•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Virage vers un tourisme durable dans l’archipel madelinot

Une croix blanche sur une butte avec l'île d'Entrée en arrière-plan.

Les recommandations incluses dans la stratégie touristique durable 2021-2026 ont été présentées lors de la Journée du tourisme qui s'est tenue jeudi à l'Étang-du-Nord (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Tourisme Îles de la Madeleine mise sur sa stratégie touristique durable 2021-2026 pour assurer la pérennité de la destination. Le document, présenté jeudi aux acteurs de l'industrie, contient 39 recommandations.

Selon le directeur de l’association touristique régionale, Michel Bonato, l’archipel madelinot est la première destination québécoise à inclure la notion de durabilité dans tous les éléments d’une stratégie de développement touristique.

L'archipel madelinot a également été le premier territoire à se doter d'une politique cadre de développement touristique durable au Québec dès 2006.

Les 39 recommandations incluses dans la stratégie sont réparties en cinq axes : l’aménagement du territoire, le patrimoine humain et la qualité de vie des Madelinots, la protection de l’environnement, l’intelligence numérique et le tourisme de niche quatre saisons.

10 des 39 recommandations incluses dans la stratégie touristique durable 2021-2026

  1. Mettre en place des outils de gestion d’aménagement du territoire (p. ex., parc régional ou charte des paysages)
  2. Exiger que les propriétaires de VR aient une réservation sur un camping reconnu lorsqu’ils réservent une place à bord du traversier pour éviter le camping sauvage
  3. Favoriser l’utilisation des transports actifs et à assistance électrique pour diminuer le nombre de véhicules automobiles
  4. Soutenir la RÉGIM dans l’instauration d’un système de navettes électriques
  5. Moduler la tarification du traversier pour favoriser l’étalement de l’achalandage
  6. Explorer la faisabilité de mettre en place des hébergements pour les travailleurs saisonniers
  7. Mettre en place un système de compensation des émissions de carbone pour les visiteurs qui souhaitent atténuer les impacts de leur déplacement aux Îles
  8. Étudier la possibilité de créer un fonds alimenté par une écotaxe pour financer l’achat de terrains à préserver ou des actions de développement durable
  9. Cibler la promotion de six produits de niche identifiés pour étaler le tourisme 12 mois par année
  10. Mettre en place des semaines thématiques pour des clientèles ciblées hors saison

    Source : Tourisme Îles de la Madeleine

Le Groupe de recherche et d'intervention tourisme territoire et société (GRITTS) de l'UQAM a, entre autres, participé à la réalisation de la stratégie.

Le directeur du GRITTS estime qu’il s’agit d’une stratégie innovante, puisqu’elle est fortement inspirée et ancrée dans les approches territoriales.

Le tourisme n’est pas vu comme une industrie qui flotte au-dessus de l’espace et qui utilise le paysage comme décor, mais plutôt comme un secteur intégré à un milieu de vie et à des collectivités, explique Dominic Lapointe.

C’est une stratégie qui dépasse le simple acte économique du tourisme pour réfléchir à la façon dont on aménage, on gère et on développe des collectivités avec le tourisme, ajoute M. Lapointe.

« Les réflexions que les Madelinots ont actuellement en lien avec l’aménagement du territoire, les défis démographiques et la fréquentation touristique sont prises en compte dans cette stratégie. »

— Une citation de  Dominic Lapointe, directeur du GRITTS et professeur à l’UQAM

La stratégie touristique durable 2021-2026 découle de plusieurs rencontres d’information, consultations et sondages réalisés auprès de la population et des entreprises touristiques.

Un homme manipule un cerf-volant aérotracté alors que des quadistes circulent sur la plage derrière lui.

En lien avec les différents conflits d'usage sur les terres publiques, la stratégie touristique durable 2021-2026 recommande la mise en place d'une signalisation uniforme pour indiquer les différentes restrictions d'usage du territoire (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

La qualité plutôt que la quantité

Alors que plusieurs irritants liés à la croissance de l’achalandage touristique estival sont soulevés par la population locale depuis quelques années, le directeur de Tourisme Îles de la Madeleine croit que cette stratégie saura apporter les correctifs nécessaires pour limiter la pression sur le territoire madelinot et ses résidents.

« Le contexte actuel nous pousse à aller plus stratégiquement vers une notion de qualité plutôt que de quantité. On le voit à travers cette stratégie de tourisme durable et notre volonté d’offrir des produits de niche. »

— Une citation de  Michel Bonato, directeur de Tourisme Îles de la Madeleine

M. Bonato note également que certains visiteurs n’ont pas l’expérience à laquelle ils s’attendent et qu'ils le mentionnent sur les réseaux sociaux.

On se doit d’intervenir, poursuit-il. Il faut faire attention que l’expérience soit au rendez-vous. Pour nous, c’est au-delà des chiffres d’achalandage, on veut offrir une expérience authentique et de qualité, et que celle-ci soit égale à ce que nous avons offert dans le passé.

Dominic Lapointe avec un micro à la main.

Dominic Lapointe est directeur du Groupe de recherche et d'intervention tourisme territoire et société (GRITTS) et professeur en développement du tourisme à l'UQAM.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le directeur du GRITTS, Dominic Lapointe, note également que la stratégie inclut plusieurs recommandations pour doter la destination d’outils qui permettent de mieux documenter les défis liés à la haute saison touristique et de dépasser certaines perceptions.

La compréhension des flux touristiques sur le territoire est importante pour comprendre comment on peut étaler l’achalandage touristique dans le temps et partout sur le territoire madelinot et le rendre moins irritant, croit M. Lapointe.

Une falaise érodée de Havre-Aubert avec une maison solitaire.

La stratégie touristique durable recommande de soutenir la diffusion des événements scientifique ou de vulgarisation sur les effets des changements climatiques auprès des visiteurs et des Madelinots et la visite de lieux perturbés (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le professeur croit également que le plan quinquennal propose des réflexions audacieuses concernant les changements climatiques, la réduction des GES et la diminution du nombre de voitures qui circulent aux Îles durant l’été.

Par exemple, l’idée de l’écotaxe permet d’assurer la pérennité du tourisme, et de ce qui attire les touristes aux Îles-de-la-Madeleine, soit les paysages, affirme Dominic Lapointe. Il faut trouver une manière pour que le dollar touristique contribue directement à leur protection.

Une stratégie concertée

Le directeur de Tourisme Îles de la Madeleine ne s’en cache pas. La mise en œuvre de cette stratégie sera un travail collectif de plusieurs intervenants madelinots.

« L’association touristique régionale n’a aucun pouvoir législatif. Les solutions devront être collectives. Aucune organisation madelinienne ne pourra faire le travail seul. »

— Une citation de  Michel Bonato, directeur de Tourisme Îles de la Madeleine

Cette stratégie est celle de la destination, donc tous les partenaires ont été rencontrés et nous avons tenu compte des attentes des uns et des autres, ajoute Michel Bonato. Nous avons produit un plan d’action pour les prochaines années pour la mise en œuvre de cette stratégie à travers des actions concrètes.

Michel Bonato est photographié un micro à la main.

Le directeur de Tourisme Îles de la Madeleine estime que la destination doit miser davantage sur la qualité du séjour offert que sur la quantité de visiteurs reçus.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Déjà, Tourisme Îles de la Madeleine est à la recherche d’un agent de concertation et de développement qui aura la responsabilité de convoquer et d’animer des tables de concertation sectorielles afin d’amenuiser les irritants provoqués par l’achalandage touristique.

Cette personne devra également développer des forfaits pour valoriser les produits de niche madelinots, tels que l’observation des blanchons, les sports nautiques et les excursions de pêche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !