•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Il y a 15 ans se tenait le Forum socioéconomique des Premières Nations

Un Autochtone avec une plume dans la main bénit la cérémonie d'ouverture du Forum.

Le premier Forum socioéconomique des Premières Nations s'est tenu du 25 au 27 octobre 2006.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Du 25 au 27 octobre 2006 s’est tenu à Mashteuiatsh (Pointe-Bleue), sur les rives du lac Saint-Jean, le premier Forum socioéconomique des Premières Nations. Organisé pour trouver des solutions aux problèmes de développement des communautés autochtones, ce Forum sera-t-il couronné de succès ou aboutira-t-il à un échec?

Donner de l’élan aux Premières Nations

« On n’avait jamais vu ça. Onze nations autochtones réunies, un premier ministre sur place pendant trois jours, les chefs d’opposition et une dizaine de ministres fédéraux et provinciaux. »

— Une citation de  Pierre Duchesne, 2006

Par son ampleur, le premier Forum socioéconomique des Premières Nations pouvait se comparer au Sommet de l’économie et de l’emploi et au Forum des générations organisés au Québec en 1996 et 2004.

Se trouvaient assemblés à la même table 11 nations autochtones, des dirigeants des gouvernements du Québec et du Canada et des représentants des sociétés civiles québécoise et canadienne.

Téléjournal, 25 octobre 2006

Le 25 octobre 2006, le journaliste Pierre Duchesne présente un reportage au Téléjournal qui résume l'ouverture de l'événement.

Bernard Derome anime le Téléjournal.

Le discours d’ouverture du chef Ghislain Picard de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador rappelle qu’il existe une fracture entre les communautés autochtones et la société dominante blanche du Canada.

Par ailleurs, le reportage confirme que le premier ministre du Québec, Jean Charest, va annoncer des mesures pour améliorer les conditions socioéconomiques des communautés autochtones.

Ces mesures totaliseraient une centaine de millions de dollars.

L’argent n’est pas tout, martèlent les chefs autochtones.

Le chef de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique, réitère que le partage des redevances produites par les ressources naturelles constitue un enjeu crucial pour l’avancement des communautés autochtones.

Sur ce sujet, le reportage de Pierre Duchesne montre que les réactions des dirigeants et des politiciens du Québec sont plutôt hésitantes.

Une situation désolante, mais des solutions souvent compliquées

Le 25 octobre 2006, une émission spéciale de Dominique Poirier en direct suit la première journée du Forum socioéconomique des Premières Nations.

Statistiques présentées durant l’émission spéciale Dominique Poirier en direct, 25 octobre 2006

  • 85 % des femmes des Premières Nations ont été victimes d’abus sexuels.
  • 52 % de la population autochtone en âge de travailler est sans emploi.
  • 40 % des logements dans les communautés des Premières Nations ont besoin de rénovation.
  • 18 % des adultes autochtones ont déjà tenté de se suicider.

Son animatrice, Dominique Poirier, est accompagnée de l’anthropologue et spécialiste des questions autochtones Serge Bouchard.

Dans cet extrait, ce dernier ne semble pas vraiment impressionné par ce qu’il a observé.

Dominique Poirier en direct (extrait), 25 octobre 2006

Serge Bouchard qualifie de mots et de phrases souvent entendus les discours des politiciens.

En même temps, il croit que certains progrès ont été réalisés dans le dialogue et la reconnaissance des droits des nations autochtones.

Par ailleurs, Serge Bouchard conteste l’idée reçue que le partage des redevances provenant de l’exploitation des ressources naturelles représente une somme colossale.

Ce partage représente seulement 3 % de l’ensemble des profits estimés au Québec, soutient l’anthropologue.

Les ententes sur le partage des territoires et des redevances sont nécessaires, plaide Serge Bouchard.

C’est cependant compliqué et certaines communautés sont oubliées, rappelle-t-il.

Le Forum fustige Ottawa et déçoit les Autochtones

« Beaucoup de bons mots, d’objectifs généraux, mais pas d’échéancier précis. C’est le bilan du Forum des Premières Nations à Mashteuiatsh. »

— Une citation de  Geneviève Asselin, 2006

« Je souhaiterais que M. Harper nous dise à quelle profondeur du baril il faut se retrouver pour avoir une reconnaissance réelle de votre part. »

— Une citation de  Gilbert Dominique, 2006

Plusieurs participants à Mashteuiatsh ont par ailleurs dénoncé l’attitude du gouvernement canadien, dirigé par le premier ministre Stephen Harper.

Les reportages du journaliste Pierre Duchesne présentés au Téléjournal les 26 et 27 octobre 2006 nous donnent un aperçu des critiques.

Ces Téléjournaux sont respectivement animés par Bernard Derome et Geneviève Asselin.

Téléjournal, 26 octobre 2006

Le premier reportage nous montre le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, fustiger l’inaction du gouvernement Harper dans les dossiers discutés durant le Forum, notamment en matière d’éducation.

Téléjournal, 27 octobre 2006

Quand la question du logement chez les Autochtones est abordée le 27 octobre, le ministre fédéral des Affaires indiennes, Jim Prentice, est absent.

Pourtant ce dossier relève de la compétence fédérale.

Ce n’est qu’à la clôture du Forum qu’un ministre du gouvernement Harper sera présent à l’événement.

Le ministre fédéral des Transports, des Infrastructures et des Collectivités, Lawrence Cannon, tentera de justifier l’action minimale de son gouvernement.

Celui-ci, se défend-il, est nouvellement élu.

Le gouvernement Harper a été assermenté le 6 février 2006.

Le ministre Cannon soutient que Jim Prentice agira avec célérité pour notamment améliorer la situation du logement, de l’eau potable et de l’électricité dans les communautés autochtones.

Les résultats du Forum déçoivent tout de même.

Le chef du Conseil des Anicinapek de Kitcisakik, Edmond Brazeau, affirme même que les promesses faites lors de l’événement sonnent faux pour sa communauté.

Pour sa part, le premier ministre Charest a proposé un mécanisme de suivi du Forum, qui devrait se réunir tous les ans.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.