•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tests rapides en milieu scolaire : un déploiement attendu dans l’est ontarien

Deux tests rapides dans une main.

Certains tests, comme le test rapide d'antigènes Panbio, peuvent être faits et lus sans équipement supplémentaire. Ils nécessitent tout de même un écouvillonnage nasopharyngé (archives).

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Alors que les tests antigéniques de dépistage rapide de la COVID-19 sont accessibles dans les écoles primaires de l’Outaouais depuis la fin du mois de septembre, bon nombre de parents dans l'est ontarien attendent toujours avec impatience leur déploiement à grande échelle en milieu scolaire.

Sonia Fournier, mère d’un garçon et d’une fillette qui fréquentent une école d’Alexandria, fait partie du lot. À trois reprises depuis le début de la rentrée scolaire, ses deux enfants ont dû demeurer en isolement à la maison, en attente d’un résultat de test de dépistage.

Ça signifie entre deux et quatre jours où les enfants sont à la maison [...]. Je reconnais que je suis privilégiée de faire du télétravail, mais comme pour la plupart des parents qui ont fait ça avec des enfants, c’est tout un défi, raconte-t-elle.

Le dernier épisode du genre remonte justement à lundi dernier.

Sonia Fournier a reçu un appel du personnel de l’école lui disant que son fils de cinq ans était malade, faisant craindre le pire une nouvelle fois.

Comme par le passé en pareilles circonstances, elle a immédiatement mis son travail sur pause pour aller chercher son enfant à l’école et lui prendre un rendez-vous dans un centre de dépistage dans les plus brefs délais.

Sonia Fournier, debout devant un plan d'eau. Autour d'elle, un terrain gazonné, des arbres et un banc de parc.

Sonia Fournier, mère de deux enfants, souhaite un déploiement à grande échelle des tests antigéniques de dépistage rapide dans les écoles du territoire desservi par le Bureau de santé de l’est de l’Ontario.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Entre autres parce que la clinique de dépistage la plus près de chez elle a mis fin à ses activités à la fin de l'été, la femme de 42 ans a dû se résoudre à faire tester son fils à Hawkesbury, qui se trouve à une soixantaine de kilomètres du domicile familial.

Cette fois-ci, [l’isolement] a [duré] deux jours. Ensuite, je dois faire la coordination avec mes collègues, m’excuser pour la millième fois de devoir reporter la réunion. [...] Cela fait en sorte que je deviens une employée sous-performante, tendue, frustrée. [...] Cela rend la chose très difficile, ajoute Sonia Fournier.

Selon elle, une accessibilité généralisée aux tests antigéniques dans les écoles permettrait d’alléger grandement le fardeau de bien des parents.

Où sont les tests antigènes rapides dans les écoles? [...] Si c’est difficile de les avoir physiquement, est-ce qu’on pourrait faire affaire avec les pharmacies? Moi, je suis rendue au point que je [serais] prête à payer, dit la mère de famille qui commence à en avoir ras le bol.

Le BSEO et les conseils scolaires discutent

Lors de son point presse hebdomadaire de mercredi, le médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO), le Dr Paul Roumeliotis a confirmé que des discussions étaient en cours avec les quatre conseils scolaires de la région quant à l'élargissement de l'accès aux tests de dépistage rapide en milieu scolaire.

En raison de la nette amélioration de la situation sanitaire locale dernièrement, ce dernier a dit vouloir favoriser, pour l’instant, une approche ciblée.

C’est l’approche [de] mes collègues [ailleurs] en Ontario. [...] On va choisir les écoles. Nos risques diminuent maintenant. On a moins de cas, a indiqué le médecin hygiéniste du BSEO.

En date du 20 octobre, le nombre d’éclosions de COVID-19 dans les écoles de la région sanitaire du BSEO s’élevait à trois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !