•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La rémunération des gynécologues du Québec amputée de 11 millions

Les médecins obstétriciens gynécologues sont mécontents de devoir réduire leur rémunération par rapport à leurs collègues d’autres spécialités. La Fédération des médecins spécialistes du Québec doit déterminer 65 M$ de compressions salariales ces prochains mois, ce qui provoque des tensions entre spécialités.

Gros plan sur le ventre d'une femme enceinte, pendant qu'une radiologue réalise une échographie.

Dans l'Est-du-Québec, plusieurs hôpitaux sont souvent touchés par des ruptures de service en obstétrique (archives).

Photo : getty images/istockphoto / gorodenkoff

Dans une communication récente à ses membres, le président de l’Association des obstétriciens gynécologues, Elio Dario Garcia, les prévient des compressions à venir de leur rémunération.

Tous nos membres sont actuellement ou seront bientôt affectés, d’une façon ou d’une autre, par des modifications dans leurs tarifs, leur écrit-il.

La grandeur du problème est telle que, pour la grande majorité de nos membres obstétriciens-gynécologues, certaines mesures pourraient même représenter jusqu’à 15 % de leur salaire annuel total, ajoute le docteur Garcia.

Selon les données de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), les 566 médecins obstétriciens gynécologues du Québec affichaient en 2019 une rémunération totale moyenne de 383 993 $. Des dizaines de milliers de dollars sont donc en jeu.

Le président de l’Association estime que d’autres groupes de spécialistes pourraient être mis à contribution afin de répondre aux engagements pris par la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) avec Québec en 2019.

Non seulement nous sommes la spécialité la moins rémunérée de toutes les spécialités chirurgicales et au 26e rang de l’ensemble des 35 associations de la Fédération, mais nous sommes encore sollicités pour remettre un montant additionnel de 10,9 millions de dollars, dénonce-t-il, invitant ses membres à participer à une assemblée extraordinaire au mois de novembre.

La frustration exprimée par le Dr Garcia est largement partagée par plusieurs obstétriciens gynécologues consultés par Radio-Canada.

Ça n’a pas de sens que les radiologistes fassent en moyenne plus de 800 000 $, dit l'un d'eux. Alors, s’ils cherchent de l’argent, qu’ils aillent de ce côté-là. Nous, on travaille souvent la nuit et les week-ends. Pas eux.

Cette source, qui souhaite demeurer confidentielle, estime que les ophtalmologistes aussi sont désormais trop payés pour des opérations qui se sont simplifiées depuis quelques années.

Il y a quelques mois, l’Association des anesthésiologistes du Québec avait également exprimé son insatisfaction.

Atteindre 140 M$ d’ici mars 2022

La FMSQ convenait en 2019 avec le gouvernement d’économies de 1,605 milliards de dollars, visant à contenir les augmentations de rémunération consenties aux médecins par le gouvernement libéral en 2015.

La FMSQ et le nouvel organisme paritaire, l’Institut de la pertinence des actes médicaux (IPAM), s’étaient alors vus confier le mandat de trouver d’ici avril 2023 un total de 450 M$ d’économie liés à la pertinence d’actes médicaux.

Joint par Radio-Canada, le directeur général de l’IPAM, Jean-Francois Foisy, soutient prendre des bouchées doubles, en collaboration avec FMSQ.

On travaille actuellement sur un ensemble de mesures de 65 M$ [...] et la FMSQ, eux, vont nous fournir très bientôt 35 M$, précise-t-il.

Je serais content si j’avais 140 M$ de mesures d’économies récurrentes qui roulaient en mars 2022, expose M. Foisy. Un autre bloc de 100 M$ devra également être mis en place l’année suivante.

À la FMSQ, la directrice des affaires publiques, Anne-Louise Chauvette, indique par écrit que la pertinence représente un chantier important pour la FMSQ [et que] des mesures concernant le plafonnement de certaines activités ont récemment été proposées.

Elle ajoute qu'en accord avec les associations, la FMSQ s’y est opposée, car cette proposition ne reflétait pas la réalité des activités médicales concernées [et] le travail pour identifier des mesures de pertinence se poursuit au sein de l’lPAM.

L’enveloppe budgétaire des médecins spécialistes s’élève à environ 4,9 milliards de dollars par an. Ce montant représente environ 4 % du budget total de l'État québécois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !