•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les contrecoups de la pandémie moins importants en Gaspésie et aux Îles

Un panneau indiquant la direction à prendre pour se rendre au centre de dépistage de la COVID-19 à Maria.

La Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine fait meilleure figure que la province dans tous les aspects couverts par l’enquête de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), dont les premiers résultats ont été rendus publics mardi. (archives)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Roxanne Langlois

Les Gaspésiens et Madelinots ont été touchés dans une moindre mesure que la moyenne des Québécois par les effets de la pandémie. C’est ce qui ressort notamment de l'analyse que fait la Direction de santé publique de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine du volet COVID-19 de l’Enquête québécoise sur la santé de la population 2020-2021.

La Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine fait meilleure figure que le reste de la province dans tous les aspects couverts par l’enquête de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), dont les premiers résultats ont été rendus publics mardi.

On peut y lire que 18 % de la population régionale âgée de plus de 15 ans a dû se placer au moins une fois en quarantaine depuis le début de la pandémie, comparativement à 26 % au Québec.

La crise sanitaire a également eu des répercussions sur la capacité de respecter les obligations financières ou à répondre aux besoins essentiels d’environ 21 % des gens (26 % en province).

Au niveau professionnel, 53 % des travailleurs de la région ont vu leur situation d’emploi changer à cause de la COVID-19, que ce soit en raison d’une fermeture temporaire ou définitive de leur lieu de travail ou d’un transfert en télétravail.

Deux aînés marchent sur le trottoir à Maria.

Des passants marchent sur le trottoir, à Maria (archives)

Photo : Radio-Canada

En Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, environ deux personnes sur trois (67 %) ont connu une baisse de satisfaction à l’égard de leur vie sociale. La moyenne provinciale grimpe à 76,7 % à ce chapitre.

Les données régionales sont également plus faibles que la médiane nationale relativement aux sentiments associés à la détresse psychologique et au degré de solitude.

Les statistiques démontrent également que la population régionale a maintenu, au niveau de l’exercice physique et de la consommation, de meilleures habitudes de vie en temps de pandémie.

Toujours selon le même rapport, dans l'ensemble du Québec, trois groupes ont été davantage touchés par les effets de la crise sanitaire : les femmes, les personnes âgées de 15 à 44 ans ainsi que celles se percevant pauvres.

Ces statistiques sont issues du document Les répercussions de la pandémie sur la population gaspésienne et madelinienne fourni par la direction de la santé publique régionale. Les données de l'enquête ont été recueillies entre le 2 novembre 2020 et le 28 avril 2021 auprès d'un échantillon de 7 275 personnes de 15 ans et plus au Québec.

Au total, 423 personnes de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine en font partie, pour un taux de réponse pondéré de 61,7 %.

Pourquoi ces résultats?

La responsable régionale de la surveillance de l’état de santé au sein de la direction de santé publique de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Nathalie Dubé, se dit agréablement étonnée des résultats régionaux découlant de l’enquête menée par l'ISQ.

« C’est quelque chose qui est très encourageant. »

— Une citation de  Nathalie Dubé, responsable régionale de la surveillance de l’état de santé au sein de la direction de santé publique de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Cet exercice de consultation ne met pas en lumière les facteurs qui ont contribué à ces données. Mme Dubé met toutefois de l’avant plusieurs hypothèses, dont le fait que la région a été moins directement touchée par le virus que l'ensemble du Québec.

Une femme, de dos, porte un masque.

Le nombre de personnes infectées par la COVID-19 en Gaspésie s'élève à 2206 depuis le début de la pandémie (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Jusqu’à présent, on a 2 % à 3 % de la population qui a eu la COVID-19 dans notre région, soit 2,4 % pour être plus précise. Au Québec, on avoisine les 5 %, mentionne-t-elle.

D’autres aspects plus difficiles à quantifier pourraient également, selon elle, être entrés en ligne de compte. De manière générale, on a de grands espaces et cette capacité à y accéder facilement, mentionne Mme Dubé, ajoutant que la solidarité sociale présente en région pourrait être un autre facteur à considérer.

Nathalie Dubé rappelle par ailleurs qu’au moment où les données ont été recueillies, c’est-à-dire durant la deuxième vague de la pandémie, la Haute-Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine avaient été relativement épargnées par le virus. Les données recueillies par l'ISQ n’ont toutefois pas été ventilées par MRC.

Deux nouveaux cas jeudi

Comme ce fut le cas mercredi, la direction de la santé publique régionale confirme deux nouveaux cas de COVID-19 jeudi. Le premier est situé dans Avignon alors que le deuxième provient de la MRC de La Côte-de-Gaspé.

Ces nouvelles données portent à 2206 le nombre d'infections recensées en Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine depuis le début de la pandémie. Une nouvelle guérison s'ajoute au bilan jeudi. Quinze cas sont désormais considérés comme actifs sur le territoire.

Au Bas-Saint-Laurent, 14 personnes sont nouvellement infectées jeudi. Trois éclosions dans autant d'écoles de la Matapédia sont en cours. Deux nouveaux cas ont aussi été rapportés dans la MRC de la Mitis. Du côté de la Côte-Nord, on confirme deux nouveaux cas de COVID-19 cette même journée.

Nombre de cas de COVID-19 par MRC

Avignon : 593 (+1)

Bonaventure : 425

Rocher-Percé : 491

Côte-de-Gaspé : 492 (+1)

Haute-Gaspésie : 146

Îles-de-la-Madeleine : 44

Au Québec, on rapporte 428 nouveaux cas de COVID-19 et trois décès supplémentaires au courant des 24  dernières heures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !