•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tramway : Marie-Josée Savard accusée de manque de transparence

Marie-Josée Savard en point de presse, vendredi.

Marie-Josée Savard en point de presse, vendredi.

Photo : Radio-Canada / Louise Boisvert

La Ville de Québec a remis au ministère de l'Environnement les précisions exigées au sujet de la coupe d'arbres sur le boulevard René-Lévesque, mais l'information demeure inaccessible. Marie-Josée Savard plaide que c'est hors de son contrôle, tandis que ses opposants crient au manque de transparence.

La Ville avait jusqu'au 21 octobre pour répondre aux questions du ministère de l'Environnement du Québec (MEQ), qui poursuit l'évaluation environnementale du projet de tramway.

Le printemps dernier, le Bureau de projet du tramway a annoncé qu'il optait pour un tunnel court sur le boulevard René-Lévesque. Le tramway allait revenir en surface près de la rue Turnbull au lieu de l'avenue des Érables, située 500 mètres plus à l'ouest.

Dans sa décision, la Ville de Québec avait informé le ministère des impacts de cette décision sur le nombre d'arbres à abattre selon trois scénarios. En septembre, le ministère a demandé au Bureau de projet de faire le même exercice pour l'ensemble du tracé situé entre l'Université Laval et la rue Turnbull.

L'aval de la Ville nécessaire

Dans une réponse à Radio-Canada, le ministère a confirmé avoir reçu les réponses de la Ville dans les délais prévus, mais affirme du même souffle qu'elles ne sont pas publiques à moins que la Ville de Québec l'autorise.

En entrevue éditoriale sur ICI Première vendredi matin, la cheffe d'équipe Marie-Josée Savard a d'abord souligné qu'elle ne pouvait pas parler au nom de la Ville ou du Bureau de projet avant d'ouvrir la porte au dévoilement public des données au sujet de l’abattage d’arbres sur René-Lévesque.

Si le ministère nous dit qu'il a les réponses à toutes ses questions et qu'il n'y aura pas d'autres échanges, moi, je n'ai aucun souci, on n'a jamais caché quoi que ce soit.

« Plus les gens ont de l'information, mieux c'est. Ce ne serait pas gagnant pour nous de vouloir cacher de l'information. »

— Une citation de  Marie-Josée Savard, cheffe d'Équipe Marie-Josée Savard

En fin de journée vendredi, la Ville de Québec a renvoyé la balle au ministère de l'Environnement. La Ville confirme qu’au plan juridique l’information ne lui appartient plus et qu’il lui serait préjudiciable, selon le processus en place, de rendre ces informations publiques, répond le porte-parole David O'Brien dans une réponse par courriel en indiquant clairement que la décision appartient au ministère.

Trois scénarios à l'étude pour René-Lévesque :

  • Maintien des voies automobiles existantes
  • Transformation en sens unique
  • Transformation en artère partagée pour tous les utilisateurs

Manque de transparence

Loin de calmer le jeu, les explications de Marie-Josée Savard ont plutôt mis de l'huile sur le feu. Tous ses adversaires à la mairie ont réclamé que les réponses fournies au ministère de l'Environnement soient rendues publiques avant le scrutin du 7 novembre, peu importe la position de la Ville ou du gouvernement du Québec.

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, juge essentiel que les trois scénarios étudiés pour le tronçon René-Lévesque et leurs conséquences soient débattus sur la place publique. Les citoyens ont été bernés en 2017 alors que son administration a caché ses intentions par rapport au projet de tramway et on ne veut certainement pas rejouer dans un vieux film de 2017. C'est pas le jour de la marmotte.

Marie-Josée Savard affirme qu'en raison de son statut de candidate à la mairie, elle n'a pas assisté aux dernières rencontres du comité directeur. Elle non plus ne connaît donc pas la teneur des informations contenues dans les réponses fournies au gouvernement.

Sans l'accuser de mentir, Jean-François Gosselin juge évident qu'il y a des informations là-dedans que Mme Savard ne veut pas rendre publiques.

Bruno Marchand reproche quant à lui à la candidate de l'administration sortante de ne pas assumer ses positions et de trop régulièrement se cacher derrière un comité. Le chef de Québec forte et fière est étonné qu'elle n'ait pas l'information entre les mains. Cette information-là, elle devrait l'avoir. Elle est vice-présidente. Elle reste dans son rôle jusqu'aux élections.

« Il y a des citoyens qui ont envie de croire au tramway, mais l'opacité présentement leur donne l'impression qu'on leur cache des choses. »

— Une citation de  Bruno Marchand, candidat à la mairie de Québec

Chez Démocratie Québec, Jean Rousseau dénonce une administration incapable d'être transparente. Si les scénarios qui sont sur la table entraînent une coupe massive d'arbres, il faut le savoir.

Il estime aussi que Marie-Josée Savard évite beaucoup trop de se commettre sur les enjeux importants depuis le début de la campagne. Le défi qu'on a avec Mme Savard c'est qu'elle ne semble pas très au courant de ce qui se passe dans son administration. On dirait que c'est un fantôme.

Comme les autres candidats, la cheffe de Transition Québec, Jackie Smith, a elle aussi accusé Mme Savard de manquer de leadership. Si Mme Savard n'est pas capable de convaincre sa propre administration de rendre publiques ces informations importantes, comment peut-elle convaincre la population qu'elle a le leadership pour être mairesse?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !