•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Lions de Trois-Rivières s’inclinent à leur match inaugural

Malgré le pointage final, l'ambiance était survoltée pendant ce premier match, disputé au nouveau Colisée Vidéotron.

Le gardien des Growlers Evan Cormier effectue un arrêt sur le tir de Shawn St-Amant des Lions.

Le reportage de Jonathan Roberge

Photo : Radio-Canada / François Genest

Exactement 281 jours après avoir annoncé la venue d’une équipe de l’ECHL à Trois-Rivières, les Lions disputaient le tout premier match de leur histoire jeudi soir. Ils affrontaient pour l’occasion les Growlers de Terre-Neuve dans un tout nouveau Colisée Vidéotron, à guichets fermés. Les Growlers l’ont emporté par le compte de 6-3.

La première moitié de la rencontre a été à l’avantage des Growlers, qui ont contrôlé le jeu et forcé les Lions à l’indiscipline. La formation trifluvienne a accordé quatre buts sans riposte avant de donner espoir à ses partisans en fin de deuxième période.

Toujours bruyants malgré le pointage, ils ne pouvaient demander meilleur scénario lorsque le Trifluvien Alexis D’Aoust a inscrit le premier but de l’histoire de l’équipe avec moins de cinq minutes à faire au deuxième engagement. Il a profité d’un revirement pour s’amener à deux contre un devant le gardien Evan Cormier et prendre un bon tir des poignets.

Il était en mission ce soir. Il a fait beaucoup de bonnes choses. Il était clairement notre meilleur joueur à l’attaque ce soir, a noté l’entraîneur Éric Bélanger après le match.

Ce but a justement eu l’effet d’un électrochoc chez les Lions. Quelques minutes plus tard, Shawn St-Amant a réduit l’écart grâce à un but en échappée. Les spectateurs ont bondi d’un coup en brandissant les serviettes blanches qui leur avaient été remises avant le match.

Il faut dire que ceux qui se sont déplacés avaient, jusque là, bien peu de raisons de s’en servir. Les Growlers ont donné le ton en marquant le premier but de la rencontre après seulement 15 secondes de jeu. Gordie Green a profité d’une savante passe de Marcus Power pour marquer dans une cage presque déserte. Les Terre-Neuviens ont ajouté deux buts à leur récolte avant la fin du premier tiers.

Tirs au but

Growlers : 34

Lions : 25

Malgré tout, les 4500 partisans des Lions ont fait sentir leur présence tout au long du match en réagissant à la moindre occasion : décisions de l’arbitre, mises en échec ou chances de marquer.

Des spectateurs dans les estrades du Colisée Vidéotron.

Le Colisée Vidéotron a fait salle comble lors du match inaugural des Lions de Trois-Rivières, le 21 octobre 2021.

Photo : Radio-Canada / François Genest

Les Growlers ont inscrit un cinquième filet en début de troisième période et mis le match hors de la portée des Lions avec un but dans un filet désert.

Le but du capitaine Cédric Montminy a soulevé les amateurs qui ont choisi de rester jusqu’à la fin, mais il n’a pas permis de renverser la vapeur.

Une ovation a suivi le son de la sirène qui indiquait la fin de la rencontre et les joueurs des Lions n’ont pas manqué de remercier leurs partisans, au centre de la patinoire.

Ce match était le premier que les joueurs des Lions disputaient ensemble, puisque l’équipe n’a bénéficié d’aucun match préparatoire avant le début de la saison.

Des cérémonies émotives

Avant même l’ouverture des portes, à 18 h, des centaines d’amateurs attendaient de pouvoir entrer dans l’enceinte.

Des représentants des médias de tout horizon étaient également sur place, forçant l’organisation à installer des tables de débordement.

Sur le coup de 19 h, la fébrilité a monté d’un cran avec les cérémonies d’avant-match. Sur l’écran central, une vidéo montrant des lieux emblématiques de Trois-Rivières et un forgeron créer le logo des Lions a été présentée. Une salve d’applaudissements a retenti à la toute fin.

Les joueurs de la formation trifluvienne ont alors fait leur entrée sur la glace à tour de rôle. La foule s’est particulièrement exclamée à l’annonce des Lions originaires de la cité de Laviolette, dont Alexis D’Aoust.

C’était un super moment, l’ovation au début et même après le but… l’ambiance était féerique, a déclaré celui qui a été nommé la troisième étoile du match.

C’est spécial pour moi, parce que je viens de la région. Mes parents n’avaient pas pu me voir jouer en vrai depuis deux ans. C’était encore plus spécial comme moment.

Des joueurs et des dignitaires au centre de la glace pour la mise au jeu protocolaire.

Des cérémonies protocolaires ont eu lieu avant le match.

Photo : Radio-Canada / François Genest

L’organisation avait demandé à d’anciens membres des Canadiens de Montréal d’effectuer la mise au jeu protocolaire. Parmi eux, Léon Rochefort, ayant joué pour les Lions de Trois-Rivières entre 1955 et 1960, et Jean-Guy Talbot, gagnant de sept Coupes Stanley.

Les spectateurs ont réservé une ovation debout à l’homme de 89 ans en plus de scander son nom à plusieurs reprises. Un hommage à en donner des frissons pour ce fier représentant de Cap-de-la-Madeleine qui se déplace maintenant à l’aide d’un déambulateur.

Si quelques larmes ont coulé dans l’assistance, M. Talbot est demeuré humble, fidèle à son habitude. Est-ce la plus belle ovation que les amateurs lui ont réservée?

« Ce n'est pas la première… La seule affaire que j’espère, c’est que ce n’est pas la dernière. »

— Une citation de  Jean-Guy Talbot

Jean-Guy Talbot a vu disparaître l’aréna qui portait son nom dans le secteur de Cap-de-la-Madeleine. Une fois de plus, il a refusé d’en faire tout un plat, ni même d’admettre que cet amour réservé par les amateurs de la région est venu le réconforter.

Comme d’habitude, quand ils m’applaudissent… je suis content. Ce que j’espère, c’est que les gens vont continuer de venir. C’est le seul hockey qu’on a ici, à Trois-Rivières. Il y a un bel aréna. C’est tellement beau. Je ne viendrai pas tous les jours, mais c’est certain que je vais revenir, a assuré l’ancien défenseur des Canadiens et des Blues de St. Louis.

Le propriétaire de Deacon Sports and Entertainment, Dean MacDonald, le commissaire de l’ECHL, Ryan Crelin, le directeur général des Lions, Marc-André Bergeron, le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, et le président et chef de la direction de Quebecor, Pierre Karl Péladeau, les ont rejoints pour la photo officielle.

La satisfaction sur toutes les lèvres

Peu importe le résultat du match, les sourires étaient grands sur les visages de ceux qui ont participé à la construction des Lions et du Colisée.

De faire salle comble en sortant de pandémie, avec tous les défis qu’on a eus, c’est comme un accouchement, mais ça a duré 18 mois, cet accouchement-là. Donc oui, on est très très fiers de ce qu’on a pu présenter aujourd’hui. C’est un bon début, s’est réjoui le président des Lions, Mark Weightman.

Jeudi soir, plusieurs sentiments habitaient l’ancien maire de Trois-Rivières Yves Lévesque, dont l’administration a mis le projet de Colisée sur les rails. Heureux, content. Je dis wow, c’est chez nous! a-t-il lancé en tentant de contenir un large sourire.

« [Les responsables du projet] ont livré la marchandise de façon extraordinaire. […] Je suis un gars fier. »

— Une citation de  Yves Lévesque, ancien maire de Trois-Rivières

Les Lions auront l’occasion de se reprendre vendredi, alors que les Growlers seront à nouveau les visiteurs au Colisée Vidéotron.

Avec la collaboration de Jonathan Roberge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !