,2 ¢;
  • Nouvelle-Écosse : 151,5 ¢;
  • Île-du-Prince-Édouard : 146,9 ¢;
  • Terre-Neuve-et-Labrador : 173,4 ¢.

Les prix du litre d'essence varient par endroits. En Nouvelle-Écosse, ils diffèrent dans les cinq régions de la province, de 149,5 ¢ à Halifax jusqu’à 151,5 ¢ au Cap-Breton; et à Terre-Neuve-et-Labrador, ils varient de 164,3 ¢ dans la péninsule d’Avalon jusqu’à 173,4 ¢ à Churchill Falls au Labrador.

Au début d’octobre, lorsque les prix de l’essence ont commencé à battre les records précédents dans la région, l'économiste et directeur de l’École des hautes études publiques de l’Université de Moncton, Pierre-Marcel Desjardins, a expliqué que le décalage entre l'offre et la demande les fait monter.

Avec la reprise économique, même si nous, au Canada, on vit une quatrième vague, faut voir que dans d'autres régions, par exemple en Europe, les choses vont un peu mieux, donc la demande augmente et l’offre a de la difficulté à s'ajuster à cette augmentation-là, a précisé M. Desjardins, le 7 octobre.

Je ne pense pas que c’est une hausse permanente, mais ce décalage temporaire occasionne des augmentations quand même assez importantes, avait-il souligné.

Patrick De Haan, analyste du site GasBuddy interviewé la semaine dernière par CBC, a indiqué qu’en cette période de pandémie surviennent des goulots d'étranglement, des défis variés et des déséquilibres.

Selon lui, les prix augmentent en grande partie à cause d’une pénurie de charbon en Chine et d’une pénurie de gaz naturel en Europe, qui entraînent une hausse de la demande de produits pétroliers.

Les prix du pétrole augmentent progressivement sur le marché mondial depuis la chute qui s’est produite il y a 19 mois, au début de la pandémie.

Avec des renseignements de Bernard LeBel, de Radio-Canada, et de Robert Jones, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !