•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un documentaire explore en profondeur la vie de Jacques-Yves Cousteau

Jacques-Yves Cousteau est debout dans un bateau et regarde au loin.

Le long métrage explore la vie et les contradictions de l’océanographe à l’iconique bonnet rouge.

Photo : YouTube / National Geographic

Radio-Canada

Le documentaire Becoming Cousteau, qui prend l’affiche vendredi, s’intéresse à la démarche du célèbre océanographe français Jacques-Yves Cousteau ainsi qu’à son legs.

Produit par le magazine National Geographic et réalisé par Liz Garbus, le long métrage cherche à comprendre l’homme à l’iconique bonnet rouge (parodié par Wes Anderson dans La vie aquatique) qui n’avait aucune formation scientifique, mais qui est pourtant l’un des explorateurs contemporains les plus connus.

Prônant des valeurs écologiques, l’homme de la mer a néanmoins accepté l’or noir de compagnies pétrolières pour financer plusieurs de ses expéditions. Ses documentaires, qui inspirent encore aujourd’hui les jeunes générations, lui ont valu trois Oscars.

Becoming Cousteau montre l’océanographe comme un homme qui n’est heureux que sous la surface de l’eau. Je suis misérable hors de l’eau, fait savoir Jacques-Yves Cousteau dans un extrait. Le film s'attarde également à la démarche écologique de l'explorateur.

Vers la fin de sa vie, je pense qu’il se sentait comme le personnage mythique de Cassandre qui s'époumone à avertir tout le monde de leur fin prochaine, affirme Liz Garbus, qui ajoute que sa vision pessimiste de la crise climatique lui a causé des ennuis commerciaux.

La réalisatrice a commencé à travailler sur le documentaire en 2015, mais a mis du temps à terminer le film en raison des échanges très compliqués avec la famille de l’aventurier.

Le film sort en salle le 19 octobre, puis sera accessible sur Disney+ à partir du 24 novembre.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !