•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

La Maison Chevalier : au-delà du patrimoine, un symbole identitaire

La Maison Chevalier, et les rues environnantes avec l'animation des jours d'été et les parasols aux terrasses, vue des airs.

La Maison Chevalier, vue du ciel

Photo : Gracieuseté Pierre Lahoud

L’historien Pierre Lahoud est de ceux qui s’inquiètent pour l’avenir de la Maison historique Chevalier. Selon lui, sa restauration, avec celle du secteur de Place-Royale, nous a permis de retrouver nos racines dans les années 1970, ce qui fait de sa vente à des intérêts privés un enjeu qui touche tout le Québec.

La sensibilité au patrimoine peut changer, selon les époques. Considéré comme un joyau aujourd’hui, le secteur de Place-Royale tombait littéralement en ruines à la fin des années 1950. Après deux siècles de négligence, on a failli laisser le berceau de la Nouvelle-France disparaître sous nos yeux. Ce qui prouve, une fois de plus, que rien n’est jamais acquis quand vient le temps de sauver nos vieux murs, souligne Pierre Lahoud.

Le secteur de Place-Royale avant sa rénovation, en 1970. Des voitures sont stationnées un peu partout, les maisons sont placardées ou carrément abandonnées.

Le secteur de Place-Royale au plus creux, avant sa rénovation, en 1970

Photo : Archives Ville de Québec / Tous droits réservés

Il aura fallu la ténacité d’une poignée d’historiens et d’amoureux du patrimoine, à commencer par Gérard Morisset, lancé dans une vaste recension de nos biens culturels depuis 1937, pour attirer l’attention du gouvernement sur le secteur, il y a plus d’un demi-siècle.

La Maison Chevalier a été la première à être sauvée, après avoir été acquise par le gouvernement, en 1956. On l’oublie souvent, mais la demeure construite en 1752 réunit en fait trois maisons, dont les parties les plus anciennes remontent au 17e siècle. 

La Maison Chevalier en 1965, quelques années après son achat par l'État et sa réfection.

La Maison Chevalier en 1965, quelques années après son sauvetage par l'État

Photo : Archives Ville de Québec / Tous droits réservés

Selon l'historien de l'architecture Luc Noppen, un tel ensemble demeure extrêmement rare aujourd’hui, non seulement à Québec, mais à l’échelle de la province.

« La plupart des maisons dites "anciennes" du Vieux-Québec datent plutôt d’après 1780. Presque toutes les maisons plus anciennes ont été sérieusement reconstruites après la Conquête de 1759. Je dirais qu’il doit rester, au plus, une quinzaine de maisons dont on peut dire qu’elles sont en bonne partie du régime français aujourd’hui. »

— Une citation de  Luc Noppen, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain à l’UQAM

Un véritable projet de société

Travaux de démolition à Place-Royale, en 1973. Un homme avec un casque de construction surveille les travaux, pendant qu'un ado en pantalon à pattes d'éléphant traverse le champ de l'appareil photo.

Travaux de démolition à Place-Royale

Photo : Archives Ville de Québec / Tous droits réservés

Le chantier majeur qui a suivi la rénovation de la Maison Chevalier, dans le secteur de Place-Royale, a coûté des dizaines de millions aux gouvernements fédéral et provincial dans les années 1970. Un tel projet n’avait rien de banal. L’historien Pierre Lahoud y voit d’ailleurs beaucoup plus qu’un simple sauvetage patrimonial. On a retrouvé nos racines françaises à travers ce projet-là, pense-t-il.

Place-Royale en cours de reconstruction, en 1971. Des échafaudages courts à travers les édifices, sur un ciel visiblement bleu et ensoleillé.

Place-Royale en cours de reconstruction, en 1971. Le chantier aura servi d'école à ciel ouvert pour nombre de professions un peu oubliées.

Photo : Archives Ville de Québec / Tous droits réservés

« Place-Royale, c’était un projet de société. On venait de sortir de la Deuxième Guerre mondiale, on était en plein baby-boom, l’économie allait bien, mais le Québec se cherchait des racines. Et ces racines-là, on les a trouvées avec cet immense projet qu’a été la restauration de Place-Royale. Ç'a été majeur. Ça nous a permis de nous forger une identité bien à nous. »

— Une citation de  Pierre Lahoud, historien
Une maison de Place-Royale en cours de reconstruction, en 1971, avec une quantité impressionnante d'échafaudages, et deux cheminées qui se dresse sur un ciel bien bleu.

Une maison de Place-Royale en cours de reconstruction, en 1971

Photo : Archives Ville de Québec / Tous droits réservés

Le chantier, qui a rapidement pris une ampleur nationale, aura servi d’école à nombre de professionnels, en plus de remettre au goût du jour plusieurs professions qu’on avait un peu oubliées, ajoute Lahoud. 

Quelques charpentes en cours de réfection, au début du chantier.

Quelques charpentes en cours de réfection, au début du chantier

Photo : BAnQ / Jules Rochon / Ministère des Communications

« Presque tous les corps de métier touchant la restauration de monuments historiques ont connu un véritable essor par la suite. Les archéologues sont arrivés par dizaines. La profession s’est carrément développée avec l’arrivée de Place-Royale »

— Une citation de  Pierre Lahoud, historien
Un ouvrier au travail sur un mur, vu d'un toit voisin.

Un ouvrier au travail sur un mur, vu d'un toit voisin

Photo : BAnQ / Jules Rochon / Ministère des Communications

On a aussi formé des ingénieurs, des architectes en restauration de monuments historiques, des artisans de la pierre, du bois, de la forge… Pendant des années, Place-Royale est devenue une école pour les métiers traditionnels. Et dans ce sens, ce projet national est devenu un projet très important pour nos racines, analyse Lahoud.

Un ouvrier au travail sur une charpente de bois, sur le chantier de Place-Royale, en août 1971.

Un ouvrier au travail sur le chantier de Place-Royale, en août 1971

Photo : BAnQ, Jules Rochon, Fonds du Ministère des Communications

« À l’époque, je pense qu’on avait des rêves comme société et Place-Royale, pour moi, c’est un des rêves qu’on a réalisés. Ça nous situe. »

— Une citation de  Pierre Lahoud, historien
La Maison Chevalier dans les années 1980, à l'époque où elle venait d'être intégrée au Musée de la Civilisation. Des jeunes qui semblent y travailler prennent l'air, dehors, en plein été.

La Maison Chevalier dans les années 1980, à l'époque où elle venait d'être intégrée au Musée de la Civilisation

Photo : Archives Ville de Québec / Tous droits réservés

Le premier lieu d’exposition du Musée de la Civilisation

La Maison Chevalier, dont le Musée de la Civilisation espère se départir aujourd’hui, lui avait été confiée très tôt par l’État, alors qu'il était encore en phase de réalisation, au milieu des années 1980. L’idée de jumeler les activités du futur musée à la sauvegarde du patrimoine semblait un pari gagnant.

En 1987, le Musée de la Civilisation n’avait même pas encore ouvert ses portes que la Maison Chevalier faisait déjà partie de ses premiers lieux d’exposition.

C’était le vœu des fondateurs du Musée d’en faire un lieu vivant et une salle d’exposition à part entière. Alors qu’on terminait la construction de la célèbre institution de la rue Dalhousie, c’est à la Maison Chevalier qu’on avait convié le grand public pour lui donner un avant-goût du type d’expositions appelées à devenir un jour la marque distinctive du Musée de la Civilisation.

C’est aussi à la Maison Chevalier qu’on a testé les premières animations muséales destinées aux clientèles scolaires, qui ont aussi fait la renommée du Musée de la Civilisation au fil du temps.

Vue aérienne du Musée de la Civilisation sous la lumière chaude du soleil levant, en automne. On remarque l'intégration d'une maison ancienne, au centre de la photo, la maison Guillaume-Estèbe.

Le Musée de la Civilisation, voisin de Place-Royale, à vol d'oiseau

Photo : Gracieuseté Pierre Lahoud

Un chantier comme on n’en reverra plus?

Au-delà de l’enjeu de la Maison Chevalier, Pierre Lahoud est agréablement surpris de voir des centaines d’historiens défendre aujourd’hui l’ensemble de Place-Royale, ce qui n’a pas toujours été le cas. Cette dernière a longtemps été décriée par une bonne partie du milieu.

Car il ne faut pas se leurrer, la place Royale d’aujourd’hui n’est plus celle de nos ancêtres. Elle a été carrément reconstruite.

Place-Royale durant une journée d'automne, avec quelques touristes en vadrouille, en 1984, alors qu'elle ne fait toujours pas l'unanimité après sa reconstruction.

Place-Royale en 1984, alors qu'elle ne fait toujours pas l'unanimité après sa reconstruction.

Photo : Archives Ville de Québec /Tous droits réservés

Au cours du 20e siècle, après avoir été modifiée ou masquée par de nombreux ajouts ultérieurs à la Conquête, l’architecture française des débuts avait presque disparu. La trame urbaine, quasi inchangée depuis le 17e siècle, était à peu près tout ce qu’il restait de l’époque.

Place-Royale aujourd'hui, autrement plus pimpante qu'avant sa reconstruction.

Place-Royale aujourd'hui, autrement plus pimpante qu'avant sa reconstruction

Photo : Graciseuseté Pierre Lahoud

L’endroit peut donc être vu à la fois comme une reconstruction du passé et un héritage des années 1970, contrairement à la Maison Chevalier, qui, elle, a plutôt été soigneusement restaurée. Ce qui la rend d’autant plus précieuse.

Le bâtiment demeure aussi le seul du secteur de Place-Royale auquel l’ensemble des citoyens ont encore accès aujourd’hui. Ce qui pourrait bientôt ne plus être le cas avec sa vente à des intérêts privés, après qu’elle soit restée dans le giron de l’État pendant plus d’un demi-siècle.

La maison Chevalier en 1975, dominée par le Château Frontenac.

La Maison Chevalier en 1975, alors qu'elle réintégrait une Place-Royale rajeunie

Photo : Archives Ville de Québec / Tous droits réservés

Pour Pierre Lahoud, l’enjeu de la Maison Chevalier dépasse donc largement les frontières de la ville. À ses yeux, elle est bien trop importante pour ne pas continuer d’appartenir à tout le Québec.

« Cet héritage qui nous vient de nos ancêtres français, c’est le souvenir de cette immense épopée qu’a connue le Québec, il y a 400 ans. Mais il n’y en a plus beaucoup de traces, même à Québec. Alors chaque fois qu’on veut avoir une idée de l’allure qu’avaient ces maisons du 17e et du 18e siècle, on retourne toujours à Place-Royale. Et la Maison Chevalier demeure ce qu’il reste de plus exceptionnel de tout cet ensemble-là. »

— Une citation de  Pierre Lahoud, historien

Sources:

  • Pierre Lahoud, historien
  • André Kirouac, ex-directeur du Musée naval de Québec
  • La reconstruction de Place-Royale à Québec, Isabelle Faure, Érudit
  • Banque de journaux de BAnQ

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !