•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Homicide involontaire : un résident de Cap-Pelé passible de 9 ans de prison

Une voiture de la Gendarmerie royale du Canada sur les lieux derrière un cordon de sécurité.

Anthony James Miller a reconnu sa culpabilité à une accusation d'homicide involontaire pour la mort de Javin Melanson sur un terrain de stationnement de la promenade Elmwood à Moncton le 12 mars 2021.

Photo : CBC/Shane Magee

Radio-Canada

Un juge présentera la semaine prochaine sa décision sur la peine d’un résident de Cap-Pelé, au Nouveau-Brunswick, pour un homicide involontaire et des délits de fuite survenus récemment dans la région de Moncton.

Anthony James Miller, 22 ans, a reconnu sa culpabilité à des accusations de fuite et de voies de fait graves sur Jeremy Scott à Dieppe le 16 octobre 2020 et d’homicide involontaire pour la mort de Javin Melanson à Moncton le 12 mars 2021.

La Couronne et la défense ont recommandé conjointement une peine de 9 ans d’emprisonnement. Le juge Paul Duffie doit rendre sa décision mardi.

Durant les procédures, jeudi, le juge a entendu la famille Melanson présenter sa déclaration de victime. Jasara Melanson, mère de Javin Melanson, a déclaré à cette occasion qu’Anthony James Miller a roulé sur son fils comme s’il s’agissait d’un objet qui se dressait sur son chemin.

Jasara Melanson interviewée devant le palais de justice.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jasara Melanson, mère de Javin Melanson, a expliqué devant la cour qu'elle est toujours hantée par l'absence de son fils.

Photo : Radio-Canada / Pierre Fournier

Elle a expliqué que l’absence de son fils de 19 ans la hante et qu’elle ne pourra jamais plus voir son visage illuminé d’un sourire.

Anthony James Miller a déclaré qu’il était désolé et qu’il souhaitait que cela ne se soit pas produit. Il s’est ensuite assis en fixant des yeux le plancher.

La procureure de la Couronne, Sylvie Godin-Blanchard, a dit au juge qu'Anthony James Miller, Javin Melanson et deux femmes se sont rencontrés sur le terrain de stationnement d’une entreprise à Moncton, au 415, promenade Elmwood, vers 3 h 40.

La femme qui accompagnait Javin Melanson a dit aux policiers qu’il avait apporté un sac à dos et qu’ils devaient rencontrer son copain. Selon la Couronne, elle croyait qu’ils étaient présents pour acheter de la drogue.

Un policier photographie des chaussures sur le sol tandis qu'un autre s'approche en enfilant des gants.

Les policiers ont soigneusement examiné les lieux de l’événement tragique, promenade Elmwood, à Moncton, en mars 2021.

Photo : CBC/Shane Magee

Javin Melanson a pris place sur la banquette arrière de la voiture Honda Accord que conduisait Anthony James Miller. La femme était avec eux. Elle a dit aux policiers que Javin Melanson était armé d’un fusil de chasse au canon scié et qu’il le braquait vers le sol.

Selon la Couronne, Javin Melanson a lancé au conducteur que ce dernier lui avait volé quelque chose et qu’il l’accusait de vouloir le voler encore. Anthony James Miller a répliqué en faisant un geste d'attaque avec une machette, toujours selon la Couronne.

La femme est alors sortie de la voiture en laissant la portière ouverte. Elle a dit qu’elle a entendu un coup de feu à ce moment.

Javin Melanson est sorti de la voiture et s’est éloigné à la course, puis Anthony James Miller l’a renversé deux fois. Selon la Couronne, le jeune homme est resté coincé sous la voiture qui l’a traîné sur le terrain de stationnement.

La Couronne a indiqué que deux témoins indépendants ont vu les faits en partie. Un enregistrement d’une caméra de surveillance présenté au juge lui a permis de voir une voiture qui a fait plusieurs cercles sur le terrain de stationnement avant de quitter les lieux.

Une agente prend des notes tandis qu'un collègue utilise un appareil photo posé sur un trépieds.

Des enquêteurs de la Gendarmerie royale du Canada sur les lieux de la tragédie, promenade Elmwood, en mars 2021.

Photo : CBC/Shane Magee

Les policiers s’étaient rendus au domicile d’Anthony James Miller à Cap-Pelé où ils ont trouvé une voiture de location immatriculée en Ontario.

Anthony James Miller avait confié sa voiture à un atelier de débosselage. Il y avait un impact de balle dans une portière arrière, selon la Couronne. Le pare-brise était endommagé et le personnel de l’atelier l’avait remplacé.

L'autopsie a conclu que Javin Melanson avait la colonne vertébrale fracturée, ainsi que des côtes et le cou. Il avait aussi subi plusieurs autres blessures.

La défense et la Couronne se sont entendues sur ces faits.

Un autre homme renversé en 2020

Anthony James Miller a aussi reconnu d’avoir renversé un autre homme avec sa voiture près d’une station-service à Dieppe le 16 octobre 2020.

Selon les propos entendus en cour, Jeremy Scott conduisait sur ce terrain pour aller à un café Tim Horton lorsque Anthony James Miller est arrivé à toute vitesse. Une querelle a éclaté. M. Scott est sorti de sa voiture et s’est approché de celle de Miller.

Anthony James Miller a craché sur Jeremy Scott, qui a ensuite mis la main dans la voiture. Miller a fait marche arrière sur une distance équivalente à plusieurs fois la longueur de sa voiture, puis il a foncé sur M. Scott. Ce dernier a été projeté sur le pare-brise et le toit de la voiture.

Par la suite, Anthony James Miller s’est livré lui-même à la police.

Des messages textes envoyés par l’accusé ont été présentés au juge. Anthony James Miller s’était vanté à plusieurs personnes d’avoir renversé M. Scott.

Dans sa déclaration de la victime, Jeremy Scott affirme que Miller doit payer pour ses crimes. Selon lui, il faut que les gens comprennent qu’un véhicule ne doit pas servir d’arme au Canada.

À l’extérieur du tribunal, Jasara Melanson a plaidé pour de meilleurs soins de santé mentale dans la province. Elle n’est pas déçue de la peine recommandée dans le cas d’Anthony James Miller.

Mme Melanson a expliqué qu’elle essaie de lui pardonner ses gestes pour que sa famille et elle-même puissent guérir. Elle a ajouté qu’elle ne peut lui souhaiter de moisir en enfer ou de passer le reste de sa vie en prison. Elle a expliqué qu’il a une occasion de changer sa vie et de prendre de meilleures décisions à l’avenir.

D’après un reportage de Shane Magee, de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.