•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éclosion importante de COVID-19 à la Résidence du Marais de Dieppe

L'affiche de la Résidence du Marais.

La Résidence du Marais de Dieppe est aux prises avec une importante éclosion de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Jérémie Tessier-Vigneault

Radio-Canada

Une importante éclosion de COVID-19 est en cours à la Résidence du Marais de Dieppe au Nouveau-Brunswick. Le petit-fils d'une résidente décédée après avoir contracté le virus est inquiet.

Lors d'un point de presse jeudi, la médecin hygiéniste en chef, la Dre Jennifer Russel, a confirmé qu'il y avait eu au moins 37 cas et 4 décès à cette résidence. Elle a précisé que quatre séances de dépistage ont eu lieu.

Malgré nos demandes, il nous a été impossible d’obtenir le nombre exact d’employés infectés par le virus jeudi.

Cependant, une vingtaine de travailleurs humanitaires pour des situations d’urgence de la Croix-Rouge ont été dépêchés sur les lieux.

Selon Jean-Sébastien Pariseau, chargé de communication pour la Croix-Rouge, ces personnes ne peuvent pas donner de soins aux résidents, mais ils peuvent aider les préposés. Ils servent aussi à briser l’isolement des résidents, dit-il.

La Résidence du Marais de Dieppe.

La Résidence du Marais de Dieppe.

Photo : Radio-Canada / Jérémie Tessier-Vigneault

Incompréhension et inquiétude

Anida Arseneault habitait à la Résidence du Marais de Dieppe. Elle a perdu la vie après avoir contracté la COVID-19. Son petit-fils, Marc-André Léger, ne comprend pas comment le virus a pu entrer dans le foyer et faire des ravages à ce point. Selon lui, il faut se questionner à savoir si les protocoles qui sont en place pour protéger les résidents sont adéquats.

Marc-André Léger devant son écran d'ordinateur, en entrevue.

La grand-mère de Marc-André Léger habitait à la Résidence du Marais de Dieppe. Elle est morte après avoir contracté le virus de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Il y a quelque chose qui ne marche pas. Est-ce que c’est que les gens ont eu deux doses de vaccin et ça leur a donné un faux sentiment de sécurité, c’est tu que les protocoles sont pas ajustés pour le nouveau variant, ça soulève beaucoup de questions, dit Marc-André Léger.

M. Léger se demande aussi pourquoi sa grand-mère, qui venait de célébrer ses 93 ans, n’a pas été transférée à l’hôpital plus tôt.

Ca semble s’être détérioré pendant la fin de semaine. Une coupe de jours avant, elle semblait peut-être pas se sentir à 100%, mais ça semble avoir progressé très rapidement. [...] Je ne comprends pas pourquoi on a attendu à ce point-là non plus avant de la transférer [à l’hôpital] . dit Marc-André Léger.

« Ma grand-mère avait ses deux vaccins. Je cherche un certain sens là-dedans, j’ai beaucoup de questions et je n’ai pas de réponse non plus. »

— Une citation de  Marc-André Léger

La Dre Jennifer Russell n'a pas donné plus de détails sur les mesures en place à la Résidence du Marais de Dieppe, lors du point de presse jeudi.

Avec les informations de Frédéric Cammarano et Jérémie Tessier-Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !