•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le passeport vaccinal entre en vigueur à Terre-Neuve-et-Labrador

Phil Maloney montre sur une tablette l'application que ses employés utiliseront pour vérifier le code QR des clients.

Phil Maloney montre sur une tablette l'application que ses employés utiliseront pour vérifier le code QR des clients.

Photo : CBC/Terry Roberts

Radio-Canada

Les Terre-Neuviens-et-Labradoriens devront maintenant présenter une preuve de vaccination pour accéder à de nombreux services.

Les citoyens peuvent désormais télécharger un code QR, appelé le NLVaxPass.

Selon les nouvelles règles, les clients qui veulent accéder à des entreprises non essentielles devront présenter cette preuve de vaccination accompagnée d’une pièce d’identité. Le code QR peut aussi être imprimé pour les personnes qui ne possèdent pas d’appareil mobile.

Une personne qui vérifie le code QR sur le passeport vaccinal d'une autre personne.

Les citoyens de Terre-Neuve-et-Labrador doivent dorénavant présenter leur code QR sous forme électronique ou papier pour accéder aux lieux jugés non essentiels.

Photo : Radio-Canada

Ceux qui possèdent une exemption médicale devront l’avoir en main pour accéder aux lieux visés.

Ceux-ci incluent :

  • Les grands rassemblements dans les lieux publics (incluant les mariages et les funérailles) ;
  • Les arénas ;
  • Les gyms et autres installations sportives ;
  • Les salles de spectacles et lieux de diffusion de la culture ;
  • Les centres de divertissement intérieurs ;
  • Les bars et les restaurants ;
  • Les salles de bingo ;
  • Les spas et autres centres de soins esthétiques, comme les salons de coiffure et les barbiers ;
  • Les centres de soins de longue durée et autres milieux de vie communautaires.

La preuve de vaccination n’est pas requise dans les établissements d’enseignement, les institutions bancaires, les centres de réparation automobile, les commerces de détail, le transport en commun, les hôtels et les garderies.

Inquiétude chez certains commerçants

Phil Maloney est co-propriétaire de la microbrasserie Bannerman Brewing à Saint-Jean. Il appuie le passeport vaccinal, mais se demande comment se dérouleront les premiers jours de sa mise en oeuvre.

Il soutient la vaccination, mais déplore que l’application des règles tombe sur les épaules des propriétaires d’entreprises comme lui.

C’est difficile. Nous sommes de petites entreprises qui essayons de joindre les deux bouts, affirme-t-il.

M. Maloney croit qu’il faudra un certain temps pour évaluer l’impact des nouvelles mesures sur son entreprise, mais enjoint tout le monde à faire son bout de chemin pour combattre la COVID-19.

J’espère que les gens seront bienfaisants. Nous essayons seulement de traverser cette période difficile, pense le restaurateur.

Les organismes et entreprises absorbent les coûts

Mark Sexton est président de l'Association de hockey mineur de la Péninsule d’Avalon.

Il pense qu’à ce point-ci, il y a une acceptabilité de la population à propos des nouvelles mesures.

Son organisme a embauché une firme de sécurité pour vérifier le code QR des participants et spectateurs aux entraînements et matchs.

Nous avons décidé que c’était la meilleure solution pour un petit organisme à but non lucratif comme nous. Nous n’avions pas le personnel pour s’occuper de tout cela, constate M. Sexton.

L’organisme accueille cette année environ 350 jeunes hockeyeurs. Il tient à ce que leur environnement soit sain et sécuritaire.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !