•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La moule zébrée finalement découverte dans le lac Massawippi

Sous son air plutôt inoffensif, la moule zébrée représente une véritable menace.

Le lac Massawippi.

Des moules zébrées ont été trouvées au lac Massawippi.

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Radio-Canada

Bleu Massawippi craint que des milliards de moules zébrées envahissent le lac Massawippi et réclame carrément la fermeture de l'accès au lac. Après des années de lutte et d'inquiétudes, le mollusque envahissant a malheureusement fait son apparition dans le plan d'eau.

La directrice générale de l'organisme l'a souvent répété durant les dernières années : On est chanceux, disait Michèle Gérin chaque fois qu'il était question de l'absence de moules zébrées dans le lac Massawippi. Mais cet automne, la chance a tourné.

C'est la pire nouvelle que j'aurais voulu annoncer à Bleu Massawippi. C'est le moment d'un réveil brutal non seulement pour les riverains, mais aussi pour toute la population et les autorités. Tout le monde doit comprendre que nous n'en avons pas fait assez, signale Michèle Gérin.

Une vingtaine de moules zébrées juvéniles ont récemment été découvertes. Et les experts ne pèsent pas leurs mots devant la perspective que l'espèce aquatique envahissante s'installe dans le lac pour de bon. Un désastre est à prévoir qui affectera éventuellement tout le bassin versant en aval. Une catastrophe écologique, mais aussi un désastre économique et récréotouristique, craint la biologiste Isabelle Picard, spécialiste en faune aquatique chez Stantec.

Une moule zébrée reposant sur une pierre.

Une moule zébrée retrouvée dans le lac Memphrémagog, à Magog.

Photo : Radio-Canada

Dans la paume d'une main, une moule zébrée apparaît toute petite. Mais en grand nombre, elle devient une réelle menace : épisodes croissants de cyanobactéries, blocage de prises d'eau et d'infrastructures, déclin des poissons et prolifération des herbiers font partie des conséquences directes de sa multiplication.

« Le lac Massawippi est à l'aube de la pire des menaces, comme un diagnostic de cancer foudroyant. »

— Une citation de  Patrick Fréchette, président de Bleu Massawippi

Selon les experts, le lac Massawippi est le paradis de la moule zébrée. Le taux de calcium oscille entre 29 et 31 dans le lac. Ça veut dire des tapis de moules zébrées partout dans le lac dans cinq ou six ans. Ça veut dire des obstructions des canalisations d'eau, des prises d'eau du Canton de Hatley, Waterville et North Hatley. Ça veut dire une augmentation des cyanobactéries et un changement d'écosystème, craint Michèle Gérin.

Pour l'organisme de protection, il y a urgence d'agir. D'ailleurs, un comité de gestion de la moule zébrée a déjà été créé. Des experts du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs et de Pêches et Océans Canada en font partie.

Vu les conditions du lac et son taux de calcium, la densité de moules zébrées devrait augmenter de façon exponentielle, bien plus rapidement que ce que nous avons vu aux lacs Magog et Memphrémagog, prévient Isabelle Picard.

La fermeture du lac réclamée

Lueur d'espoir : Bleu Massawippi croit qu'en agissant rapidement, il y a encore des chances de sauver le lac du coriace envahisseur.

Que nos recherches actives aient été négatives tout l'été et jusqu'à la mi-automne nous donne espoir que l'implantation ne soit pas encore incontournable, que nous soyons encore au début de la contamination, affirme Michèle Gérin.

Pour y arriver, il faudra prendre des mesures draconiennes, selon l'organisme, à commencer par la fermeture temporaire immédiate du lac aux plaisanciers pour 15 jours. C'est une mesure crève-coeur qui, si elle est mise en place, fera des insatisfaits. D'autres viendront inévitablement au printemps, admet la directrice générale, qualifiant l'accès au lac de véritable passoire.

Elle avance que les deux prochains mois seront déterminants pour l'avenir du lac Massawippi. La directrice entend d'ailleurs frapper à toutes les portes nécessaires pour obtenir le financement requis afin de gérer cette crise. En attendant, elle souhaite que des plongeurs professionnels puissent bientôt dresser un véritable portrait de la situation.

Les candidats municipaux ne s'opposent pas à la fermeture du lac

Les deux candidats qui souhaitent prendre la mairie de North Hatley confirment qu'ils ne s'opposeraient pas à une fermeture du lac si les experts la recommandaient.

Le candidat Guy Veillette propose la création d'un comité d'experts pour nous aider, nous à la municipalité, nous qui ne sommes pas experts, pour prendre les meilleures décisions.

La candidate Marcella Davis Gerrish souhaite entre autres sensibiliser les riverains à mieux nettoyer leur embarcation, même celle sans moteur. Les stations de lavage, faut prendre ça plus au sérieux, mais aussi les accès pour les citoyens, parce qu'il y en a beaucoup autour du lac, peut-être qu'ils vont ailleurs la fin de semaine et ils reviennent après, affirme-t-elle.

Les visiteurs montrés du doigt

Leur municipalité étant sous les projecteurs, les deux candidats de North Hatley rappellent que de nombreux visiteurs, de diverses régions, viennent profiter des eaux du lac Massawippi.

Avec la COVID, on a eu beaucoup, beaucoup, de personnes qui sont venues sur le lac, dit Marcella Davis Gerrish.

On nomme Ayer's Cliff et North Hatley, mais il y a plein d'endroits où on peut avoir accès au lac. Et on reçoit beaucoup de visiteurs, ici dans la région. Il va falloir interpeller les cinq municipalités autour du lac, ajoute Guy Veillette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !